LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Première séance à 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Install-party samedi 18 juin à Tournefeuille
Vous voulez déconfiner durablement vos ordinateurs ? Envie de découvrir une informatique libre, éthique et accessible ? Vous vous sentez une affection naissante pour les gnous et les pinguins ? L’association Toulibre vous propose de venir découvrir les Logiciels Libres, et comme le premier pas v...

Sous l'aile des Anges, et le regard de Terrence Malick
Chers spectateurs, parfois je viens vous voir dans les salles afin de vous rencontrer en direct, d’échanger avec vous, de vous raconter les croustillantes anecdotes de l’exploitante du cinéma aguerrie et acharnée que je suis. C’est tellement profitable les séances collectives, c’est du cinéma. Telle...

L'œil et la Plume : retour critique de LITTLE PALESTINE / D.E.F.I. prod
Basée au Mirail, l’équipe de D.E.F.I PRODUCTION s’est donner pour nouvelle mission d’accompagner des groupes de jeunes à la découverte d’autres cinémas, d’autres films, dans d’autres salles… Plus ou moins régulièrement nous aurons des retours, écrits, filmés, radios, de ces découvertes.... Lire ...

LE DOMOVOÏ - bistrot d'Utopia Borderouge - est (enfin !) ouvert !
« Génie familier de la maison, Domovoï est originellement celui du feu du foyer. Il se fonde sur l’usage de déposer dans la nouvelle maison un feu pris dans la précédente et sur celui d’offrir au domovój, chaque 28 janvier, un pot de gruau recouvert de braises. » Merci Wikipédia, on en sait à pr...

En avant-première du Visions Musicales Film Festival (10-16 octobre), Dimanche 2 octobre Une soirée musique et cinéma : 17h – Église de Tournefeuille – un récital de Mélodie Michel consacré aux musiques de cinéma suivi à 18h30 de la projection du film.
En partenariat avec la Ville de Tournefeuille et le festival Toulouse les Orgues
Places disponibles au cinéma ou en ligne sur billetweb.fr.
Tarif unique 10 euros: (concert+film).
www.visionsmusicales.fr

PHANTOM OF THE PARADISE

Écrit et réalisé par Brian DE PALMA - USA 1974 1h32mn VOSTF - avec Paul Williams, William Finley, Jessica Harper, Gerrit Graham... Musique de Paul Williams.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

PHANTOM OF THE PARADISEAvec l'inévitable Rocky Horror Picture Show, réalisé deux ans plus tard, Phantom of the paradise est le rejeton le plus fameux, et probablement le plus réussi, de l'union sulfureuse entre le rock et le fantastique. Si tous deux ont des points commun : le côté musical, extravagant, bien ancré dans la même époque, ils affichent également des différences criantes. Autant The Rocky fleure bon la provoc joyeuse et la liberté sexuelle de l'ère post-hippie, autant notre Phantom est emprunt d'un certain romantisme noir qui a inspiré plus d'un cinéaste, jusqu'à George Lucas qui s'en inspirera pour le personnage de Dark Vador.

Lorsque le génial quoique méconnu compositeur Winslow Leach vient proposer aux Disques « Death » (tout un programme, il aurait dû se méfier !) sa cantate inspirée de Faust, il est loin de se douter qu'il vient tout droit de se jeter dans l'antre du démon. Swann, le directeur de la maison de disque, empereur du show-business, mythe vivant, qui n'a pas plus d'états d'âme que les gros bras qui le protègent, ne va pas hésiter à lui voler ses partitions. C'est plus qu'un contrat que signe Wislow avec lui, c'est un véritable pacte avec un nouveau genre de démon capitaliste qui a pignon sur rue. Vous l'aurez compris, De Palma, en filigrane, dénonce tout un système : celui du show business, des majors… Voilà Wislow dépossédé de ce qui aurait pu lui amener gloire et richesse. Mais Swan ne s'arrêtera pas là et va lui voler sa voix, son visage et la ravissante chanteuse enjôleuse Phœnix qui le fait tant vibrer, le cher objet de son cœur ! Il survivra contre toute attente et deviendra ce fameux fantôme prêt à hanter les répétitions de la cantate que Swan s'est attribuée et avec laquelle il veut inaugurer son club de rock'n roll définitif : le « Paradise ». Un véritable fantôme vivant assoiffé de vengeance qui ne reculera devant rien. L'enfer et la damnation rôdent plus que jamais dans le paradis…
« On espérait depuis longtemps la reprise de ce petit bijou, bizarre “musical” fantastique, à la fois noir et étincelant, tourné en 1974 » écrit Cécile Mury dans Télérama. « Ne fût-ce que pour sa formidable bande-son, sarabande hétéroclite de toutes les tendances de l'époque, de la pop suave au glam-rock, en passant par les débuts du heavy metal. Elle a été composée par Paul Williams (qui joue aussi Swan). Cette brassée de chansons et leurs chorégraphies bigarrées – contorsions et pattes d'eph furieusement seventies – n'avait pas quitté nos mémoires : le mélancolique et déchirant Old Souls, ballade interprétée par Jessica Harper, le (volontairement) agressif et graillonnant Somebody super like you, ou encore Upholstery, allègre parodie des Beach Boys. »

Le Fantôme de l'Opéra immortalisé par Gaston Leroux, plus le mythe de Faust et des emprunts au Portrait de Dorian Gray d'Oscar Wilde, tout cela compose un cocktail détonnant auquel la verve et l'imagination visuelle de Brian De Palma donnent une rare saveur.
Phantom of the Paradise, c'est du cinéma de fête, un régal pour les amateurs de mélodrame baroque, un morceau de choix pour les fans d'humour satirique et de fantaisie débridée, un grand moment pour les amoureux du fantastique (ça commence à faire du monde…). Du cinéma bourré de vitamines et de références à la culture populaire, ô combien jouissif…