LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Première séance à 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Install-party samedi 18 juin à Tournefeuille
Vous voulez déconfiner durablement vos ordinateurs ? Envie de découvrir une informatique libre, éthique et accessible ? Vous vous sentez une affection naissante pour les gnous et les pinguins ? L’association Toulibre vous propose de venir découvrir les Logiciels Libres, et comme le premier pas v...

Sous l'aile des Anges, et le regard de Terrence Malick
Chers spectateurs, parfois je viens vous voir dans les salles afin de vous rencontrer en direct, d’échanger avec vous, de vous raconter les croustillantes anecdotes de l’exploitante du cinéma aguerrie et acharnée que je suis. C’est tellement profitable les séances collectives, c’est du cinéma. Telle...

L'œil et la Plume : retour critique de LITTLE PALESTINE / D.E.F.I. prod
Basée au Mirail, l’équipe de D.E.F.I PRODUCTION s’est donner pour nouvelle mission d’accompagner des groupes de jeunes à la découverte d’autres cinémas, d’autres films, dans d’autres salles… Plus ou moins régulièrement nous aurons des retours, écrits, filmés, radios, de ces découvertes.... Lire ...

LE DOMOVOÏ - bistrot d'Utopia Borderouge - est (enfin !) ouvert !
« Génie familier de la maison, Domovoï est originellement celui du feu du foyer. Il se fonde sur l’usage de déposer dans la nouvelle maison un feu pris dans la précédente et sur celui d’offrir au domovój, chaque 28 janvier, un pot de gruau recouvert de braises. » Merci Wikipédia, on en sait à pr...

Toulouse Polars du Sud, séance unique le 5 octobre à 19h30 à Borderouge. Carte blanche suivie d'une rencontre avec Carlos Salem, auteur argentin - Prix Violeta Negra pour Attends-moi au ciel, auteur de La dernière affaire de Jonnhy Bourbon – Je reste roi (émérite) d’Espagne. Actes Sud (2020)

LE BRAQUAGE DU SIÈCLE

(El robo del siglo) Ariel Winograd - Argentine 2021 1h54mn VOSTF - avec Guillermo Francella, Diego Peretti, Juan Alari, Pablo Rago, Rafael Ferro, Mariano Argento, Luis Luque...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LE BRAQUAGE DU SIÈCLEC’est l’histoire d’une rencontre accidentelle, comme un coup de foudre un soir de pluie, entre une bouche d’égout, un canal souterrain jouxtant les sous-sols d’une banque et le cerveau génialement cortiqué d’un brave type sans histoires, qui va aboutir au braquage le plus rocambolesque jamais survenu en Argentine.

En effet le 13 janvier 2006, six hommes armés de fusils factices s’introduisent dans la banque Río et prennent en otage ses vingt-trois occupants. Des centaines de policiers alertés encerclent l’établissement, négocient la libération des otages et attendent près de cinq heures avant de donner l’assaut. A l’intérieur, aucun des otages ligotés n’est blessé. Les forces de l’ordre se dirigent alors vers le coffre-fort pensant piéger les cambrioleurs. Au lieu de ça, il ne trouvent qu’un court poème épinglé aux barreaux, et une sacré surprise…

Voilà pour les faits historiques ; mais, à l’inverse d’un “Whodunit”, où l’on cherche à découvrir le coupable et ses mobiles, le « Heist Movie » (ou film de cambriolage) expose dès le départ ses aboutissants, et rembobine le fil qui nous ramène au tenants. On sait donc qui a fait le coup, mais tout l’intérêt du film tient dans le déroulement de son exécution. Et ça le réalisateur Ariel Winograd l’a bien compris, appliquant une structure narrative archi-classique en 4 actes (le plan, le recrutement, l’exécution, les conséquences) afin de garder les spectateurs qui n’auraient jamais entendu parler de ce fait-divers en terrain connu et parfaitement balisé, tout en développant parallèlement le portrait des différents protagonistes.

Et c’est là que réside le principal atout du film : l’affection avec laquelle Winograd dépeint sa bande de bras cassés, voleurs à la petite semaine, braqueurs ratés, escrocs du dimanche, un peu paumés, un peu loosers, qu’on croirait tout droit sorti du Pigeon de Monicelli, mais que leur volonté commune va pousser à accomplir un exploit dont aucun d’entre eux n’aurait été capable seul. Loin des comédies sophistiquées à la Ocean Eleven, avec leur casting « All Stars », leurs néons bling-bling, leur mécanique huilée comme une montre suisse et leurs péripéties rebondissant mollement comme un pourboire sur la moquette d’un casino de Las Vegas, Le braquage du siècle se rapproche davantage du classique Mélodie en sous-sol avec son casting de gueules plus vraies que nature, sans pathos ni effets de style, mais avec l’humour en plus ! Car oui, en dépit d’un commentaire assez sombre sur l’âpreté de la vie dans l’Argentine post-crise économique de 2002, le film est avant tout une comédie flirtant élégamment avec le tragique sans jamais y succomber.

A la fois divertissement énergique et drôle, portrait savoureux de petits prolétaires du crime décidés à faire un pied de nez au destin comme autant de Guignols tirant la langue au Gendarme, Le braquage du Siècle se déguste comme un sorbet citron un jour de canicule : avec délectation !