LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Collectif 23h59 : voyons, réfléchissons…
Ah qu’il est plaisant de cheminer dans le passage Urbain V, à l’heure où fleurit la campagne, en journée quand les enfants s’ébattent dans le jardin, au crépuscule quand les humeurs chromatiques du temps nimbent la majesté du Palais… Nous avons failli être privés de cette jouissance simple et magnif...

L’association 100 pour 1
L’association éberge des familles sans papiers sur Avignon et Carpentras et organise tout au long de l’année des événements pour parvenir à financer le logement et l’accompagnement des familles qui sont prises en charge. Une tombola est actuellement organisée (2€ le billet) avec de nombreux...

123 Soleil : 8 MARS 2020, RÉALISEZ !
C’est la nouvelle date de 123 Soleil pour un tournage qui réunira 6 spectateurs d’Utopia et 6 jeunes réfugiés dans un lieu encore tenu secret sur Avignon. Une journée entière dédiée à la pratique cinématographique sans limite d’âge ni de langage, mais un casting 100% féminin du côté des spectateu...

23H59, et après ?
23H59, et après ? Qui n’a pas ressenti cette angoisse profonde face à l’horloge affichant cette heure terrible chaque jour renouvelée ? Qui n’a pas été saisi à la fois par la peur de ce qui risque de se passer après et par la nostalgie d’un temps qui s’achève à ce moment précis et ne reviendra j...

Le cinéma du peuple
“La plus grande qualité accessible pour tous, sans clivage social et culturel… Ce sera notre combat”. (Jean Vilar)   Ainsi donc le cinéma indépendant, le cinéma d’auteur serait « élitiste »… c’est en tout cas ce que déclarait, semble-t-il, une sociologue devant un amphi de 300 élèves ...

Journal de bord d'un cinéma fermé

En ces périodes de confinement, tout le réseau Utopia, comme tous les cinémas de France, est à l'arrêt, une première pour nous toutes et tous qui étions convaincus que, si il y avait une chose impossible, c'était de fermer un cinéma pour des raisons sanitaires. Un grand nombre de nos spectatrices et spectateurs nous le confirment d'ailleurs tous les jours : nous sommes vitaux à leur bien-être, voir a leur santé mentale !
Toutes les salles continuent à communiquer par le biais de leur site ( piètre compensation). Nous vous causons de nos doutes, espérances, amusements…
Nous vous y tiendrons au courant de ce qui se passera demain, dans quelques jours, quelques semaines quand nous verrons une petite lueur au bout du tunnel ou de notre lanterne magique.

On vous invite à aller voir sur les sites de nos camarades du réseau.
Par exemple Utopia Bordeaux vous propose un quiz quotidien, d'autres des liens pour voir des films, lire des articles…

Saint-Ouen
Toulouse
Bordeaux
Montpellier

Du 14/03/20 au 02/05/20

Jour 15 à bâbord...

« Quand les gens pensent au cinéma, ils pensent directement aux célébrités, aux studios, au glamour. Mais l’industrie du cinéma englobe d’autres personnes : les gens qui travaillent dans les snacks, qui s’occupent des équipements, des caisses, qui programment des films, qui sont en charge du marketing et qui nettoient les toilettes dans les cinémas de quartier. » Christopher Nolan

Je sais pourquoi je ne regarde pas de séries ; pas uniquement parce que je n'ai pas de temps (c'est souvent ce que je dis, mais aujourd'hui cette excuse elle ne tient plus la route) mais aussi parce que je plante toujours un épisode et je commence à perdre pied ; c'est qui celui-là ? – Ah c'est le frère de la sœur de machin ! - mais lui alors, il fait quoi ? Tout le monde me dit que je peux les revoir, les télécharger, que je fais preuve de mauvaise volonté. La preuve, même en ce moment avec tout ce temps dont je ne sais plus que faire, ça ne me vient pas vraiment à l'esprit d'en commencer une ! Peut-être que tout simplement je crois que ça veut prendre la place du cinéma alors que ce n'est qu'une pâle copie avec des objectifs bien différents.

J'ennuie tout le monde avec mes questions d'inattention et bien c'est un peu pareil avec le coronavirus, j'ai perdu pied, j'ai dû rater des épisodes je ne sais plus qui croire, que croire…
En plus, toutes et tous confinés on va s'en bouffer en série de ces feuilletons.
Et comment ils vont revenir nos spectateurs, dans quel état ?
Et tous ces réseaux sociaux et ces systèmes de communication que l'on pouvait décrier tant et tant et qui deviendraient vertueux et salutaires…
Mais dans quel état vous allez nous revenir, parce que vous allez bien revenir, on est bien d'accord là-dessus ? Vous n'allez pas vous laisser avoir par ces machines numériques, Netflix et autres, qui vous proposent tout à domicile, vous n'allez pas continuer à vous confiner, confiner à vie ?
En plus maintenant que je suis confiné, que je vis dans un monde aussi irréel que ce que nous voyons au cinéma, moi aussi je pourrais m'y mettre…

Surtout que j'ai même plus à passer au cinéma ; Sophie Z, - rien à voir avec Zorro, cette série que je voyais quand j'étais gamin, j'ai dû rater des épisodes aussi, mais c'était simple : un héros (toujours le même), un idiot (toujours le même et en plus un militaire !!) un sourd (encore et toujours le même) et un méchant (je ne sais plus si c'était toujours le même mais ils devaient tous se ressembler) et sans doute une belle aussi, mais ça je ne m'en souviens pas, - mais je sais que ce n'était pas Z – et ne me faîtes pas dire ce que je n'ai pas dit ! - puisque je la connais personnellement et que ma collègue donc, je l'appelle Z parce qu'elle a un nom que je n'arrive pas à retenir et qui vient d'ailleurs, comme beaucoup d'entre nous.

Sophie Z va régulièrement au ciné vérifier les machines puis elle m'appelle pour me dire que tout va bien, enfin, plutôt qu'il ne se passe rien et que rien n'a bougé, une histoire sans fin sauf la boîte au lettres qui peut se remplir… des journaux, un peu de factures, mais de moins en moins… De toute façon avec quel argent nous paierions ?

Avec tout ça, de films, c'est vrai qu'on en parle un peu mais du cinéma beaucoup !

Quand est-ce que l'on ré-ouvrira, avec quels films, et si on faisait une fête ? - tu déconnes ce ne sera pas comme l'Armistice quand même ! Ça va pas s'arrêter comme une guerre, ce sera un lent processus, tu verra ça va prendre des semaines, on sera comme en liberté surveillée…

Et puis bon, Cannes c'est foutu, et Z, elle est triste, exit les soirées où tout le monde s'affiche et rentre seul plus ou moins saoul pour dormir trois heures sur un matelas coincé entre une gazinière et la table de la cuisine.
C'est foutu aussi les sorties de films cannois ! Mais est-ce si grave, ces films-là existent, coronavirus ou pas !

Et puis quand tout sera « fini » tu sais, autre chose commencera et peut-être bien plus insidieux :
La guerre des distributeurs de films pour avoir accès à des écrans et éventuellement à des spectateurs. C'est sûr que les gros vont pas laisser beaucoup de places pour les petits…
JJ, notre copain qui bosse à Utopia Saint-Ouen l'Aumône, mais aussi pour une boite de distribution, fulmine sur ce qui se prépare…
Tu te souviens de la crise (ou du scandale) des subprimes où tout a soi-disant bien fini : les riches se sont renfloués et les pauvres se sont appauvris. À Cleveland, les expulsés n'ont jamais récupéré leur bicoque. C'était Michael Moore et puis aussi Jean-Stéphane Bron dans le très intéressant Cleveland contre Wall Street, qu'en on causé et si bien !

Et puis tu crois que le virus numérique va nous tuer, si on survit au coronavirus ?
Parce que celui-là, on est bien en train de nous l'inoculer.
Faudrait peut-être pratiquer le jeûne, le sevrage : on doit bien avoir assez d'images dans nos têtes pour faire écran noir pendant quelques semaines ?
Tu plaisantes, et juste le plaisir de voir des films alors…

Souvent on raconte n'importe quoi, on tergiverse, on tire des plans sur la corona-comète… Et on rigole. Il n'y a quand même pas des centaines de réalisateurs qui ont envisagé de confiner la moitié de la planète… Coronavirus est le seul mot que nous entendons à la télé, à la radio et peut-être que quand on va sortir, la Syrie sera une colonie russe et la Lybie turque. Que la Corée du Nord aura une bombe nucléaire tellement puissante que Donald Trump proposera la réunification des deux Corée avec Pyongyang comme capitale et Kim Jong-un comme leader éclairé.

Et puis ça y est, les salles de cinéma ré-ouvrent en Chine* ; tout le monde avec un masque et on désinfecte les salles après chaque séance.
Tu t'imagines toi nos spectateurs avec des masques qu'on leur filerait à l'entrée, pas possible. Et suppose qu'on se mette à la 3D : masque et lunettes ! Tu vois le truc : une salle pleine de personnes masquées portant lunettes !

C'est trop nul, avoir la trouille du public dans la salle autant rester chez soi et regarder des séries !

Et le Festival d'Avignon tu crois qu'il va avoir lieu et qu'est-ce qu'on va faire ?
Remarque s'il n'a pas lieu les gens seront obligés d'aller au cinéma avec en plus des films qui sortiront exceptionnellement l'été.
Mais les gens y seront pas là !
Ah bon ? Mais y seront où alors, y vont pas prendre de vacances, tu crois que les gamins vont aller à l'école en juillet pour rattraper le retard…

Et le passage du verger il est toujours ouvert, il est pas confiné lui ?
C'est JL du Collectif 23h59 qui répond :

« Ouais, je suis passé cet après-midi à bicyclette, ça m’a fait drôle. Utopia fermé : je me suis dit, là, c’est vraiment très grave ! D’autant que le passage, lui, est ouvert… C’est pas ce qu’on avait demandé, je m’en fous, moi, qu’il soit ouvert, le passage, si la Manut’ est fermée !! ça y est, on retourne à l’absurde, contre lequel on s’est tant battus. »

Tu sais JL, finalement les choses sont moins absurdes que tu ne le crois, La Manutention est fermée… le passage de nouveau aussi ! Enfin de la cohérence !!

On se parle de tous ces petits mots ou signes d'encouragement que nous avons reçus et recevons, ça va droit au cœur et ça c'est sûr, on va reprendre, continuer, ce sera compliqué, et alors, est-ce que ça a déjà été simple ? Et puis on sait qu'on peut compter sur nos fidèles spectateurs qui nous manquent beaucoup !

Allez, on se cache gentiment chez nous et c'est vrai que cela fait des jours que l'équipe n'a pas bu le café ensemble, on se protège mais on revient, on ne lâchera pas comme ça, et on vous préviendra de notre retour !

* Le 14 mars dernier, le cinéma Zhongying Golden Palm, situé au nord-ouest du pays, a été le premier à rouvrir ses portes, après cinquante jours de fermeture. Cependant, la journée de reprise a été particulièrement difficile : aucun spectateur n’a fait le déplacement pour voir les films patriotiques et les films d’animation proposés, malgré les places offertes aux abonnés et la mise en place d’un dispositif de distribution de masques et de désinfection des salles après chaque séance. Une question se pose alors : comment attirer à nouveau le public dans les salles et avec quels films ? Boxoffice

Depuis (week-end du 28 mars) les 600 salles (soit 70000 écrans) qui avaient réouvert leurs portes ont dû depuis rebaisser leur rideau de fer. Nous ignorons pour l'instant la raison de cette brusque re-fermeture.


Jour 11 à tribord...

Au lendemain d'un vendredi 13 qui annonçait l'épouvante, la décision gouvernementale tombe à 20h, à partir de ce samedi minuit les salles seront fermées. Derniers billets vendus, derniers spectateurs qui sortent des salles et rejoignent au bistrot ceux sortis précipitamment de chez eux afin d'apporter leur aide pour vider ensemble les derniers fûts de bières...
Depuis lors, nous avons géré le côté administratif de la chose : règlement des factures en cours, mise au chômage partiel des membres de l'équipe, dernier tour de salle et chacun chez soi...
On s'y attendait, mais c'est quand même une drôle de chose qui nous arrive. Tellement proches, nos voisins italiens vivaient déjà le confinement et avec leur semaine d'avance sur notre chronologie mais amorçaient aussi formidable façon de ne pas se laisser aller au pessimisme et pour la première fois, se donnaient rendez vous : à leur fenêtre, à leur balcon tous se sont mis à chanter « Fratelli d'Italia ». L'autre soir une rumeur me distrait du vieux film dans lequel j'étais plongée, 20h à nouveau mais le samedi qui suivait, la ville d'Avignon à son tour applaudissait, sifflait, criait ses encouragements.
Et ensuite alors ? Les équipes des Utopia apprennent à travailler confinées, passent aussi régulièrement dans leurs salles afin de maintenir la mécanique en route, continuent de communiquer entre elles et avec les distributeurs, visionnent les films qui sortiront plus tard, car tout est désormais remis à plus tard, le festival de Cannes (au grand dam de Patrick qui attend toujours avec impatience l'honorable RDV pour s'y déchainer sur les dance floor), les films et rencontres qui étaient prévus pour les mois qui arrivaient...
Vous nous manquez, le cinéma nous manque... Patrick (un autre de la bande), le fantôme d'Utopia Bordeaux vous raconte très bien ce que nous éprouvons en parcourant les Utopia sans vous... L'équipe de Bordeaux a lancé l'idée d'un Quiz auquel on vous conseille participer, avec des extraits de films...
Bordeaux

À bientôt et au plaisir de vous recroiser dans nos salles !
L'équipe d'Utopia Avignon


Jour 10 de l'après
Vu du ciel, il apparaît qu'à quelque chose malheur est bon puisque le nuage de pollution qui surplombait la Chine et le Nord de l'Italie est passé du gris sombre opaque au bleu transparent : moins de circulation, moins de voyages, moins de croisières, moins d'industrie… Pour peu qu'on fasse l'effort de moins de gaspillage et d'un meilleur recyclage, cette crise désespérante pourrait devenir le coup d'envoi d'une remise en question de nos modes de vie et de consommation et donc d'un nouvel espoir pour la planète… Ne nous trompons pas : ce coup de semonce qui nous secoue n'est qu'un avertissement qui annonce plein d'autres calamités qui nous pendent au nez... sauf à changer radicalement de paradigme… Lisez donc l'excellent article du numéro de mars du Monde Diplomatique : D'où viennent les coronavirus ? Contre les pandémies : l'écologie.
www.monde-diplomatique.fr/2020/03/SHAH/61547
« On arrête tout, on réfléchit »...
Le mot d'ordre lancé par Gébé et Doillon en 1971 dans L'An 01 est plus que jamais d'actualité. Ce monde n'en peut plus et il va bien falloir qu'on se mette, cette fois contraints et forcés, à tout faire pour le changer... réfléchir surtout ! Réfléchir à plein neurones et arrêter de déconner à gober n'importe quelle nouvelle bidon, à rejeter toujours la faute sur ceux qui « gouvernent » comme s'ils étaient cause de tout et pouvaient tout, comme si chacun de nous n'y était pas un peu pour quelque chose... Cette pandémie vient nous filer une grande claque dans la gueule : on a foncé comme des malades sur les rails de l'obsolescence programmée, de la consommation à tout berzingue, accumulant les choses inutiles, bouffant sans se poser de question... embringués par le baratin des médias et de la pub, qui nous faisaient rêver d'opulence sans fin, nous vendaient la jeunesse, la beauté lisse, l'éternité... mais non ! On est fragiles et le temps nous est compté. Si certains continuent à attiser les petites querelles idiotes qui nous ratatinent le mental au lieu de se pencher sur les vrais problèmes, beaucoup de voix posent plus franchement les questions fondamentales que cette crise met en pleine lumière... Puissions-nous les écouter, apprendre à distinguer parmi le vacarme médiatique l'essentiel du dérisoire... On arrête tout, on réfléchit... Depuis le temps qu'on cause de refaire le monde... peut-être que c'est l'occasion de s'y mettre ! Personne ne le refera pour nous, et encore moins sans nous...

Anne-Marie, co-fondatrice d'Utopia et ange tutélaire




Et comme le recommande cette petite vidéo de Gloria Gaynor,
suivez les recommandations des médecins et des scientifiques.