LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Gazette post-covid no3
Donc on récapitule : à Avignon, à ce jour en zone rouge, on maintient toujours un fauteuil de libre de chaque côté d’une personne ou d’un groupe et le port du masque est obligatoire au cinéma même pendant les séances. À ce propos nous voudrions rassurer le monsieur de l’autre jour, récalcitrant...

« ciné-déconfiné » Ce qui a changé et ce qu’il faut respecter
• Il y a un décalage entre chaque séance pour que vous vous croisiez le moins possible.•.• Le port du masque est obligatoire dans tout le cinéma et également pendant la séance..• L’équipe est masquée (mais tout à fait reconnaissable).• L’heure c’est l’heure et VRAIMENT l’heure : aucun retard ne...

Utopia est dans le Canard Enchaîné ! Notre futur Utopia écolo retenu par Ulule et Lilo !
Après tant de rencontres animées dans nos salles sur l’écologie, on s’est dit qu’il était temps de passer à l’action et d’impulser une véri-table nouvelle génération de ciné-mas respectueux de l’environnement ! ... Lire Utopia est dans le Canard Enchaîné ! Notre futur Utopia écolo retenu par...

L’association 100 pour 1
L’association 100 pour 1 choisit de faire vivre la soli-darité en privilégiant l’action concrète depuis 2016. Grâce à ses adhérents qui s’engagent à verser au minimum 5€ par mois pendant 2 ans, elle procure gratuitement un logement à des familles migrantes sans papiers et les accompagne dans la rech...

Le Collectif 23h59 communique :
Comme annoncé en des temps très anciens datant d’avant le fameux Monde d’après, dans une précédente gazette, le Collectif 23h59 avait décidé de se muter en association pour poursuivre son action dans la continuité de sa propre histoire qui avait jadis duré plusieurs mois. Ces temps de guerre travers...

En collaboration avec l’Observatoire International des Prisons, séance unique le samedi 11 janvier à 10h30 suivie d’une discussion avec Jean-Michel Gremillet, membre du conseil d’administration de l’OIP et président de Culture & Liberté, association qui produit des projets artistiques en prison.

LE DROIT D’AVOIR DES DROITS

Catherine RECHARD - documentaire France 2018 1h12 -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LE DROIT  D’AVOIR DES DROITSCe sont des détenus et anciens détenus qui se sont battus en prison pour faire valoir leurs droits et continuent à l’extérieur. Ce sont des avocats qui ont choisi d’exercer la défense de leurs clients au-delà du procès pénal, jusque dans la prison et tout au long de leur peine.
Ils assurent ce que l’avocat Etienne Noël appelle le « service après vente » qui considère que « le travail d’un avocat commence à la garde à vue et se poursuit jusqu’à la sortie de prison, et encore après… ».

Si la réalité de la détention les entame considérablement, les droits fondamentaux sont inaliénables à l’homme.
La judiciarisation de la prison est récente. Jusqu’au début des années 2000, les avocats ne pénétraient en prison que pour préparer la défense de leur client en vue du procès pénal. Il était courant qu’ensuite, les condamnés n’aient plus jamais affaire à un avocat durant leur incarcération. Ce nouveau champ d’exercice a provoqué chez certains, de véritables prises de conscience.
À noter que ce domaine du droit n’est pas des plus prisés par les jeunes avocats.
Si pour les personnes détenues, revendiquer ses droits peut déclencher le feu des brimades et des sanctions de la part de l’administration, pour beaucoup, se battre contre l’administration pénitentiaire est une façon de survivre.
Ils sont devenus procéduriers par obligation, parce que le droit est la seule façon légale de résister.

L’Observatoire International des Prisons (OIP-SF) fait connaître l’état des conditions de détention en France, défend les droits et la dignité des prisonniers et contribue au débat public par un travail rigoureux d’éclairage et d’analyse des politiques pénales et pénitentiaires, au cœur des problématiques de notre société. Elle dispose du statut consultatif auprès des Nations unies.