LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Première séance à 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Install-party samedi 18 juin à Tournefeuille
Vous voulez déconfiner durablement vos ordinateurs ? Envie de découvrir une informatique libre, éthique et accessible ? Vous vous sentez une affection naissante pour les gnous et les pinguins ? L’association Toulibre vous propose de venir découvrir les Logiciels Libres, et comme le premier pas v...

Sous l'aile des Anges, et le regard de Terrence Malick
Chers spectateurs, parfois je viens vous voir dans les salles afin de vous rencontrer en direct, d’échanger avec vous, de vous raconter les croustillantes anecdotes de l’exploitante du cinéma aguerrie et acharnée que je suis. C’est tellement profitable les séances collectives, c’est du cinéma. Telle...

L'œil et la Plume : retour critique de LITTLE PALESTINE / D.E.F.I. prod
Basée au Mirail, l’équipe de D.E.F.I PRODUCTION s’est donner pour nouvelle mission d’accompagner des groupes de jeunes à la découverte d’autres cinémas, d’autres films, dans d’autres salles… Plus ou moins régulièrement nous aurons des retours, écrits, filmés, radios, de ces découvertes.... Lire ...

LE DOMOVOÏ - bistrot d'Utopia Borderouge - est (enfin !) ouvert !
« Génie familier de la maison, Domovoï est originellement celui du feu du foyer. Il se fonde sur l’usage de déposer dans la nouvelle maison un feu pris dans la précédente et sur celui d’offrir au domovój, chaque 28 janvier, un pot de gruau recouvert de braises. » Merci Wikipédia, on en sait à pr...

TRANSE

Emilio BELMONTE - documentaire Espagne 2021 1h44mn VOSTF - avec Jorge Pardo, Chick Corea, Ana Morales, Duquende, Niño Josele, Diego del Morao, Israel Fernández, Pepe Habichuela, Diego Carrasco, Javier Colina...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

TRANSEJorge Pardo est l’un des musiciens de flamenco les plus importants de ces dernières décennies. Membre du sextet du célèbre guitariste Paco de Lucia, Jorge a révolutionné l’histoire du flamenco avec l’introduction de nouveaux instruments – flûte et saxophone – et l’intégration du jazz au cœur de cette musique. Bref « une grosse pointure » comme on dit et une « vraie gueule » de cinéma aux faux airs de David Carradine, qui crève ici l’écran dans ce documentaire passionnant qui nous transporte dans l’univers du flamenco moderne.

Pendant plusieurs mois, le réalisateur Emilio Belmonte et son équipe ont donc accompagné ce musicien, aujourd’hui âgé de 62 ans, dans ses déplacements dans plusieurs villes d’Espagne (Grenade, Séville, Madrid…) et à travers le monde : France, Inde, USA ou encore Maroc, à la rencontre de la crème de la crème des artistes (musiciens et danseurs) de flamenco, mais aussi de représentants d’autres genres musicaux dont le violoniste indien Ambi Subramaniam, le pianiste cubain Javier Massó alias Caramelo ou encore l’américain Chick Corea. Ainsi, au fil des répétitions, des concerts donnés mais aussi lors des séances d’improvisation et d’enregistrement plus intimes, Pardo nous embarque dans sa vision « mondiale » du flamenco. Celle d’un artiste surdoué, intuitif, poussé par l’instinct à aller toujours vers l’avant, refusant la facilité et revendiquant l’idée d’une musique vivante et cosmopolite.

« Toute pureté est un mélange oublié. On le dit pur parce qu’on a oublié ses origines mais il est clair que si on étudie les origines du flamenco, on y découvre – comme c’est le cas pour la musique jazz – un mélange de genres. On retrouve des rythmes berbères, des polyrythmies Africaines, des rythmes en 3 temps, des chants Séfarades, du folklore castillan, et bien évidemment l’empreinte fondamentale des Gitans. Le flamenco c’est ça ! » (Jorge Pardo)

Après Impulso, en 2018, un film sur le processus créatif de la danseuse Rocío Molina, Transe est le deuxième film d’une trilogie, La Piedra y el centro, qu’Emilio Belmonte veut dédier au flamenco contemporain à travers de grandes figures qui explorent les limites de cet art. Échappant au piège de l’interview plan plan à la seule gloire de l’artiste, ce documentaire musical sous forme de road movie, faisant la part belle aux performances époustouflantes de l’artiste, ne passe pas non plus sous silence les contraintes que peut rencontrer un musicien de renom international faisant le choix d’une vie nomade et bohème aux détriments de relations affectives pérennes, notamment avec sa famille.
Au début du film, Jorge Pardo raconte l’un de ses rêves : avec Paco de Lucía, il est dans un avion presque vide qui lui semble mystérieux, inquiétant. Pour le rassurer, Paco lui dit : « on ne t’avait pas dit que nous allions donner un concert sur la lune ? ».

Oubliez donc les images d’Épinal sur le flamenco et laissez vous charmer par la transe de ce portrait vivifiant du père fondateur de la fusion flamenco-jazz, entre tradition et ouverture sur le monde. Un hymne à l’universalité de la musique tout autant qu’à la liberté de créer.