jeudi, mars 3 2022

Sous l'aile des Anges, et le regard de Terrence Malick

Chers spectateurs, parfois je viens vous voir dans les salles afin de vous rencontrer en direct, d’échanger avec vous, de vous raconter les croustillantes anecdotes de l’exploitante du cinéma aguerrie et acharnée que je suis. C’est tellement profitable les séances collectives, c’est du cinéma. Tellement agréable de venir vous trouver assis formidables et confortables dans vos fauteuils, le bonheur de regarder une salle avec un public expert qui s’apprête à son tour à regarder un film… Ce mot pour vous faire part encore une fois de mon attachement tout à fait personnel et dévoué au film qui fait la couverture de l’actuelle gazette en couleur rose printanière !

Il s’agit de Sous l’aile des Anges. Il sera sur nos écrans plus d’un mois avant sa sortie nationale le 16 avril. Vous pouvez venir le découvrir dès le 9 mars, la presse et la radio ne feront pas écho de lui avant un moment. Profitez de ce silence pour venir le découvrir, sans rien connaître, sans trop savoir, mis à part que c’est un poème visuelle d’une belle force, un conte d’une émotion profonde qui viens de loin, des tréfonds des êtres et des ancêtres. Loin dans le nouveau monde de l’Amérique du Nord. Avant que la civilisation soit construite… Serez vous de l’aventure ?

Ci-dessous le texte que Vincent Souladié, maître de conférences en histoire et esthétique du cinéma américain à l’Université Jean Jaurès de Toulouse a eu la gentillesse d’écrire pour la sortie du film dans nos salles, et qui sera présent à Tournefeuille le 11 mars pour la soirée avec les Democrats Abroads. Merci à lui.

Lire la suite...

dimanche, février 27 2022

L'œil et la Plume : retour critique de LITTLE PALESTINE / D.E.F.I. prod

Basée au Mirail, l’équipe de D.E.F.I PRODUCTION s’est donner pour nouvelle mission d’accompagner des groupes de jeunes à la découverte d’autres cinémas, d’autres films, dans d’autres salles… Plus ou moins régulièrement nous aurons des retours, écrits, filmés, radios, de ces découvertes.

vendredi, février 25 2022

LE DOMOVOÏ - bistrot d'Utopia Borderouge - est (enfin !) ouvert !

« Génie familier de la maison, Domovoï est originellement celui du feu du foyer. Il se fonde sur l’usage de déposer dans la nouvelle maison un feu pris dans la précédente et sur celui d’offrir au domovój, chaque 28 janvier, un pot de gruau recouvert de braises. » Merci Wikipédia, on en sait à présent un peu plus sur « l’esprit protecteur du foyer et de la famille » qui officie derrière le comptoir du bistrot d’Utopia Borderouge (on espère pour longtemps !). Le Domovoï s’appelle Xavier. Bienvenue !

Domovoï

jeudi, février 17 2022

Stop Bolloré ! L'appel du collectif

Le collectif Stop Bolloré a vu le jour en décembre 2021 et rassemble des membres et des organisations de la société civile qui s’inquiètent de la concentration des médias et de l’édition en France et des dangers que cela représente pour la démocratie. Le projet du collectif, qui est politique, juridique, historique, médiatique et philosophique, est de créer un débat public sur les dangers extrêmes de cette concentration et de l’utilisation des sources d’édition à des fins idéologiques. Leur première conférence de presse a eu lieu le 16 février. Des membres du collectif ont rédigé une saisine à destination de l’Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique (ARCOM) aux fins de demander la sanction de la chaîne Cnews pour ses multiples manquements à la convention la liant à l’ARCOM. Vous pouvez trouver cette saisine ainsi que d’autres informations sur le site https://stopbollore.fr. Ci-dessous leur communiqué et la vidéo de présentation.

Lire la suite...

mardi, février 15 2022

RETOUR CRITIQUE DE TWIST A BAMAKO / D.E.F.I. prod

Basée au Mirail, l’équipe de D.E.F.I PRODUCTION s’est donner pour nouvelle mission d’accompagner des groupes de jeunes à la découverte d’autres cinémas, d’autres films, dans d’autres salles… Plus ou moins régulièrement nous aurons des retours, écrits, filmés, radios, de ces découvertes.

https://img.20mn.fr/WROD0f3hRLm7T7D_Vcu1Zik/768x492_twist-a-bamako-synopsis0.jpg

Mathilde

Un voyage temporel et culturel à travers les ruelles de Bamako et des villages maliens, riche en couleurs, en histoire, en mélanine. Un instant pour rire, l’autre pour être ému, ce film est à mes yeux un hymne de joie et de danse. Un moment de liberté même pour le spectateur qui se prête au jeu, de suivre la révolution socialiste au regard d’un jeune malien. Des convictions partagées par un peuple rêvant de changement, qui ont pu à leur manière changer le cours de l’histoire. En effet, ce vif espoir d’une émancipation politique et économique, devient la force d’esprit de la jeunesse malienne. Elle, qui se bat pour faire entendre ses convictions, essayant de se frayer un chemin parmi les intérêts des plus grands. Elle, qui est un exemple de prise de responsabilité, de maturité et de persévérance. Elle, qui casse les codes pour faire entendre sa voix justicière.

Entre traditions ancrées et renouveau culturel, c’est une histoire identitaire, liant Lara à Samba, se rencontrant aux détours de vie troublée par l’instabilité politique. Lorsque l’une découvre une autre façon de vivre au sein de la grande ville, l’autre se fait messager et protagoniste du changement. Alors, leur rapprochement allant à l’encontre de la morale, se distingue par sa fougue, sa pureté et son innocence, laissant sur la piste de danse les angoisses du mariage arrangé. 

Ce drame qui n’en est plus un, fait du bien à l’esprit, donne de l’espoir, permet d’entrevoir que chacun à son échelle peut faire varier le cours du temps. Car on ne nous le dit pas assez “Un jour le ciel s’éclaircira”.

 

 

*

*.        *

Anonyme

Au premier regard, le titre est passionnant, on voit au lendemain de l’indépendance, le Mali est sur un fond de liberté et de twist. 

Une jeunesse qui fête l’indépendance et met leur espoir sur le modèle socialisme. Mais le pays va se plonger dans un conflit entre la tradition, le système socialiste et un rêve capitaliste.
L’auteur a essayé de mettre deux thèmes ( un système politique et une histoire d’amour) qui se marient pas trop. La romance prend dessus sur le système politique du pays.
Le film est réalisé au Sénégal, ce qui fait que le paysage est limité. 

Les acteurs sont en majorité des Sénégalais et des français ce qui explique l’absence de l’accent malien. Il y a peu d’acteurs, on a l’impression que le Mali est dirigé par quelques personnes et que tout se limite à Bamako. On joue la même musique 6 fois, l’ambiance du Mali des années 62 n’est pas très présente. la fin du film est catastrophique.

Malgré quelques incohérences et manque du réalisme, le film est très émouvant, la déception d’une jeunesse déterminée et une histoire d’amour sur fond de liberté.

 

 

samedi, janvier 2 2021

On n'est jamais à l'abri du meilleur… Le projet Utopia Cinéma Durable continue ! 400% son objectif initial déjà atteint, 80 000€ ! Mazette ! Une fin d'année sur les chapeaux de roue !

Drôle d’année que 2020… Nous vous souhaitons une très belle année 2021, qu’elle soit meilleure et moins confinée que la précédente, qu’elle vous apporte la santé, la réalisation de vos projets. Il nous revient à tous de bâtir des alternatives solidaires, durables, respectueuses de l’humain et de nature. Vous participez sans doute à notre belle aventure, ou pouvez toujours la rejoindre, soutenir un

Malgré tout… La campagne de financement participatif sur Utopia Cinéma Durable sur Ulule, a été très belleObjectif atteint à 400% , 80 000€, 608 contributrices et contributeurs ! Plein de chouettes soutiens, de jolis témoignages, de mots doux…

Bonne_anne_e-min.png

Pourtant, rien ne s’est vraiment passé comme on le rêvait (entre les couvre-feux, la culture confinée, notre déconfiture cinématographique…). Démarrer une telle épopée coupés de vous, nos soutiens naturels, nos spectatrices et spectateurs fidèles… Pas de débats, pas de recontres, pas de lieux où distribuer nos tracts qui restent confinés dans les Utopia… Alors merci à ceux qui ont répéré cette campagne, et les autres… ne désespérez pas ! L’aventure continue… La page Utopia Cinéma Durable ! reste en ligne… Vous pouvez toujours la visiter, inciter vos voisins, voisines à y jeter un œil et une obole… La communauté s’agrandit !

Lire la suite...

dimanche, décembre 20 2020

Comme un cadeau de Noël à la planète ! Vous êtes-là ! Attention J-1 : il ne tient qu'à vous…

Lors de nos permanences, dans nos halls, sur les réseaux, il n'y a pas à dire vous êtes-là !

Même sur Ulule : vous êtes-là ! sur https://fr.ulule.com/utopia-pont-sainte-marie/

Par solidarité, pour soutenir un projet légitime, pour faire votre part ! WE DO OUR PART ! Parce qu'on ne peut pas laisser les (qu’ils soient « nôtres » ou pas!) mômes se battre seuls dans la rue contre le climat.
Notre part, modeste, est de construire un prototype de cinéma à taille humaine qui porte en lui l’espérance d’une graine et le souhait que d’autres lui emboîtent le pas…

Il est temps d'inventer une nouvelle génération de cinémas écolos durables ! Cinéma + écolo !? Doublement « pas essentiel » comme le chante Grand Corps Malade !

Nombre de jeunes exploitants y croient, s'y intéressent et contribuent…Voilà, par exemple ce qu'à écrit l'un deux pour partager notre projet sur les réseaux sociaux :

noe_l_Parthenay.png
 

 

Lire la suite...

samedi, novembre 7 2020

Gébé, on arrête tout, on réfléchit / L'AN 01

Si, après avoir vidé votre PEL pour aider Utopia à concrétiser le projet de cinéma du futur à Pont Sainte Marie, il vous reste 3 sous d’épargne à dilapider dans la joie et la bonne humeur…

On était très heureux de recevoir Pierre Carles à Utopia Borderouge, pendant le dernier festival du film grolandais. On a beaucoup, beaucoup aimé son film sur Gébé et l’An 01, visible ci-dessous et sur son site (www.pierrecarles.org). Il nous apprend aujourd’hui la mise en œuvre d’un projet de livre-hommage pour faire suite au film.

Les contributions commencent à 14€, le prix du bouquin.

https://www.helloasso.com/associations/naqu1oeil/collectes/gebe-on-arrete-tout-on-reflechit-l-an-01

 

Sortie d’un petit livre (48 pages ) à tirage limité (999 exemplaires) sur Gébé et L’AN 01
 

Le confinement du début de l’année 2020, caractérisé par un arrêt d’une partie de la production et d’une chute importante de la consommation, a renvoyé certains d’entre nous 50 ans en arrière : au début des années 70, le dessinateur Gébé publiait la BD L’An 01 qui allait devenir un film avec Jacques Doillon à la réalisation. Slogan : « On arrête tout, on réfléchit et… c’est pas triste ». A méditer ?

Pour accompagner la sortie du petit film Gébé, on arrête tout, on réfléchit (56 mn), proposé en accès libre sur internet, Mona Chollet, Jacques Doillon, Daniel Mermet, Pierre Carles et plus d’une vingtaine de dessinateurs et photographes (*) rendent hommage au génie poétique et visionnaire de Gébé dans un ouvrage de 48 pages, mis en livre par Carole Lataste, que l’on peut d’ores et déjà commander ici :

https://www.helloasso.com/associations/naqu1oeil/collectes/gebe-on-arrete-tout-on-reflechit-l-an-01

 

Pour financer les travaux de conception et d’impression, ce livre est mis en vente avec trois tarifs différents, en fonction de vos moyens :

  • Formule « prix coûtant » : 10 euros l’exemplaire (+ 4 € de frais de port) pour toute commande passée avant le 30 novembre (12,50 euros après cette date).

  • Formule « tirage de tête » : 25 € (+ 4 € de frais de port) pour l’ouvrage numéroté et signé par Pierre Carles (co-auteur et directeur artistique du livre). Attention : tirage limité à 150 exemplaires.

  • Formule « collector » : 50 € (+ 4 € de frais de port) pour l’un des 50 exemplaires numéroté et dédicacé par Pierre Carles, accompagné d’un cadeau-surprise video. Achat limité à un seul exemplaire par personne. 

     
    N’hésitez pas à faire circuler l’information !
 (*) Babet, Baudoin, Arnaud Baumann, Cabanes, Davodeau, Druilhe, Faujour, Goossens, Kerfriden, Lacombe, Lasserpe, Lefred-Thouron, Michel Lepinay, Martin, JC Menu, Nardo, Otho Puol, Pancho, Placid, Lewis Trondheim, Rémi, Rochette, Urbs…
 

jeudi, novembre 5 2020

lu dans BOX-OFFICE PRO : "Vers Troyes, Utopia fait appel au financement citoyen"

Le réseau indépendant, qui a obtenu le permis de construire le 19 octobre, a lancé une vaste campagne de financement participatif pour son projet de cinéma à Pont-Sainte-Marie, dans l’Aube.

« Il est temps que le cinéma passe au vert ! » Déterminée, Anne Faucon a décidé de franchir une nouvelle étape dans la concrétisation du projet de quatre salles et qu’elle développe depuis l’hiver 2018 dans la commune de 5 000 habitants. Il y a quelques jours, l’actuelle directrice adjointe de l’Utopia Tournefeuille a débuté une campagne de crowdfunding (accessible ici) visant à financer une petite partie du budget nécessaire à la réalisation du projet. Pour l’heure, 13 677 euros, soit 68 % [74% le 5/11, ndU] du premier palier fixé à 20 000 euros, ont été réunis auprès de 166 contributeurs. Si l’engouement suit, plusieurs niveaux sont prévus, comme le seuil de 100 000 euros qui permettra de poser la première pierre, ou celui de 150 000 euros pour la pose du photovoltaïque. « L’idée derrière cette campagne c’est surtout de faire parler de nous, de ce concept d’éco-cinéma, légitime pour la ville, pour l’avenir, pour le lien social dans un quartier en pleine évolution. C’est de montrer que la population nous soutient même avec un ou dix euros et ainsi prouver aux politiques que le projet intéresse », explique Anne Faucon qui martèle que l’Aube est l’un des départements les plus sous-équipés en matière de cinéma art et essai.

la suite : https://www.boxofficepro.fr/vers-troyes-utopia-fait-appel-au-financement-citoyen/

mercredi, novembre 4 2020

La cagnotte ULULE pour UTOPIA, ça marche !

Petit point d’étape : plus de 70% collectés en quelques jours auprès de 171 contributeurs : c’est un peu la classe ! Et le signe que, malgré la morosité ambiante, on y croit un bon peu à ce monde meilleur ! Il reste un mois et quelques pour compléter, voir enrichir encore notre projet.
 
Que vous dire de plus… Participez, partagez…
And… Make Utopia Great Again  !
 
Ulule - Utopia Pont Sainte-Marie

lundi, juin 29 2020

Le cinéma et le bistrot d'Utopia Tournefeuille sont fermés jusqu'au 12 août

Le lieu sera fermé jusqu’au 12 août pour réalisation des grosses œuvres afin de conforter le terrain qui héberge le cinéma. En effet un affaissement du terrain concernant l’annexe de la salle 1, sortie de secours côté bistrot, a mis à rude épreuve notre bâtiment, comportant de problèmes divers et récurrents : Fissures, dégâts des eaux, désaxement des portes… Bistrot et cinéma vont attendre la fin des travaux pour mieux pouvoir vous accueillir dès le 12 août.

Utopia-Tournefeuille.jpg

Pendant ce temps, le cinéma aura aussi changé les écrans des salles 3 et 4. Révisé les fauteuils des 4 salles. Fait tous les agencements rendus obligatoires par la crise sanitaire : un beau paravent en verre et laiton protégera la caisse, la CTA (Centrale de Traitement d’Air, les machines qui s’occupent de changer l’air dans les salles) sera équipé de filtres plus performants, avec une reprise d’air neuf et renouvellement d’air assaini. Un grand nettoyage d’été de fond en comble, dans les plus petits détails est prévu également pour le mois d’août. On organise le sens de la circulation et on veille à vous recevoir comme on a toujours fait dans les meilleures conditions d’hygiène et de confiance.

Nous serons heureux de vous retrouver, nous vous encourageons à ne pas perdre le chemin du ciné. Et pour ceux qui souhaîtent nous soutenir, des abonnements pour le cinéma, valables à vie dans tous les Utopias et au Cosmographe, seront à votre disposition chez Mirabelle (décoration et cadeaux), 90 rue Gaston Doumergue durant tout le mois de juillet. Merci à vous.

Le cinéma est un art collectif autant qu’universel, soutenons-le !

mardi, juin 23 2020

SOS Méditerranée lance un appel aux dons

OceanViking.jpg

Chères citoyennes, chers citoyens,

À l’heure où nous vous écrivons, l’Ocean Viking fait route vers la Méditerranée centrale pour porter secours aux personnes en détresse en mer. Durant ces dernières semaines et suite à la fin de notre partenariat médical avec Médecins Sans Frontières, nous avons dû nous réorganiser afin de poursuivre notre mission. Nous avons donc recruté une équipe médicale de quatre professionnels de santé : un médecin, deux infirmières et une sage-femme. Ils ont pour la plupart déjà travaillé sur l’Ocean Viking ou l’Aquarius et connaissent les conditions particulières dans lesquelles nous intervenons. Ils ont aidé à la préparation du navire et notamment mis en place des protocoles spécifiques liés à la prévention du Covid-19.

Lire la suite...

jeudi, juin 4 2020

Pour un cinéma durable et des rencontres d’une nuit (par Anna Pitoun)

La chance quand on est réalisatrice de films documentaires c’est que vos travaux suscitent des débats. Alors on vous invite. Pour une soirée, une matinée. A une rencontre avec le public. C’est l’une des choses que je préfère. Ces moments d’échange, quand la lumière se rallume et que les spectateurs plissent un peu les yeux. Certains s’étirent, d’autres se redressent. Comme sortant d’un sommeil avec ou sans rêves. Je regarde les visages de celles et ceux qui ont vu mon film. Je me présente à eux. Ils me regardent aussi. Il y a toujours un petit temps silencieux et très doux avant que le champ de la parole ne s’ouvre. Et puis vient le débat. Les pours, les contres, les acquis, les sur-le-choc. Certains posent des questions, d’autres témoignent. Le temps s’étire parfois tard dans des échanges politiques ou intimes. Je me souviens d’un débat dans une salle de Toulouse. Un monsieur au fond de la salle, à l’écart de tous. Une barbe immense, de longs cheveux, quatre sacs plastiques posés à ses pied. Un SDF qui venait régulièrement grâce aux tickets suspendus et ne parlait jamais à personne, m’avait confié la responsable de la salle. A la fin du débat, il s’était approché de moi et m’avait glissé deux phrases. Deux remarques sur mon film. D’une pertinence extrême. Qui m’avaient donné à réfléchir longuement.

Lire la suite...

samedi, mai 23 2020

Atelier d'écriture YAKSA 7 : Kévin

La première fois que je l’ai vu, c’était à mon anniversaire, il était sorti d’un énorme gâteau avec des oreilles de lapin et un pompon blanc coincé entre les fesses. On peut pas vraiment dire que ce soit mon genre de mec mais il s’était passé un truc, je ne sais pas quoi exactement, quand il m’a pris par la main pour m’assoir sur ses genoux et qu’il a caressé ma nuque devant toutes les copines complètement hystériques j’ai senti une drôle de chaleur m’envahir, je pense que je devais être rouge comme un coquelicot et j’ai fait un malaise vagal. J’ai fini aux urgences en réanimation.

La deuxième fois que je l’ai vu, c’était à la manif des intermittents du spectacle. il était debout en short sur un char et il ondulait son corps aux sons des rythmes syncopés lâchés par les artistes en colère. Je passais par hasard et du coup j’ai suivi toute la manif. il jetait des petits papiers en l’air, des tracts de toutes les couleurs et c’est en les ramassant que je me suis fait renversé par la camionnette FO. J’ai perdu connaissance et j’ai fini aux urgences en réanimation.

La troisième fois que je l’ai vu, c’était à l’inauguration de la boutique traiteur primeur lounge cyber café qui a ouvert en bas de chez moi, il est sorti d’un gaspacho géant comme la vénus de Botticelli de l’océan. Il était beau comme un diable avec ses morceaux de tomates et de poivrons collés partout sur lui. Pas de danger que je me fasse renverser, ils avaient interdit la circulation dans la rue pour l’occasion. J’ai juste fait une intoxication alimentaire et j’ai fini aux urgences pour un lavage d’estomac.

Lire la suite...

vendredi, mai 22 2020

Atelier d'écriture YAKSA 6 : Daria

Je m’appelle Greg Camazot, j’ai 34 ans ; je suis arrivé à Londres, il y a deux ans. Je travaillais à cette époque pour la Food and Drug Administration pour développer des recherches en alimentation alternative d’origine animale à base d’insectes.

Les semaines qui avaient suivi le départ de Daria n’avaient pas été faciles. Nous nous étions rencontrés en Indonésie, il y a trois ans ; rapidement nous avions décidé de vivre ensemble avec le projet de revenir en Europe; plus précisément, deux années à Londres avant de repartir pour Bornéo, toujours dans le cadre de mon activité de recherche sur les insectes.

Cette vie de perpétuels changements ne lui convenait plus, elle m’avait souvent parlé de revenir habiter en Hongrie. Le domaine familial d’Harkany lui reviendrait bientôt. Cet atavisme avait resurgit de façon brutale après le décès récent de son père. Elle venait de décider de repartir en Hongrie pour quelques temps.

L’appartement que je louai à l’époque dans l’East End était assez sombre et j’étais resté enfermé des jours entiers, volets baissés. A cette époque de l’année, Londres se couvrait de brumes épaisses et la luminosité baissait brutalement, la température aussi d’ailleurs.

Ce qui avait séduit Daria au début de notre relation, c’était mon excentricité, mon côté « clown » comme elle disait. Elle m’avait d’ailleurs offert un trapèze volant que j’avais accroché ingénieusement à la plus haute poutre métallique du salon.

Lire la suite...

jeudi, mai 21 2020

Atelier d'écriture YAKSA 5 : à partir de tableaux de Magritte

Test du parapluie.

 

Les Vacances de HegelComment savoir si un parapluie est vraiment étanche ?

C’est très simple.

Prenez un verre d’eau. Oui un simple verre d’eau transparent. Un verre que vous pouvez trouver partout. Un verre sans identification spécifique.

Remplissez-le au 9/10 - c’est très important- d’eau du robinet :

- l’eau de ville, c’est bien connu, a un pouvoir bien plus prégnant que l’eau de source. Oui vous le saviez mais il est toujours bon de le rappeler. -

Ensuite choisissez LE parapluie. Là aussi pas d’erreur. Il faut un parapluie français sinon le test perd tout son sens. L’exception française assurément.

L parapluie idéal pour ce test reste un bon parapluie d’homme. Donc noir. Désolée !

Avec un manche en bois de chêne pour la stabilité. Il reste cher à l’achat.

Enfin positionnez le verre sur le parapluie une fois celui -ci ouvert en grand.

C’est très acrobatique. Si vous pouvez, faites-vous aider pour cette étape.

Et voilà !

Lire la suite...

Atelier d'écriture YAKSA 4 : la parole

Parole que l’on dit sans y penser.

Parole qui échappe, le mot de trop où la parole exprimée sans retenue se transforme en parole dérangeante et devient celle qu’on n’aurait pas dû dire.

Parole qui peut être mise en musique ou en poème.

Parole divine, posée sur une musique sacrée.

Parole indicible, qui se scande en rimes par le poète, portant en elle sa propre musique, et se décline en accords harmonieux sur la portée du compositeur.

Parole que l’on entend avec beaucoup d’émotion.

Quand elle est violente, portée par une voix stridente, elle peut être effrayante, aux effets blessants. Même sonore, si elle est sèche, elle peut ne pas avoir été entendue. Inexpressive ou tardive, elle n’en est pas moins émouvante par son rythme. La parole touche alors au-delà des sens, parle au-delà de son propre sens.

Lire la suite...

mercredi, mai 20 2020

Atelier d'écriture YAKSA 3 : vernissage

Un soir, je me promenais dans une petite rue du centre : vitrine éclairée et petite foule élégante verre à la main sur le trottoir. Sans réfléchir je suis entré. Jamais mis les pieds dans un vernissage, qu’est-ce qui m’a pris ? Jolie lumière, ambiance douce, j’ai aimé tout de suite. Ce n’était pas du tout mon environnement, rien de familier, j’étais égaré, j’étais là, juste là sans penser à rien. Depuis tout jeune mon truc c’est ressentir, j’ai ce mot dans la tête, en réfléchissant je crois que je cherche à retrouver le baiser de ma mère, le soir sur mes paupières avant de m’endormir. «Je veux être un homme heureux» dit la chanson, je crois que ressentir c’est être heureux.

Alors là, je regardais, tranquille, une sculpture, enfin un truc que je ne savais pas vraiment qualifier et c’est ce qui la rendait intéressante la chose parce que ça provoquait milles questions dans ma tête. Je convoquais quelques chansons parmi les milliers qui ont colonisées mon cerveau d’enfant isolé. Avec j’essayais de me décrire la situation, de poser l’ambiance pour partir avec la proposition de l’artiste, inventer une histoire… D’ailleurs où était l’artiste? Je ne sais pas, je n’ai pas eu le temps d’y penser.

Lire la suite...

mardi, mai 19 2020

Atelier d'écriture YAKSA 2 : cluedo carnavalesque à Utopia Borderouge

Salut, toi qui oses entrer dans l’Utopia Borderouge! Fais attention, car un homme en cavale pour ses crimes serait passé par là ou y est peut-être encore, caché dans sa planque… Si tu veux en savoir plus sur l’enquête, je t’invite à lire cet article au titre étrange « Bal masqué et Cluedo à l’Utopia Borderouge » dans la gazette du cinéma.

L’agent Mayonnaise ne se remettait encore pas de l’ordre de son commissaire. Lui, aurait préféré s’élancer sur la route de la soie pour enquêter sur les contrebandiers et les chauve souris zombies! Mais hélas la mayonnaise ne prit pas! On lui confia une affaire plus citadine qui avait lieu dans la ville de Toulouse. Plus sur la route des lampadaires que sur la route de la soie, maugréa t-il lorsqu’il reçut sa mission… Son fidèle assistant Mr Cocotte Minute à ses côtés, il allait lui montrer, à son commissaire, tiens, qu’il pouvait mettre la main sur l’assassin. Et quel assassin ! Puisque celui là avait l’art de se camoufler. Il présentait toujours un visage différent à la police grâce à son talent pour faire des masques.

Lire la suite...

lundi, mai 18 2020

Atelier d'écriture YAKSA 1 : Métamorphose

Roger Grosjean, célibataire endurci, vivait dans sa ferme natale avec sa mère. Sa sœur s’était mariée quelques années auparavant et venait de temps en temps avec mari et enfants partager le repas dominical. La vie était rude dans ce hameau lozérien où l’eau était rare. “Ne gaspille pas l’eau”, lui avaient seriné ses parents tout au long de son enfance.

Il avait deux troupeaux de brebis : les viandes et les laitières, comme on disait dans le pays. Il aimait s’en occuper, les suivre sur le haut plateau accroché aux nuages et vivre avec elles le cycle des saisons: agnelage, production laitière, étés dehors sous le soleil brûlant, hivers confinés dans la bergerie. Comme tous les paysans, il ne prenait jamais de vacances, mais il n’en souffrait pas. Pourquoi partir ailleurs ? Il était bien ancré dans cette terre aride, au rythme de ses brebis qu’il aimait bien sans jamais se l’avouer.

Lire la suite...

- page 1 de 37