LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

La vie reprend, plus ou moins, et pas partout…
Nous étions partis pour vous parler du Monde du cinéma, de la culture, de nos affres et de nos états d’âme, et puis les bombes et roquettes filant au-dessus du mur ont télescopé nos préoccupations (que nous trouvions sincèrement importantes), mais cela nous a aussi ramené à tous ces conflits oubliés...

MIGRANTS OU HABITANTS, ET POURQUOI PAS LES 2 ! 123 SOLEIL
Depuis plus de 3 ans maintenant, l’association 123 Soleil réuni tous ceux qui, à Avignon, veulent rencontrer les jeunes de Rosmerta et d’ailleurs, par la pratique cinématographique. Cette initiative permet à ces voyageurs qui ont pris tous les risques pour arriver jusqu’à nous, de faire des connaiss...

Des nouvelles de Rosmerta
L’association occupe depuis fin 2018 une ancienne école à Avignon pour héberger des jeunes réfugiés. En 2019, suite à une plainte du diocèse d’Avignon, propriétaire des lieux, un jugement a reconnu l’état de nécessité ayant conduit à la réquisition des bâtiments. L’association a obtenu un délai de t...

Pendant ce temps-là, sur la planète cinéma...
ON NAGE EN PLEIN PSYCHODRAME. Le Miracle Tenet n’a pas eu lieu. En effet, s’il a enregistré de fort belles entrées pour un blockbuster intello et déroutant, le film n’a pas pu – ou pas su – sauver à lui tout seul un système au bord du gouffre. No time to die et surtout pas du Coronavirus.L...

200 MÈTRES

Écrit et réalisé par Ameen NAYFEH - Palestine 2020 1h37 VOSTF - avec Ali Suliman, Anna Unterberger, Lana Zreik, Gassan Abbas...

Du 09/06/21 au 29/06/21

200 MÈTRESDeux cents mètres c’est, à vol d’oiseau, la distance qui sépare le balcon de Mustafa de la fenêtre de Salwa. Autant dire rien, presque rien. Une paille. Si on est un oiseau. Mustafa et Salwa s’aimaient d’amour tendre et vivaient à deux cents mètres l’un de l’autre, dans deux villages palestiniens, l’un en Cisjordanie, l’autre en Israël, mais n’avaient jamais éprouvé le besoin d’avoir des ailes. Jusqu’à ce qu’en 2002, pour « sécuriser » Israël, soit édifié entre Salwa et Mustafa un mur-frontière infranchissable, haut de dix mètres, long d’un petit millier de kilomètres, dont l’essentiel est bâti en Cisjordanie. Palestinienne originaire du côté israélien du mur, Salwa a de facto la nationalité israélienne. Elle peut à peu près sans encombre aller et venir, avec leurs trois enfants, de part et d’autre du mur. Mustafa, Palestinien de Cisjordanie, ne peut, lui, franchir les check-points vers Israël que pour travailler – et impérativement muni d’une carte de travail, d’une pièce d’identité et d’un visa. Car, c’est toute la subtilité de la situation, l’activité économique se développe essentiellement pour ne pas dire uniquement sur le versant israélien de la frontière. D’où la décision de Salwa de s’établir avec les enfants de ce côté-ci, où elle gagne sa vie. D’où la difficulté quotidienne de Mustafa, tributaire des chantiers, des contrats précaires, pour se rapprocher temporairement de sa famille. Kafka aurait adoré. D’autant que Mustafa est foncièrement légaliste et se refuse obstinément à jouer le jeu des petits trafiquants et autres passeurs pour ruser avec l’occupant. Seule solution possible : que Mustafa obtienne la nationalité israélienne. Encore faudrait-il qu’il la demande. Mais ça non, pas moyen, c’est au-dessus de ses forces. La famille est donc rassemblée deux jours par semaine, et le reste du temps Mustafa s’efforce de trouver du boulot, joue avec ses enfants en leur envoyant des signaux lumineux depuis son balcon, en attendant des jours meilleurs – les temps à venir ne pouvant, pense-t-il, être pires.



Or il advient un jour que Mustafa a trouvé in-extremis un travail. Mais que sa carte d’identité n’est pas à jour. Ou démagnétisée. Bref, ce jour-là, après des heures d’attente dans le goulet d’étranglement du check-point, Mustafa est sèchement renvoyé dans sa Cisjordanie par une fonctionnaire pointilleuse. Il advient, ce même jour, que le fils de Mustafa est victime côté israélien d’un accident et transporté à l’hôpital. Hors de question pour le père d’attendre des nouvelles prostré en Cisjordanie. Il met, incontinent, un mouchoir sur ses principes et part en quête de passeurs. Et ce qui aurait pu n’être qu’une petite balade de deux cent mètres se transforme en un interminable périple en minibus le long du mur, à la recherche d’une faille, d’un passage, en compagnie d’un petit aréopage hétéroclite de passagers, qui ont chacun de bonnes raisons de vouloir passer en Israël sans montrer patte blanche.
Il n’y a que la Palestine qu’on puisse faire tenir tout entière dans les six mètres carrés d’un véhicule, cahotant sur des routes défoncées, et dont on doute que le conducteur ait une idée précise de sa destination (ou, à la rigueur, la défunte Yougoslavie – en témoigne le formidable Qui chante là-bas ?, opportunément ressorti ces jours-ci). La fable en forme de road-movie contée par Ameen Nayfeh joue à la fois de la chronique familiale, du drame social, du film d’espionnage et du thriller. Avec, comme fil rouge pour traverser toutes ces péripéties, le seul point de vue de Mustafa, tout entier tendu vers son objectif, sans cesse contrarié, d’arriver le plus vite possible auprès de son fils. Les aléas du voyage, les passeurs véreux, les errements des autres passagers, l’armée d’occupation, presque invisible mais omniprésente, tout conspire à le faire échouer – avec une constance dans l’absurdité, dans l’arbitraire des situations, qui force le sourire. Mais Mustafa ne se démonte pas et avance. Déterminé à contourner, puisqu’il ne peut ni l’abattre ni le survoler, ce « mur de la honte », ce « mur de l’apartheid » qui symbolise à lui tout seul l’impossible sort fait aux Palestiniens.