LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Première séance à 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

30237
Et voilà, Vidéo en Poche c’est fini, le compteur s’arrête à 30237 copies vendues sans DRM sur clés USB ! À bientôt dans le cyberespace indépendant et surtout IRL dans les salles de cinéma :)Le 30 novembre à minuit, Vidéo en Poche a tiré sa révérence et retourne dans sa bouteille de ...

Install-party samedi 18 juin à Tournefeuille
Vous voulez déconfiner durablement vos ordinateurs ? Envie de découvrir une informatique libre, éthique et accessible ? Vous vous sentez une affection naissante pour les gnous et les pinguins ? L’association Toulibre vous propose de venir découvrir les Logiciels Libres, et comme le premier pas v...

Sous l'aile des Anges, et le regard de Terrence Malick
Chers spectateurs, parfois je viens vous voir dans les salles afin de vous rencontrer en direct, d’échanger avec vous, de vous raconter les croustillantes anecdotes de l’exploitante du cinéma aguerrie et acharnée que je suis. C’est tellement profitable les séances collectives, c’est du cinéma. Telle...

L'œil et la Plume : retour critique de LITTLE PALESTINE / D.E.F.I. prod
Basée au Mirail, l’équipe de D.E.F.I PRODUCTION s’est donner pour nouvelle mission d’accompagner des groupes de jeunes à la découverte d’autres cinémas, d’autres films, dans d’autres salles… Plus ou moins régulièrement nous aurons des retours, écrits, filmés, radios, de ces découvertes.... Lire ...

FALCON LAKE

Charlotte LE BON - France 2022 1h40mn - avec Joseph Angel, Sara Montpetit, Monia Chokri, Arthur Igual... Scénario de Charlotte Le Bon et François Choquet. Musique originale de Shida Shahabi (on le signale car la musique joue un rôle essentiel dans l’ambiance très troublante du film).

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

FALCON LAKEAdaptation très libre du roman graphique Une sœur, de Bastien Vivès (Ed. Casterman), que Charlotte Le Bon a transposé des bords de mer en Bretagne à un lac des Laurentides au Québec, où elle a grandi, Falcon Lake s’intéresse à l’éducation sentimentale et aux premiers émois amoureux de Bastien, un jeune Français de 13 ans (Joseph Engel).
Lorsque sa famille vient passer quelques jours de vacances dans un chalet au bord du lac où sa mère québécoise (Monia Chokri) a grandi en compagnie de son amie d’enfance Louise, Bastien tombe instantanément sous le charme de la fille de cette dernière, Chloé (Sara Montpetit).
L’adolescente de 16 ans, qui est un peu excentrique et se raconte des histoires de fantômes auxquelles elle semble croire dur comme fer, est d’abord irritée par l’irruption de ce gamin dans sa vie (elle est contrainte de partager sa chambre avec lui), mais finit par se prendre d’affection pour Bastien. S’agit-il du rapport amour-haine d’une grande sœur pour un petit frère ? D’une affection platonique ou la naissance d’une relation d’une autre nature ?

Chloé traîne d’ordinaire avec des garçons de 18-19 ans, boit, fume et est fascinée par la mort. Bastien, lui, est surtout fasciné par Chloé, qui l’emmène avec elle dans les fêtes de chalet et au bord du lac, où on aime se raconter des histoires qui font peur. Un jeu ambigu de séduction s’installe entre eux. Bastien veut montrer à Chloé qu’il est plus mûr qu’elle ne le croit. Chloé se joue de l’intérêt soudain que Bastien lui porte et de l’ascendant qu’elle a sur lui.
Bastien a un pied dans l’enfance et un pied dans l’adolescence. Chloé un pied dans l’adolescence et un pied dans l’âge adulte. Ils se retrouvent dans une zone convergente et intermédiaire, entre deux âges, avec toutes les maladresses, les quiproquos et les drames potentiels que cela sous-entend.
Autour du lac placide où est campé l’essentiel de l’intrigue, dans la forêt dense et inquiétante – le tournage a eu lieu dans le bien nommé village de Gore, dans les Laurentides –, on appréhende le drame à tout moment.

Charlotte Le Bon parvient à créer et soutenir cette tension grâce à une réalisation particulièrement soignée et subtile, à la fois sombre et lumineuse, faite de splendides jeux d’ombres sur les visages et les silhouettes. Et d’une bande sonore anxiogène. La fin, ouverte et énigmatique, reste longtemps en tête. Un premier film très original et maitrisé.

(M. Cassivi, lapresse.ca)