LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Première séance à 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

On n'est jamais à l'abri du meilleur… Le projet Utopia Cinéma Durable continue ! 400% son objectif initial déjà atteint, 80 000€ ! Mazette ! Une fin d'année sur les chapeaux de roue !
Drôle d’année que 2020… Nous vous souhaitons une très belle année 2021, qu’elle soit meilleure et moins confinée que la précédente, qu’elle vous apporte la santé, la réalisation de vos projets. Il nous revient à tous de bâtir des alternatives solidaires, durables, respectueuses de l’humain et de nat...

Comme un cadeau de Noël à la planète ! Vous êtes-là ! Attention J-1 : il ne tient qu'à vous…
Lors de nos permanences, dans nos halls, sur les réseaux, il n'y a pas à dire vous êtes-là !Même sur Ulule : vous êtes-là ! sur https://fr.ulule.com/utopia-pont-sainte-marie/Par solidarité, pour soutenir un projet légitime, pour faire votre part ! WE DO OUR PART ! Parce qu'on ne peut pas laisser les...

Gébé, on arrête tout, on réfléchit / L'AN 01
Si, après avoir vidé votre PEL pour aider Utopia à concrétiser le projet de cinéma du futur à Pont Sainte Marie, il vous reste 3 sous d’épargne à dilapider dans la joie et la bonne humeur…On était très heureux de recevoir Pierre Carles à Utopia Borderouge, pendant le dernier festival du film gro...

lu dans BOX-OFFICE PRO : "Vers Troyes, Utopia fait appel au financement citoyen"
Le réseau indépendant, qui a obtenu le permis de construire le 19 octobre, a lancé une vaste campagne de financement participatif pour son projet de cinéma à Pont-Sainte-Marie, dans l’Aube.« Il est temps que le cinéma passe au vert ! » Déterminée, Anne Faucon a décidé de franchir une nouvelle ét...

OLGA

Elie GRAPPE - Ukraine / France 2021 1h25mn VOSTF - avec Anastasia Budiashkina, Sabrina Rubtsova, Thea Brogli, Tanya Mikhina... Scénario d’Elie Grappe et Raphaëlle Desplechin.

Du 17/11/21 au 07/12/21 à Tournefeuille

OLGAPoirier, vrille, salto, Tkatchev, appui tendu renversé… À l’âge ou tant d’autres jeunes filles en fleurs rêvent d’un premier baiser, Olga n’aspire qu’à réussir un Jaeger et à se qualifier pour les futurs championnats d’Europe. On pénètre là dans un monde hors sol, presque asexué, castré de quelque chose d’essentiel, tant tout ce qui n’a pas trait à la discipline sportive n’a pas droit de cité. Ici on n’évoque les émotions des gymnastes que pour mieux les évacuer. Olga, du haut de ses quinze ans, a déjà intégré ce formatage, sachant rester impavide devant la peur, la douleur, la joie… Cheval d’arçon, sol, barres asymétriques (sa spécialité)… aucun agrès ne tolère l’a peu-près… Le moindre manque de concentration peut-être fatal. Oublier tout ce qui perturbe, le rejeter. Les championnes en herbe de l’équipe nationale d’Ukraine se comprennent à demi-mots, sans mot dire même, tant leurs corps en disent plus long.

Alors qu’Olga est si près de son but, que son entraîneur Vassily, qui mise beaucoup sur elle, la pousse de l’avant, la situation de son pays va venir tout bouleverser. Nous sommes en 2013, et les enquêtes de sa mère journaliste sur la corruption régnant au plus haut niveau de l’État ukrainien font soudain peser une menace directe sur leurs vies. Dès lors, la plus sage résolution semble de mettre l’adolescente à l’abri, afin qu’elle puisse entièrement se consacrer à sa passion, ne pas rater ce qui sera, de toutes façons une courte carrière. Profitant de la nationalité suisse de son défunt père, voilà la donzelle envoyée vers le pays des montres, du chocolat et de la neutralité. Une neutralité qui jure avec les images qui, progressivement, arrivent de Kiev. La colère populaire gronde, une mouvance pro-européenne rassemblant des courants très opposés provoque des manifestations qui embrasent la place Maïdan. La répression ne fait pas de quartier. Au travers des vidéos prises par les manifestants (que le réalisateur a voulu réelles), Olga assiste impuissante à ce qui se passe sur sa terre natale, de plus en plus inquiète et bouillonnante face aux montées de violence qui n’épargnent ni sa mère et sa meilleure amie. La voilà prise en tenaille dans un conflit de loyauté, confrontée à une situation géopolitique qui la dépasse, à ce moment précis où les enjeux individuel semblent incompatibles avec les enjeux collectifs, emportée dans un maelstrom de pensées et d’envies contradictoires… à deux marches du podium pour lequel elle a tant lutté…
Alors Olga fait ce qu’elle a toujours fait : elle s’entraîne, obstinément, plus qu’il ne faut même. Magnésie, strapping aux poignets, spectaculaires lâchers de barre, sorties pilées… lourdes chutes à répétition. Ne pas gémir, ni se permettre une grimace, recommencer jusqu’à maîtriser les mouvements les plus exigeants. Se concentrer, oublier… contrôle absolu ! Cela devrait être facile, dans l’ambiance feutrée du club d’entraînement, d’observer la neutralité qu’exigent son pays d’adoption et les fédérations sportives : rester au-dessus de la mêlée, ne pas se piquer de politique… La jeune gymnaste, dont l’intégration dans sa nouvelle équipe se fait difficilement, se tait et s’isole. Que peuvent comprendre ses coéquipières, celles qui la jalousent ou se moquent de ses lapsus, de ses maladresses dans cette langue qu’elle maîtrise mal, de ses allures de robot qui ne laisse rien transparaitre ?

Pour son premier long métrage, le jeune réalisateur a choisi de diriger des actrices non professionnelles mais de véritables jeunes athlètes afin de filmer au plus près des corps et des performances, sans doublure. Dès lors, les séquences d’entraînement sont époustouflantes, quasi documentaires. On y perçoit le moindre frémissement, le moindre souffle, les risques encourus par ces sportives de haut niveau habituées à supporter le regard d’une foule, sa pression. Résultat tendu, captivant qui nous parle autant des métamorphoses de l’adolescence que des exigences démesurées d’une discipline sportive où rien ne dépasse : pas plus un cheveu qu’un sentiment.