LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Première séance à 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Install-party samedi 18 juin à Tournefeuille
Vous voulez déconfiner durablement vos ordinateurs ? Envie de découvrir une informatique libre, éthique et accessible ? Vous vous sentez une affection naissante pour les gnous et les pinguins ? L’association Toulibre vous propose de venir découvrir les Logiciels Libres, et comme le premier pas v...

Sous l'aile des Anges, et le regard de Terrence Malick
Chers spectateurs, parfois je viens vous voir dans les salles afin de vous rencontrer en direct, d’échanger avec vous, de vous raconter les croustillantes anecdotes de l’exploitante du cinéma aguerrie et acharnée que je suis. C’est tellement profitable les séances collectives, c’est du cinéma. Telle...

L'œil et la Plume : retour critique de LITTLE PALESTINE / D.E.F.I. prod
Basée au Mirail, l’équipe de D.E.F.I PRODUCTION s’est donner pour nouvelle mission d’accompagner des groupes de jeunes à la découverte d’autres cinémas, d’autres films, dans d’autres salles… Plus ou moins régulièrement nous aurons des retours, écrits, filmés, radios, de ces découvertes.... Lire ...

LE DOMOVOÏ - bistrot d'Utopia Borderouge - est (enfin !) ouvert !
« Génie familier de la maison, Domovoï est originellement celui du feu du foyer. Il se fonde sur l’usage de déposer dans la nouvelle maison un feu pris dans la précédente et sur celui d’offrir au domovój, chaque 28 janvier, un pot de gruau recouvert de braises. » Merci Wikipédia, on en sait à pr...

Projections les samedi 23/7 et dimanche 14/8

NAUSICAÄ

(KAZE NO TANI NI NAUSHIKA) Écrit et réalisé par Hayao MIYAZAKI - film d'animation Japon 1984 1h56mn VOSTF -

Du 20/07/22 au 14/08/22 à Toulouse (Borderouge)

NAUSICAÄOn ne présente plus Hayao Miyazaki, considéré au Japon comme le plus grand cinéaste d’animation de son pays, chacun de ses films ayant fait sensation à sa sortie, devenant un véritable phénomène de société. En France, son oeuvre ne nous est présentée que depuis une dizaine d’années, ainsi a-t-on régulièrement l’immense plaisir de découvrir des titres plus anciens encore inédits chez nous. Voici donc que déboule sur nos écrans Nausicaä de la Vallée du Vent, le second long-métrage de Miyazaki, dont l’exceptionnel succès public au Japon a été à l’origine de la création des désormais célèbres studios Ghibli.
L’action se déroule dans un futur lointain. Sept jours d’incendie ayant totalement détruit le monde tel que nous le connaissons, la Terre est devenue stérile, peuplée d’énormes insectes mutants, couverte de champignons géants venimeux, envahie par la toxique Mer de la Corruption. La Vallée du Vent, un petit royaume de quelques centaines d’âmes, est protégée des vapeurs nocives de la Mer grâce aux brises de l’océan, ses habitants y mènent une vie simple et heureuse dans un cadre bucolique.
Nausicaä est la fille unique de Jihl, le roi de la Vallée. Parce que son père est tombé malade, elle s’est vu contrainte d’endosser de lourdes responsabilités : prendre soin de son peuple et veiller à la bonne marche de la société. Sa vitalité et sa fraîcheur d’esprit la font aimer de tous. Elle est juste car toujours bienveillante et attentive, elle cherche avant tout à comprendre les choses avant d’agir. D’une incroyable souplesse, experte en pilotage aérien, elle vole avec son planeur comme un oiseau. Mais l’extraordinaire est ailleurs : elle possède une affinité mystérieuse avec la nature, montre un respect instinctif pour son environnement, et a ainsi développé la capacité de communiquer avec les redoutables insectes géants, les Oomu, qui surveillent les terres intoxiquées à l’abandon.
La quiétude de la Vallée du Vent est bouleversée lorsqu’une guerre pour la domination des derniers territoires restants gagne le royaume de Jihl. Nausicaä organise la résistance à l’envahisseur, et mène une course contre la montre pour empêcher les ennemis d’utiliser leurs armes de destruction massive.
On retrouve ici tout l’univers de Miyazaki que l’on connaît bien : une jeune héroïne féminine, la prolifération et la virtuosité des scènes aériennes, la préoccupation écologique omniprésente. Une aventure pleine de questionnements et d’épaisseur, qui pose de façon lucide et intime, personnelle mais universelle, la question du devenir de l’homme au sein d’un environnement dont il croit pouvoir tout s’approprier. Une grande réussite qui annonce déjà en filigrane Le château dans le ciel ou Princesse Mononoké.