LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Collectif 23h59 : voyons, réfléchissons…
Ah qu’il est plaisant de cheminer dans le passage Urbain V, à l’heure où fleurit la campagne, en journée quand les enfants s’ébattent dans le jardin, au crépuscule quand les humeurs chromatiques du temps nimbent la majesté du Palais… Nous avons failli être privés de cette jouissance simple et magnif...

L’association 100 pour 1
L’association éberge des familles sans papiers sur Avignon et Carpentras et organise tout au long de l’année des événements pour parvenir à financer le logement et l’accompagnement des familles qui sont prises en charge. Une tombola est actuellement organisée (2€ le billet) avec de nombreux...

123 Soleil : 8 MARS 2020, RÉALISEZ !
C’est la nouvelle date de 123 Soleil pour un tournage qui réunira 6 spectateurs d’Utopia et 6 jeunes réfugiés dans un lieu encore tenu secret sur Avignon. Une journée entière dédiée à la pratique cinématographique sans limite d’âge ni de langage, mais un casting 100% féminin du côté des spectateu...

23H59, et après ?
23H59, et après ? Qui n’a pas ressenti cette angoisse profonde face à l’horloge affichant cette heure terrible chaque jour renouvelée ? Qui n’a pas été saisi à la fois par la peur de ce qui risque de se passer après et par la nostalgie d’un temps qui s’achève à ce moment précis et ne reviendra j...

Le cinéma du peuple
“La plus grande qualité accessible pour tous, sans clivage social et culturel… Ce sera notre combat”. (Jean Vilar)   Ainsi donc le cinéma indépendant, le cinéma d’auteur serait « élitiste »… c’est en tout cas ce que déclarait, semble-t-il, une sociologue devant un amphi de 300 élèves ...

L’ÉTAT SAUVAGE

Écrit et réalisé par David PERRAULT - France 2019 1h58 VOSTF - avec Alice Isaaz, Kevin Janssens, Déborah François, Armelle Abidou, Kate Moran...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

L’ÉTAT SAUVAGEL’État sauvage est un film à cheval au sens propre comme au sens figuré. Au sens propre car il emprunte une part de ses codes au western, dont les longues chevauchées fantastiques. Au sens figuré car il jongle entre les styles, tout en ne se réduisant à aucun. Un esprit tout aussi réaliste que baroque y flotte, oscillant entre songe cauchemardesque et épopée émancipatrice féministe. Si les costumes sont quasiment d’époque, car là encore il y a quelques détails qui les font sortir du cadre classique, les personnages se meuvent sur des musiques contemporaines, ce qui rend le récit plus universel et atemporel qu’une simple reconstitution historique. Tout est dans l’art de la narration, de la mise en scène qui nous fait balancer entre film d’action et rêverie de jeune fille, univers intérieur et immensité des plaines. À la fois atypique et classique, il se joue des rythmes, procède par accélérations syncopées, ralentis contemplatifs, prises de vues somptueuses. Il se déploie autant dans les grandes étendues naturelles dignes du Far West que dans le huis-clos inconfortable d’une civilisation coloniale décadente, ancien monde en voie de disparition. Nous voici confrontés aussi bien aux éléments surpuissants qu’aux relents d’un patriarcat étouffant. Lequel de ces deux milieux est le plus sauvage ? À chacune et à chacun de se faire son opinion.



1861, quelque part dans le Missouri… Au loin gronde la Guerre de Sécession. Mais la petite colonie française, qui mange ses soupes dans des assiettes de porcelaine et tranche ses gigots avec des couteaux en argent, ne s’en inquiète guère. Elle se sent étrangère à cette affaire américano-américaine, préférant jouer l’autruche au dessus du lot : après tout, contrairement aux Sudistes du cru, ne rémunère-t-elle pas ses serviteurs de couleur ? C’est la position que défend Edmond, en bon père de famille pacifiste. D’autant, on le comprendra vite, que la famille nourrit une relation très particulière avec la noire et charmante Layla. Avec son vaudou, sa douceur intelligente, elle fait un délicieux contrepoint à l’ambiance coincée et bigote de la maisonnée où les trois filles d’Edmond s’épanouissent sous la houlette de Madeleine, épouse fidèle et insatisfaite, entre deux répétitions de piano et de chant lyrique. Ennui, corsets et prières, voilà le pain quotidien d’Esther la cadette et de ses sœurs Justine et Abigaëlle, bientôt toutes en âge d’être épousées.
Lors d’un bal où ce beau monde parade en grande pompe, l’affaire va s’envenimer avec l’arrivée d’une bande de soldats nordistes aussi délicats que des chiens affamés dans un jeu de quille. Impossible dialogue entre une soldatesque populaire bien remontée et une classe supérieure déconnectée des réalités. Quand les armes seront dégainées, nul ne pourra plus se bercer d’illusions. La seule alternative d’Edmond sera de fuir en comité restreint en s’allouant les services de Victor, un convoyeur au passé trouble et aux balafres profondes, forcément plein de charme aux yeux de la romantique Esther. Voilà la fragile équipée en route vers un hasardeux destin, espérant embarquer pour l’Europe, rebroussant le chemin de la conquête de l’Ouest, après avoir abandonné derrière eux les fastes d’un passé révolu, la sécurité d’un foyer confortable. Amère débandade qui va progressivement prendre un goût inattendu de liberté. Ce voyage initiatique, parsemé de dangers et d’embûches, est indiscutablement plus excitant et instructif qu’une soirée perdue à tricoter au coin d’un feu de cheminée ! De fil en aiguille, de confidences en confidences, on découvrira une autre réalité, les non-dits inavouables, l’hypocrisie d’un monde patriarcal faussement sécurisant.

Plusieurs niveaux de lectures se chevauchent (décidément !) continuellement dans cet étonnant film aux climats extrêmes, dans lequel les rôles traditionnels finiront par être inversés de façon tout aussi stimulante que salutaire.