LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Et si on passait à autre chose...
La restauration du jardin Verger Urbain V aura atteint son objectif, au-delà de toutes espérances : le jardin ne désemplit pas durant ces mois d’été, brassant tous les publics. Il est un lieu de vie et de rencontres, à toute heure de la journée et de la soirée. Et qu’importe que le gazon ait sou...

Il y a un an déjà...
Cette année, les organisateurs en ont décidé ainsi, la dernière étape du Tour de France cycliste aura pour cadre la magnifique ville d’Avignon. Le centre-ville, dit « intra-muros », sera le siège d’une épreuve contre la montre individuelle. Après trois tours des remparts de la cité médiéva...

Mais où donc se garer pour aller à Utopia ?
  PARKING DE L’ORATOIRE Forfait : 4€ de 20h à 1hPARKING LES HALLES Forfait : 2 € de 20h à 1hPARKING PALAIS DES PAPES Forfait : 3€ de 20h à 1h, et des navettes gratuites au départ des parkings relais, gratuits et surveillés.PARKING DES ITALIENS La navette circule du lundi au jeudi de 7h à 22h28 et...

ÇA NE PASSE PAS !
Nous vous avions annoncé dans notre dernière gazette Une Soirée de clôture pour l’ouverture pour la deuxième quinzaine de juin. Tout devait être réglé, les habitants et visiteurs du quartier de la Manutention, les festivaliers, tout le monde retrouverait la liberté de circuler le soir et le bonheur ...

LE PASSAGE DU VERGER URBAIN V : DE L’ABSURDE FAISONS TABLE RASE !
Jamais l’ambiance d’une assemblée générale du collectif n’a été aussi détendue. Détail important : les termes d’arbitraire, grotesque, ubuesque,….pour qualifier la décision de fermeture du passage ont cédé la place à des propos conciliants, bienveillants et un tantinet vigilants pour...

JESSICA FOREVER

Écrit et réalisé par Caroline POGGI et Jonathan VINEL - France 2018 1h37 - avec Aomi Muyock, Sebastian Urzendowsky, Augustin Raguenet, Eddy Suiveng...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

JESSICA FOREVERUn jeune homme se jette à travers la baie vitrée d’un pavillon situé dans un quartier désert. Un groupe d’intervention genre GIGN fend la campagne à toute allure en colonne de 4x4 pour récupérer l’individu en question, précédant de justesse une nuée de drones. Avec une telle entrée en matière, Jessica forever, le premier film de Caroline Poggi et Jonathan Vinel (remarqués pour leurs courts métrages, notamment Tant qu’il nous reste des fusils à pompe) affiche clairement son intention de pulvériser les conventions du cinéma d’auteur français, de malaxer les codes des films de genre et de s’affranchir des normes pour tenter d’extraire de nouveaux parfums…
« Nous sommes dans un temps où de nombreux orphelins peuplent la Terre ». Perdus et d’une violence incontrôlable, ils sont traqués à mort par les forces spéciales. Mais « une jeune femme les recueille et les protège : Jessica ». En voix-off, le film nous propulse d’emblée dans un univers de science-fiction et au cœur d’une curieuse famille d’une dizaine de garçons unis par une mystérieuse figure féminine quasi-christique à laquelle ils vouent une adulation sans bornes et dont ils obéissent à toutes les règles. Au menu : un entraînement militaire très poussé, un amour fraternel en osmose et des allures de colonie de vacances bien cachée dans la nature. L’idéologie du groupe : assumer et canaliser la part de sauvagerie de chacun. Mais les menaces externes et internes ne manquent pas…

Résolument délirant, Jessica forever est une curiosité mêlant fantastique, séquences d'action fulgurantes et tempo alangui. Jouant sur la texture de l’image jusqu’à l’hyperréalisme, son audace – qui ne laissera personne indifférent et qui comptera sans doute autant de solides détracteurs que de fervents adeptes – en fait un film incontestablement singulier, ce qui, pour un premier long, est déjà remarquable.