LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Le passage du Verger Urbain V : le dénouement ?
Rappel pour celles et ceux qui ont pris 9 mois de vacances.Le Verger Urbain V, passage principal pour accéder au quartier de la Manutention est, depuis juillet 2018,  géré par les services des jardins de la ville et se trouve fermé théoriquement à 20h00 (mais de fait plutôt vers 19h30) l’hiver ...

ZONE DE DISCUSSION, DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS.
FERMETURE DU VERGER D’URBAIN VN’hésitez pas à donner votre avis et à nous aider à trouver des solutions en vous exprimant sur ce billet.  Voir les textes ci-dessous : Urbain V, le pape de la discorde, et si ce n’était pas le sujet ?Utopia, mon amour ! Verger Urbain V, écrin ou ca...

Où en est-on avec le passage du Verger Urbain V ?
Pour vous tout à l’air identique et le jardin ferme toujours à des horaires pour le moins incertains : 19h00, 19h30… pas du tout ! Pourtant les choses bougent, Madame le Maire, par un mail envoyé à un membre du Collectif 23h59, confirme la volonté de trouver une solution qui satisfasse tou...

Communiqué du Collectif 23h59 Janvier 2019
Rappelons-le, le Collectif 23h59 a pour objet la défense de la liberté de circulation.  Il entend, au regard de ce principe,  faire rétablir la possibilité d’emprunter le passage du verger Urbain V en soirée pour rejoindre la Manutention et le quartier – comme cela était établi depuis plus...

Et sinon, la vie continue à Rosmerta.
« Le conseil épiscopal et moi-même considérons que le CCFD* s’est mis en marge de notre Église diocésaine. Désormais il n’a plus sa place, au moins temporairement, dans la vie de notre Église ». Ainsi s’adresse Jean-Pie (!!!) Cattenoz, archevêque d’Avignon, au CCFD - Terre Solidaire de Vau...

En collaboration avec Les Amis du Monde diplomatique,séance unique le mardi 29 janvier à 18h00 suivie d’une rencontre avec Philippe Descamps, journaliste au Monde diplomatique et signataire de l’article : La justice sociale, clé de la transition écologique (Monde diplomatique janvier 2019)

L’ILLUSION VERT€

Werner BOOTE et Kathrin HARTMANN - documentaire Autriche 2018 1h37 -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

L’ILLUSION VERT€Le géant pétrolier Shell fait la publicité des éoliennes. La multinationale Coca-Cola, qui assèche des puits dans des pays en développement, prétend jouer le rôle de gardien de l’eau potable. Premier géant européen du CO2, le géant de l’énergie RWE considère ses centrales à charbon comme des lieux propices à la protection des espèces, car les oiseaux y nichent. Et le patron d’Unilever, Paul Polman, affirme : « Unilever est la plus grande ONG du monde ». En réalité pour produire des plats cuisinés tels que la soupe en poudre, Unilever utilise huit millions de tonnes de matières premières, responsables de la destruction de la moitié des forêts du monde chaque année (bœuf, soja et huile de palme).
Aujourd’hui, les industriels investissent beaucoup de temps et d’argent à « verdir » leur image : voitures électriques, huile de palme labellisée bio, ou encore produits issus du commerce équitable… tout est fait pour nous déculpabiliser et expliquer que nous pourrions sauver le monde en consommant ces produits. Mais si à défaut de sauver le monde, ces achats responsables ne faisaient qu’enrichir les multinationales ?

Werner Boote, (réalisateur de Plastic Planet sorti en 2009) a parcouru le monde avec Kathrin Hartmann, journaliste, auteure et experte en éco-blanchiment, pour révéler l’envers du décor de cette industrie et il raconte : « Nous avons rapidement découvert à quel point ces mensonges verts étaient répandus : nous avons examiné de multiples exemples dans des domaines différents et analysé minutieusement les stratégies et les méthodes, pour nous rendre compte qu’elles étaient toujours les mêmes. Les cas présentés dans L’Illusion verte sont révélateurs de l’attitude de l’industrie en général. »

Partout dans le monde, la biodiversité diminue, les forêts meurent, les sols se dégradent, les océans sont souillés, les émissions de CO2 augmentent, l’esclavage se répand et la famine se développe, et tout cela à une vitesse alarmante. Et pourtant, les grandes entreprises parviennent toujours à couvrir leurs activités de base avec un voile vert. En agissant comme si elles s’attaquaient aux problèmes qu’elles ont causés elles-mêmes, elles respectent les lois et règlements qui les obligeraient autrement à exercer leurs activités de manière responsable sur le plan écologique aussi bien que social et donc à réduire leurs profits. La stratégie de l’éco-blanchiment ou greenwashing permet aux entreprises de vendre de la bonne conscience à leurs clients et de s’assurer bien sûr qu’ils continuent à consommer dans l’insouciance.