LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Première séance à 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Sous l'aile des Anges, et le regard de Terrence Malick
Chers spectateurs, parfois je viens vous voir dans les salles afin de vous rencontrer en direct, d’échanger avec vous, de vous raconter les croustillantes anecdotes de l’exploitante du cinéma aguerrie et acharnée que je suis. C’est tellement profitable les séances collectives, c’est du cinéma. Telle...

L'œil et la Plume : retour critique de LITTLE PALESTINE / D.E.F.I. prod
Basée au Mirail, l’équipe de D.E.F.I PRODUCTION s’est donner pour nouvelle mission d’accompagner des groupes de jeunes à la découverte d’autres cinémas, d’autres films, dans d’autres salles… Plus ou moins régulièrement nous aurons des retours, écrits, filmés, radios, de ces découvertes.... Lire ...

LE DOMOVOÏ - bistrot d'Utopia Borderouge - est (enfin !) ouvert !
« Génie familier de la maison, Domovoï est originellement celui du feu du foyer. Il se fonde sur l’usage de déposer dans la nouvelle maison un feu pris dans la précédente et sur celui d’offrir au domovój, chaque 28 janvier, un pot de gruau recouvert de braises. » Merci Wikipédia, on en sait à pr...

Stop Bolloré ! L'appel du collectif
Le collectif Stop Bolloré a vu le jour en décembre 2021 et rassemble des membres et des organisations de la société civile qui s’inquiètent de la concentration des médias et de l’édition en France et des dangers que cela représente pour la démocratie. Le projet du collectif, qui est poli...

LES PROMESSES

Thomas KRUITHOF - France 2021 1h38mn - avec Isabelle Huppert, Reda Kateb, Naidra Ayadi, Jean-Paul Bordes, Soufiane Guerrab, Laurent Poitrenaux... Scénario de Jean-Baptiste Delafon et Thomas Kruithof.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LES PROMESSESLes promesses du titre ne sont pas de celles que l’on se fait amoureusement dans le creux de l'oreille. Que nenni ! Thomas Kruithof et son co-scénariste Jean-Baptiste Delafon (un des auteurs de la série Baron noir) s’intéressent au dessous des cartes, aux zones nébuleuses inexplorées, aux rapport des individus avec le « système ». Les promesses dont il est question, purement électorales, sont probablement plus faites pour être trahies que pour être respectées. Ne pas les tenir, est-ce déjà une forme de mensonge à la population ? Sujet d’autant plus brûlant avec les présidentielles qui nous pendent au nez.

« Je ne suis pas là pour vous dire qu’on va se battre, je suis là pour vous dire qu’on va gagner ! » Tels sont les propos de Clémence (Isabelle Huppert) au cours d’une réunion publique avec les habitants copropriétaires de la cité des Bernardins, incapables d’assumer la charge de gros travaux collectifs nécessaires pour qu’elle reste habitable. Réhabiliter ces lieux devenus insalubres, les mettre aux normes, tel est le rêve de la mairesse, une ambition à 63 millions d’euros : pas une somme que l’on trouve dans les caisses d’une petite commune où la population en voie de paupérisation n’est même plus assujétie aux impôts locaux. Voilà douze années que Clémence se bat avec ferveur pour redonner aux 3000 personnes concernées un logement décent, un peu de bien-être et de dignité. Si la ville de la Seine Saint Denis n’est pas expressément nommée, on se doute qu’elles sont des myriades à avoir ce genre de barres d’immeubles qui se dégradent et se desquament, servant progressivement de repaires aux petits dealers et aux marchands de sommeil. Le scénario, très précis et renseigné, est le fruit de longues et méticuleuses enquêtes, un condensé d’une réalité de terrain. Même si toute l’équipe municipale est tendue vers le but fixé par l’élue, son Directeur de Cabinet en tête (excellent Reda Kateb), rien n’est jamais gagné et progressivement l’intrigue monte en tension. On sent le poids qui s’accumule sur les épaules des personnages, à la fois très entourés et très seuls dans leur impossibilité de partager leurs doutes, leurs failles, ce qui reviendrait à tendre le flanc à l’ennemi. Dans l’exercice du pouvoir, ses rapports de force permanents, il n’y a pas de place pour les états d’âme personnels, pas de place pour les hésitations. Tout va vite, très vite, et tous agissent un peu comme s’ils avaient un don d’ubiquité, que nul pourtant ne possède. Et alors que Clémence était bien décidée à rendre son tablier et avait même préparé sa succession, tout va basculer et faire vaciller ses convictions le jour où le gouvernement va lui proposer d’être ministre… Est-ce une fonction qui se refuse ? « Il n’y a pas de plus beau mandat que celui de maire » disait-elle pourtant, un des rares positionnements sur l’échiquier législatif qui reste à taille humaine, en contact direct avec les citoyens, leurs préoccupations, assurant la jonction entre le niveau local et l’État.

Le récit, mené sur un rythme enlevé, nous propulse au cœur de l’action politique de terrain, rarement représentée à l’écran, plus encore que dans les arcanes du pouvoir. Et par ces temps de délitement de la confiance des citoyens envers ceux qui les représentent, c’est fichtrement passionnant.