LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

23H59, et après ?
23H59, et après ? Qui n’a pas ressenti cette angoisse profonde face à l’horloge affichant cette heure terrible chaque jour renouvelée ? Qui n’a pas été saisi à la fois par la peur de ce qui risque de se passer après et par la nostalgie d’un temps qui s’achève à ce moment précis et ne reviendra j...

Le cinéma du peuple
“La plus grande qualité accessible pour tous, sans clivage social et culturel… Ce sera notre combat”. (Jean Vilar)   Ainsi donc le cinéma indépendant, le cinéma d’auteur serait « élitiste »… c’est en tout cas ce que déclarait, semble-t-il, une sociologue devant un amphi de 300 élèves ...

COLLECTIF 23H59… Un an plus tard !
Les travaux de séparation du Verger Urbain V et du passage seraient terminés. Il manque encore un panneau annonçant clairement les heures d’ouverture du jardin et du fameux passage… Ainsi nous pouvons de nouveau transiter, le soir, jusqu’à minuit et souvent plus, vers le quartier de la Man...

CAFÉ ROMA (ancien restaurant La Manutention) va enfin ouvrir ses portes !
Les « menus » travaux, comme nous vous l’avions annoncé dans notre dernière gazette vont être terminés ! Menus ? Pas tant que ça finalement :la peinture refaite, le mobilier changé, la cuisine réagencée, les nouvelles machines installées, les nouveaux menus édités… et puis é...

LE PASSAGE DU VERGER URBAIN V : C’EST LE BON SENS !
Belle soirée festive organisée par le Collectif 23h59, le 12 septembre dernier, dans le jardin du Verger Urbain V. Une réussite au-delà de nos espérances, qui attestait du plaisir des participants de pouvoir à nouveau emprunter le passage le soir, librement. Le dialogue avait repris, le bon sens l’a...

La séance du mercredi 22 janvier à 18h30 aura lieu dans le cadre du ciné-club de Frédérique Hammerli. Cette séance est bien sûr ouverte à tout le monde.

DRÔLE DE DRAME

Marcel CARNÉ - France 1937 1h35 - avec Françoise Rosay, Michel Simon, Louis Jouvet, Jean-Louis Barrault, Jean-Pierre Aumont... Scénario de Jacques Prévert, d'après le roman de Joseph Storer-Clouston.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

DRÔLE DE DRAMEC'est un des films mythiques du cinéma français, œuvre impérissable et éternellement réjouissante d'une équipe extraordinaire menée par Carné et Prévert qui faisaient tandem pour la première fois, avec des acteurs défiant les qualificatifs ! Simon, Jouvet, Rosay, Barrault… héritent de rôles merveilleux de gouaille et d'humour, qu'ils jouent avec une délectation communicative. Tiré d'un roman policier anglais, Drôle de drame est un mélange détonnant d'humour typiquement british et de folie poétique spécifiquement prévertienne.

Nous sommes à Londres en 1900. Sur un coup de tête, Mme Pencil, cuisinière qui aurait tant voulu être écuyère, rend son tablier à sa patronne, Margaret Molyneux (Françoise Rosay). Celle-ci, digne bourgeoise anglaise, est paniquée à l'idée de ce départ, le soir justement où elle doit recevoir le cousin de son mari, Archibald Soper (Jouvet), évêque collet-monté de Bedford. Soper vient de donner une conférence contre la mauvaise littérature, et notamment contre l'œuvre délétère d'un certain Felix Chapel, pseudonyme cachant un mystérieux auteur qui n'est autre que Molyneux lui-même (Simon), le pacifique époux de Margaret, botaniste connu pour ses recherches sur le mimétisme du mimosa ! Lors du dîner, Margaret, honteuse, reste en cuisine pour préparer le repas et ne se montre pas. Soper trouve cette absence très bizarre et Molyneux invente toutes sortes de mensonges maladroits pour la justifier. De plus en plus méfiant, l'évêque reste coucher chez son cousin et, dès qu'il est seul, appelle la police pour signaler la disparition de Margaret. Dès son arrivée sur les lieux, le fin limier de Scotland Yard est sûr de son fait : Molyneux a tué son épouse…
Autant vous dire qu'à partir de là, notre brave Molyneux va entrer dans une zone de fortes turbulences et ce n'est pas son épouse, bien vivante et qui craint le ridicule plus que tout, qui va l'aider à en sortir…