LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Première séance à 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

On n'est jamais à l'abri du meilleur… Le projet Utopia Cinéma Durable continue ! 400% son objectif initial déjà atteint, 80 000€ ! Mazette ! Une fin d'année sur les chapeaux de roue !
Drôle d’année que 2020… Nous vous souhaitons une très belle année 2021, qu’elle soit meilleure et moins confinée que la précédente, qu’elle vous apporte la santé, la réalisation de vos projets. Il nous revient à tous de bâtir des alternatives solidaires, durables, respectueuses de l’humain et de nat...

Comme un cadeau de Noël à la planète ! Vous êtes-là ! Attention J-1 : il ne tient qu'à vous…
Lors de nos permanences, dans nos halls, sur les réseaux, il n'y a pas à dire vous êtes-là !Même sur Ulule : vous êtes-là ! sur https://fr.ulule.com/utopia-pont-sainte-marie/Par solidarité, pour soutenir un projet légitime, pour faire votre part ! WE DO OUR PART ! Parce qu'on ne peut pas laisser les...

Gébé, on arrête tout, on réfléchit / L'AN 01
Si, après avoir vidé votre PEL pour aider Utopia à concrétiser le projet de cinéma du futur à Pont Sainte Marie, il vous reste 3 sous d’épargne à dilapider dans la joie et la bonne humeur…On était très heureux de recevoir Pierre Carles à Utopia Borderouge, pendant le dernier festival du film gro...

lu dans BOX-OFFICE PRO : "Vers Troyes, Utopia fait appel au financement citoyen"
Le réseau indépendant, qui a obtenu le permis de construire le 19 octobre, a lancé une vaste campagne de financement participatif pour son projet de cinéma à Pont-Sainte-Marie, dans l’Aube.« Il est temps que le cinéma passe au vert ! » Déterminée, Anne Faucon a décidé de franchir une nouvelle ét...

Mardi 2 novembre à 20h à Borderouge, Coffee for Three, concert-hommage à Michel Legrand. Piano : Jérôme Allouche – Basse : Jean-Louis Viala – Batterie : Christian Morère.
Coffee For Three est né de la rencontre de trois musiciens passionnés de jazz. Venant d’horizons musicaux différents, ils se sont retrouvés autour de cette musique et vous proposent ce soir un hommage à Michel Legrand. Ils revisitent en trio plusieurs grands titres du compositeur, mais aussi quelques pépites venant de musiciens qui l’ont inspiré, dans le monde du jazz et au-delà.
Tarif unique concert + film : 9 €, prévente au cinéma ou sur https://utopiaborderouge.festik.net/coffee-for-three-concert-un-ete-42/1.

UN ÉTÉ 42

Robert Mulligan - USA 1971 1h43mn VOSTF - avec Gary Grimes, Jennifer O'Neill, Jerry Houser, Oliver Conant... Musique (oscarisée) de Michel Legrand.

Du 02/11/21 au 02/11/21 à Toulouse (Borderouge)

UN ÉTÉ 42« Comme les Deux Anglaises de Truffaut, Un été 42 se réclame implicitement de la grande tradition romantique hollywoodienne (quand Hollywood était Hollywood), et tous deux élargissent le propos en jetant sur un passé plus ou moins éloigné un regard d’homme de 1971, celui de la permissive society. Mais là où François Truffaut risque tout pour dire la passion sans frein et le romanesque éternel, au sens fort, Robert Mulligan propose un travail “enlevé”, un récit sans faille, fonde même l’essentiel de son film sur le décalage entre hier et aujourd’hui, traitant hier ses conventions ridicules, son puritanisme dévergondé, avec la franchise, disons la complaisance, sexuelle aujourd’hui de mode.
« Trois garçons entre quinze et dix-sept ans traînent des vacances prolongées et leurs premières obsessions érotiques sur la côte océane, l’été suivant l’entrée en guerre des États-Unis. Plage solitaire où se détache une maison en bois habitée par une jeune femme, Dorothy, que courtise un G.I. à la veille de partir au front. L’un des garçons, Hermie (Gary Grimes), ne pense plus qu’à cette sculpturale beauté, de dix ans son aînée. Mais les trois amis, se provoquant mutuellement, courent les teen-agers du village, conduits par le « fort en gueule » Oscy (Jerry Houser). Ce qui nous vaut deux sketches parodiques à base d’équivoque et de salace : Hermie confondu de terreur à la perspective d’une demande, au drugstore local, d’un préservatif, Oscy jouant les gais lurons dans les buissons par étapes successives, manuel du parfait amoureux en main.
« Parfois Mulligan fait mouche, dépasse la simple application, le guignol et atteint l’émotion authentique. Quand Hermie et Oscy emmènent deux petites amies de rencontre dans une salle obscure où, sur l’écran, Bette Davis et Paul Henreid égrènent de pathétiques déclarations (du film d’époque Now, Voyager, d’Irving Rapper). Lorsque, véritable morceau d’anthologie, " climax " d’une intrigue cousue de fil blanc, Dorothy vient d’apprendre la mort de son G.I. au champ d’honneur, elle s’abandonne dans les bras de Hermie émerveillé. De lents mouvements de caméra, une utilisation super-hollywoodienne de la musique (la rengaine plusieurs fois entendue en arrière-plan devient le disque qui rapproche les amants d’un soir), un montage raffiné de Folmar Blangsted, orfèvre en la matière.

« Le film est parfois émouvant, sorte de reportage enjolivé sur les embarras de l’adolescence, un spectacle tout d’une pièce, où cœur et voyeurisme trouvent de larges satisfactions. Une remarquable direction d’acteurs, surtout Jennifer O'Neill, la jeune femme, et Gary Grimes, l’amoureux éperdu. On saisit mieux, en comparant le film de François Truffaut et celui de Mulligan, la différence entre une œuvre de raison et une recréation de l’intérieur, par la sensibilité de l’artiste. Robert Mulligan illustre un drame définitivement enterré dans la nuit du temps, Truffaut nous parle en direct de l’amour et de la mort ».

(Louis Marcorelles, Le Monde)