LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Aux confins du blog
« Quand les gens pensent au cinéma, ils pensent directement aux célébrités, aux studios, au glamour. Mais l’industrie du cinéma englobe d’autres personnes : les gens qui travaillent dans les snacks, qui s’occupent des équipements, des caisses, qui programment des films, qui sont en charge ...

La librairie La Mémoire du Monde propose...
Nous relayons un message de la librairie La Mémoire du Monde avec qui nous travaillons régulièrement et qui comme beaucoup de petits commerces sont en grande difficulté.“Comme beaucoup d’entre nous, nous avons eu la gorge nouée ce lundi soir avec l’annonce de la poursuite du c...

Le Café Roma et Italie là-bas propose des paniers gourmands
Depuis samedi 11 avril, Italie Là-bas et Café Roma vous proposent la totale : des paniers gourmands pour votre petit-déjeuner, déjeuner, apéro et dîner. On pense à tout ! ... Lire Le Café Roma et Italie là-bas propose des paniers gourmands...

Le cinéma du peuple
“La plus grande qualité accessible pour tous, sans clivage social et culturel… Ce sera notre combat”. (Jean Vilar)   Ainsi donc le cinéma indépendant, le cinéma d’auteur serait « élitiste »… c’est en tout cas ce que déclarait, semble-t-il, une sociologue devant un amphi de 300 élèves ...

Utopia, mon amour !
Courrier reçu de Bernard et Véronique.Mais que se passe-t-il encore dans ma bonne ville d’Avignon ?Mon vieux pote avec qui j’écumais vos salles à leur ouverture, il y a plus de quarante ans, vient de m’en annoncer une bien bonne : l’épatante promenade qu’il avait l’habitude de faire en fam...

Séance unique le jeudi 19 septembre à 19h30 suivie d’une rencontre avec le cinéaste Florent Marcie.

TOMORROW TRIPOLI

Florent MARCIE - documentaire France 2019 2h53 -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

TOMORROW TRIPOLIAux premières heures de la révolution libyenne, pendant que le monde entier a les yeux rivés sur Benghazi, un petit groupe d’insurgés défie la dictature à l’autre bout du pays, dans les montagnes du Nefoussa. Coupés du reste du monde, assiégés par l’armée de Kadhafi, les montagnards vont, contre toute attente, infliger une série de revers aux troupes du régime, jusqu’à parvenir aux portes de Tripoli.
De la guérilla du djebel au rivage de la Méditerranée, Tomorrow Tripoli relate le combat de ces hommes emportés par le tourbillon révolutionnaire. Après la Tchétchénie où en 1996 Florent Marcie a réalisé Itchkéri Kenti dans Grozny détruite, puis l’Afghanistan, Tomorrow Tripoli est le troisième volet d’une fresque au long cours, consacrée aux hommes dans la guerre.

Et de la guerre, il y en a dans Tomorrow Tripoli. De stupéfiantes scènes de combat, et de ces moments si caractéristiques du conflit libyen : les incessants tirs en l’air pour fêter les victoires, l’improvisation souvent totale côté rebelles, ou la faible résistance des forces pro-Kadhafi.
Depuis Zintan, le « pays des cavaliers », les rebelles marchent sur Zawiyah, nœud stratégique en bord de mer, qui ouvre les portes de la capitale. Dans ce pays de désert, la progression se fait par de grands bonds en avant, d’une ville à l’autre. On s’arrête quand on fait face à une trop forte résistance - souvent juste une poignée de snipers et de mercenaires africains - et on se jette un peu n’importe comment dans la bataille aux cris d’Allah wakbar…

Le spectateur suit, sur un mode intimiste et via une galerie de portraits, l’épopée de ces « thuars » (révolutionnaires), au hasard des rencontres de Florent Marcie. Il y a Mousa, pilote démissionnaire de l’armée de l’air, qui vit « comme un misérable à cause de Kadhafi ». Milad l’ancien, notable et amoureux des lettres françaises, qui lit dans le texte les odes à la liberté de Jean-Paul Sartre « sous l’occupation allemande ». Et puis surtout, Cheikh Madani, vieux paysan-soldat intrépide et insaisissable, adoré de ses hommes, et dont on assiste à la poignante agonie sur un lit d’hôpital.

Entre les séquences surréalistes de la télévision officielle, où une présentatrice fustige ces rebelles « venus des cavernes » et brandit son revolver, on sourit à l’un des slogans préférés des insurgés : « Dégage le frisé ! ».
Et de cette épopée, on pressent déjà les racines du chaos à venir comme le résume Florent Marcie : « C’est un film sur l’énergie révolutionnaire, l’histoire d’une locomotive que l’on ne pourra plus arrêter ».(Avec l’aide de l’Obs)