LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Première séance à 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

On n'est jamais à l'abri du meilleur… Le projet Utopia Cinéma Durable continue ! 400% son objectif initial déjà atteint, 80 000€ ! Mazette ! Une fin d'année sur les chapeaux de roue !
Drôle d’année que 2020… Nous vous souhaitons une très belle année 2021, qu’elle soit meilleure et moins confinée que la précédente, qu’elle vous apporte la santé, la réalisation de vos projets. Il nous revient à tous de bâtir des alternatives solidaires, durables, respectueuses de l’humain et de nat...

Comme un cadeau de Noël à la planète ! Vous êtes-là ! Attention J-1 : il ne tient qu'à vous…
Lors de nos permanences, dans nos halls, sur les réseaux, il n'y a pas à dire vous êtes-là !Même sur Ulule : vous êtes-là ! sur https://fr.ulule.com/utopia-pont-sainte-marie/Par solidarité, pour soutenir un projet légitime, pour faire votre part ! WE DO OUR PART ! Parce qu'on ne peut pas laisser les...

Gébé, on arrête tout, on réfléchit / L'AN 01
Si, après avoir vidé votre PEL pour aider Utopia à concrétiser le projet de cinéma du futur à Pont Sainte Marie, il vous reste 3 sous d’épargne à dilapider dans la joie et la bonne humeur…On était très heureux de recevoir Pierre Carles à Utopia Borderouge, pendant le dernier festival du film gro...

lu dans BOX-OFFICE PRO : "Vers Troyes, Utopia fait appel au financement citoyen"
Le réseau indépendant, qui a obtenu le permis de construire le 19 octobre, a lancé une vaste campagne de financement participatif pour son projet de cinéma à Pont-Sainte-Marie, dans l’Aube.« Il est temps que le cinéma passe au vert ! » Déterminée, Anne Faucon a décidé de franchir une nouvelle ét...

Dimanche 22 août à 15h40, séance présentée par Bernard Djatang dans le cadre du festival Africlap, et suivie d’un débat. Le film est ensuite programmé jusqu’au 31 août.

LE BALLON D’OR

Cheik DOUKOURE - Guinée 1993 1h35mn VF - avec Aboubacar Sidiki Soumah, Salif Keita, Mariam Kaba, Agnès Soral... Pour les enfants à partir de 7 ans.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LE BALLON D’ORC’est une histoire de mômes, superbe pour les mômes. Et puis c’est une histoire d’Afrique, une histoire d’un autre continent, d’une autre culture. Formidable occasion de découvrir d’autres horizons, d’autres façons de vivre, mais aussi de s’apercevoir que les points communs avec les enfants de là-bas sont aussi nombreux que les différences. Un ballon de foot, on tape dedans avec la même ardeur, la même passion, dans la banlieue de Conakry et dans celle de Toulouse. Parce que oui, c’est aussi une histoire de foot, mais ceux qui ne sont pas fans de sport trouveront plein d’autres raisons d’aimer ce film vivant et malin, cette histoire pleine de fantaisie et de rebondissements.

Il était une fois Bandian. Un petit gars d’une douzaine d’années qui court vite et longtemps, infatigable. Il adore le foot, il est né avec un ballon rond collé à son pied droit. Ses copains admiratifs le surnomment « le turbo de Makono ». Makono, c’est le nom de son village, au milieu de la brousse, où il partage son temps entre travaux domestiques pour aider sa mère qui en a bien besoin, l’école pour apprendre à devenir un grand, et les tirs au but pour le plaisir… mais pas seulement ! Parce que c’est sûr : ses copains et Sara le féticheur l’ont prédit, il sera un grand footballeur professionnel…
Pour cela, il lui faudra partir à Conakry, loin de sa famille et de ses amis. Ce sera dur pour Bandian, il lui faudra de la volonté, de la hargne… et son destin se jouera sur un coup pas très catholique. Mais chacun sait que le monde du sport n’est pas tout rose…

C’est ça qui est bien dans Le Ballon d’or : c’est un film optimiste, joyeux, positif, la belle aventure d’un môme à la poursuite de son rêve. Mais il ne gomme pas les aspérités du monde…