LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

ZONE DE DISCUSSION, DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS.
FERMETURE DU VERGER D’URBAIN VN’hésitez pas à donner votre avis et à nous aider à trouver des solutions en vous exprimant sur ce billet.  Voir les textes ci-dessous : Urbain V, le pape de la discorde, et si ce n’était pas le sujet ?Utopia, mon amour ! Verger Urbain V, écrin ou ca...

Communiqué du Collectif 23h59 Janvier 2019
Rappelons-le, le Collectif 23h59 a pour objet la défense de la liberté de circulation.  Il entend, au regard de ce principe,  faire rétablir la possibilité d’emprunter le passage du verger Urbain V en soirée pour rejoindre la Manutention et le quartier – comme cela était établi depuis plus...

Rosmerta, association avignonnaise de solidarité avec les migrants et de promotion des droits de l’Homme,
Face à l’urgence hivernale, les membres de Rosmerta, association avignonnaise de solidarité avec les migrants et de promotion des droits de l’Homme, ont mené une Réquisition Citoyenne d’un bâtiment à Avignon, au 7 rue Louis Pasteur. Ils hébergent une trentaine de personnes exilées, des familles...

TOUTES CES CHOSES QUE JE NE COMPRENDS PAS.
Il y a des choses que je ne comprends pas. Dans cette ville, il y a plein de choses que je ne comprends pas. Bon, d’accord, je donne un exemple. J’habite dans le quartier de la Bonneterie, qui a fait l’objet récemment d’une requalification, comme on dit dans le jargon technocratique, plutôt réu...

UBU, ROI DU VERGER
@page { margin: 2cm } p { margin-bottom: 0.25cm; line-height: 120% }- Je peux vous poser une question ?- Oui, qu’est-ce que c’est ?- C’est une phrase interrogative, qu’onutilise pour tester les connaissances. Pour le coup, ce dialogue n’est pas extrait de la pièce Ubu Roi mais du film Y ...

LES FAUVES

Vincent MARIETTE - France 2018 1h23 - avec Lily-Rose Depp, Laurent Lafitte, Camille Cottin, Aloïse Sauvage, Jonas Bloquet... Scénario de Vincent Mariette et Marie Amachoukeli.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LES FAUVESAdolescents, nous aimions frétiller de peur. On s’inventait des histoires, qui commençaient par les paroles du poème de Maurice Careme « Minuit. Voici l’heure du crime… » et se finissaient invariablement par le meurtre horrible d’un vieil… artichaut ! À quinze ans, on peut être fier de ses jeux de mots ! On avait le goût des émotions fortes, celles que l’on découvre, celles qui font partir à la découverte de soi.
Cet été-là, dans ce modeste camping en Dordogne, c’est peut-être cela qui se joue : l’envie de s’inventer une vie plus trépidante que la réalité. Car enfin, une fois les quelques beaux gosses dragués, les blagues lourdes essuyées d’un revers de main, le concours sexiste de miss caravaning passé, on tourne carrément en rond. Alors, pour pimenter la banalité du quotidien, on fait courir des rumeurs ou on attrape au vol celles qui courent déjà et on les amplifie. On se raconte des histoires à dormir debout, de monstres tapis dans les ténèbres environnantes, prêts à s’emparer de leurs victimes. Seulement, ce mois d’août-là, les disparitions sont bien réelles et plusieurs disent avoir aperçu une féroce panthère. La légende semble devoir prendre chair. Il n’en faut pas plus à Laura pour se sentir enfin exister, vibrer au gré de ses fantasmes morbides. S’inventer de plates amourettes comme toutes les jeunes filles de dix-sept ans commençait justement à l’assommer.



Dans ce microcosme estival, elle dépare complètement. Avec ses airs insaisissables, Laura (il faut ici préciser qu’il s’agit de Lily-Rose Depp) est d’une beauté vénéneuse, toujours changeante. Tantôt lunaire, vaporeuse puis soudain ambigüe et inquiétante. Sans la connaître, on se sent immédiatement fasciné, comme aimanté. D’ailleurs il n’y a pas que les gens qui semblent vouloir disparaitre autour d’elle, ses petites culottes font de même, ajoutant au trouble croissant. S’isolant toujours un peu plus de ceux de son âge, de sa chère cousine, de son cousin aux regards lubriques, voilà Laura qui se met à longer la lisière des bois dans la pénombre. Soudain un rugissement énorme, celui à n’en pas douter d’un prédateur affamé. Tous fuient, sauf Laura, qui se rapproche dangereusement, comme hypnotisée, vers la forme qu’elle a entraperçue ou imaginée entre les feuillages. Puis plus rien…
Plus tard, elle remarque un mystérieux inconnu qui reste tout autant en retrait qu’elle et rôde de façon tout aussi louche. À compter de cet instant, Laura, littéralement subjuguée, guettera chacun de ses faits et gestes, l’épiant de façon obsessionnelle, l’espionnera jusqu’à pénétrer dans son espace intime. Prémices d’une relation singulière qui va se tisser entre eux. Il est taciturne, grave, plus âgé, sa conduite est bizarre. Elle découvrira bientôt qu’il s’appelle Paul (énigmatique Laurent Lafitte) et qu’il est un obscur écrivain en mal d’inspiration, qui joue avec le feu.
Mais le tableau serait incomplet sans l’arrivée d’une véritable détective (Camille Cottin, parfaite dans le rôle), une policière à la voix doucereuse qui va se mettre à traquer Laura à son tour, comme si elle était suspecte. Personnage d’autant plus ambigu que la balafre sous son regard d’acier laisse présager que son histoire avec la soi-disant panthère ne date pas de la veille…

Tout est un peu atypique dans ce film qui peut paraître un brin déroutant, tant il pioche dans plusieurs genres. N’empêche, l'ambiance est là, intrigante, suffisante en soi pour qu’on se sente pris au piège avec juste ce qu'il faut d'angoissant et de croustillant…