LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Première séance à 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

30237
Et voilà, Vidéo en Poche c’est fini, le compteur s’arrête à 30237 copies vendues sans DRM sur clés USB ! À bientôt dans le cyberespace indépendant et surtout IRL dans les salles de cinéma :)Le 30 novembre à minuit, Vidéo en Poche a tiré sa révérence et retourne dans sa bouteille de ...

Install-party samedi 18 juin à Tournefeuille
Vous voulez déconfiner durablement vos ordinateurs ? Envie de découvrir une informatique libre, éthique et accessible ? Vous vous sentez une affection naissante pour les gnous et les pinguins ? L’association Toulibre vous propose de venir découvrir les Logiciels Libres, et comme le premier pas v...

Sous l'aile des Anges, et le regard de Terrence Malick
Chers spectateurs, parfois je viens vous voir dans les salles afin de vous rencontrer en direct, d’échanger avec vous, de vous raconter les croustillantes anecdotes de l’exploitante du cinéma aguerrie et acharnée que je suis. C’est tellement profitable les séances collectives, c’est du cinéma. Telle...

L'œil et la Plume : retour critique de LITTLE PALESTINE / D.E.F.I. prod
Basée au Mirail, l’équipe de D.E.F.I PRODUCTION s’est donner pour nouvelle mission d’accompagner des groupes de jeunes à la découverte d’autres cinémas, d’autres films, dans d’autres salles… Plus ou moins régulièrement nous aurons des retours, écrits, filmés, radios, de ces découvertes.... Lire ...

LE PETIT NICOLAS, QU’EST-CE QU’ON ATTEND POUR ÊTRE HEUREUX ?

Amandine FREDON et Benjamin MASSOUBRE - film d'animation France 2022 1h22mn - avec les voix de Simon Faliu, Laurent Lafitte, Alain Chabat... Écrit par Anne Goscinny, Michel Fessler et Benjamin Massoubre d’après l’œuvre de Sempé et Goscinny. Grand Prix du Festival International du Film d’animation d’Annecy 2022. Pour les enfants à partir de 7 ans.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LE PETIT NICOLAS, QU’EST-CE QU’ON ATTEND POUR ÊTRE HEUREUX ?Il a une bouille toute ronde, un petit nez pointu, une tignasse récalcitrante au lissage du peigne – et le trait vif et clair de Jean-Jacques Sempé le saisit toujours en mouvement, courant, criant, éternellement en avance d’une bêtise à faire, débordant comme tous les gamins d’une énergie (mal) contenue par les sept à huit heures quotidiennes passées en classe. C’est toujours lui qui raconte – et la langue inimitable que lui a inventée René Goscinny, enfantine mais exempte de niaiserie, un rien datée mais devenue intemporelle, est, de même, vive, claire, débordante d’énergie… Cette même langue pleine de verve qui parcourt les planches scénarisées par le même Goscinny pour Gotlib dans les Rubrique-à-brac et qui sait se faire mordante (jamais méchante) pour décrire les petits travers de la société livrée à l’observation sans filtre des enfants. Franc, direct, notre petit héros de papier commente sans malice le drôle de monde des adultes, bien terne et bien sérieux, qui n’est finalement jamais que la version (à peine) assagie de la micro-société de cour de récré qu’il forme avec ses chouettes copains, les inénarrables Agnan, Clotaire, Eudes, Alceste ou Rufus – et la petite Marie-Edwige, qui doit faire sa place dans ce monde de garçons.

Enfin ! Des décennies que le cinéma et la télévision tournent autour de ce petit héros de papier, imaginé sur un coin de table de bistrot, devenu icône nationale, sans parvenir à en retrouver l’extraordinaire vitalité mâtinée de poésie qu’avaient su d’emblée lui insuffler ses auteurs. Étirées et actualisées en longs métrages décevants avec des comédiens en chair et en os au langage trop contemporain, déclinées en séries animées au graphisme trop lissé et adapté au goût du jour, les adaptations en mouvement de ses aventures étaient paradoxalement beaucoup moins vivantes, beaucoup plus statiques et souvent effroyablement convenues que la version d’origine, artisanalement couchée à quatre mains sur le papier avec un pinceau, un peu d’encre et une vieille machine à écrire. Foin de modernisation, le graphisme est cette fois scrupuleusement celui de Jean-Jacques Sempé, qui donne vie en quelques traits à ses dessins, tandis que le langage fleuri et agréablement suranné passe directement du génie gouailleur de René Goscinny à la bouche des personnages.

La très belle idée du film, celle qui lui donne son rythme, son corps et toute sa force, c’est d’avoir intimement lié l’histoire personnelle des deux créateurs, celle de leur rencontre, de leur insubmersible amitié et de leur si fructueuse collaboration, aux adaptations de quelques unes des saynètes piochées dans les différents recueils de nouvelles réalisés par les deux compères. En un subtil dosage, le rythme effréné des courtes aventures dynamise les épisodes, plus contemplatifs, qui retracent la bohème parisienne des deux hommes, l’évocation de leurs origines, des petits et grands traumatismes familiaux qui les ont construits et des passions qui les ont portés (Ah ! La relation magique de Sempé au jazz et aux musiciens…). Le film qui en résulte est absolument épatant : visuellement très beau, curieux, drôle et émouvant, il va, et ce n’est pas une figure de style, passionner tous les publics, enfants et adultes de tous les âges et quelle que soit leur connaissance préalable des aventures en papier de Nicolas.