LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

La vie reprend, plus ou moins, et pas partout…
Nous étions partis pour vous parler du Monde du cinéma, de la culture, de nos affres et de nos états d’âme, et puis les bombes et roquettes filant au-dessus du mur ont télescopé nos préoccupations (que nous trouvions sincèrement importantes), mais cela nous a aussi ramené à tous ces conflits oubliés...

MIGRANTS OU HABITANTS, ET POURQUOI PAS LES 2 ! 123 SOLEIL
Depuis plus de 3 ans maintenant, l’association 123 Soleil réuni tous ceux qui, à Avignon, veulent rencontrer les jeunes de Rosmerta et d’ailleurs, par la pratique cinématographique. Cette initiative permet à ces voyageurs qui ont pris tous les risques pour arriver jusqu’à nous, de faire des connaiss...

Des nouvelles de Rosmerta
L’association occupe depuis fin 2018 une ancienne école à Avignon pour héberger des jeunes réfugiés. En 2019, suite à une plainte du diocèse d’Avignon, propriétaire des lieux, un jugement a reconnu l’état de nécessité ayant conduit à la réquisition des bâtiments. L’association a obtenu un délai de t...

Pendant ce temps-là, sur la planète cinéma...
ON NAGE EN PLEIN PSYCHODRAME. Le Miracle Tenet n’a pas eu lieu. En effet, s’il a enregistré de fort belles entrées pour un blockbuster intello et déroutant, le film n’a pas pu – ou pas su – sauver à lui tout seul un système au bord du gouffre. No time to die et surtout pas du Coronavirus.L...

MANDIBULES

Écrit et réalisé par Quentin DUPIEUX - France 2020 1h17 - avec Grégoire Ludig, David Marsais, Adèle Exarchopoulos, India Hair, Roméo Elvis, Bruno Lochet...

Du 10/05/21 au 29/06/21

MANDIBULES« Un film qui fait mouche ! » (L’Almanach Vermot).

Voleur de voiture, c’est un métier qui demande du doigté, de la jugeote, et surtout du flair pour repérer la bonne cible. Or s’il y a bien des qualités qui font défaut à ce grand dadais de Manu, c’est bien ces trois-là. Chargé par un type particulièrement louche de convoyer un paquet en toute discrétion d’un point A à un point B en prenant garde de ne surtout pas l’ouvrir, il dérobe pour mener à bien sa mission la première charrette venue sans prendre le temps de l’inspecter, et comme c’est un cador, il embarque aussitôt son alter-ego Jean-Gab dans son plan foireux. Bien sûr ça ne loupe pas, la voiture tombe rapidement en panne d’essence, et c’est en forçant le coffre arrière dans l’espoir d’y trouver un jerrycan que nos deux champions tombent nez à trompe avec une mouche. Une grosse mouche. Une TRÈS TRÈS grosse mouche.



Amis des brachycères dopées aux hormones de croissance, des duos comiques pour enfants de 5 ans, des road-movies sans queue ni tête et des twists qui se terminent en queue de poisson, bienvenus dans la nouvelle galéjade filmique de Quentin Dupieux ! Nous l’avions laissé l’année dernière dans les brumes crépusculaires des alpages où sévissait un serial-killer affublé d’une peau de bête, on le retrouve cette année sur la Côte d’Azur dans un film solaire à suivre les enfantillages de deux post-ados montés en graine. Jamais là où on l’attend donc, Dupieux tourne le dos à l’humour noir caractérisant Au poste et Le Daim, qui lorgnaient pas mal du côté du Buffet froid de Bertrand Blier, pour s’aventurer sur un terrain plus joyeux, plus léger, voire presque premier degré : la « Buddy-comedie ». Et pour peu qu’on soit d’humeur à suspendre temporairement la part la plus sévère de son esprit critique, impossible de rester de marbre devant les mésaventures de ces deux trentenaires qui raisonnent comme des ados de treize ans, voire parfois comme des gosses, sans que ça provoque jamais le moindre malaise. Dupieux réveille simplement l’enfant qui sommeille en nous, qui s’émerveille de tout et ne s’étonne de rien, puisque tout est possible tant qu’on tient à l’écart le principe de réalité.

Et ça, Dupieux sait faire, et applique cette règle comme personne tant à ses personnages qu’à son récit. Pourquoi une mouche géante ? Pourquoi vouloir la dresser ? Parce que, c’est tout ! Personne n’ose aujourd’hui faire des films aussi libres, aussi ouvertement dépourvus de tout psychologisme, aussi ouvertement absurdes, et aussi souvent drôles. Alors laissez la logique au placard, oubliez votre âge et laissez-vous embarquer dans cette histoire rocambolesque, qui vous fera dire en sortant de la salle : « Taureau-triomphe » ! (Faut voir le film pour comprendre…).