LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

ÉDITO : LE JEU DU CALAMAR
Ça vous aura probablement échappé, mais c’est un drôle de petit vent de panique qui a soufflé cet automne sur notre merveilleuse profession. L’espace de quelques jours, le temps s’est arrêté, les respirations se sont suspendues, l’Apocalypse menaçait, la mort des cinémas français, mille fois annoncé...

ENSEIGNANTES, ENSEIGNANTS ! Vous pouvez organiser des séances scolaires en matinée.
3,5€ par élève, gratuit pour les gentils accompagnateurs. Le pass sanitaire n’est pas exigé.   Sur cette gazette nous vous proposons :Pour les 3-5 ansLe LE NOËL DE PETIT LIÈVRE BRUN, EN ATTENDANT LA NEIGE Pour les 6-8 ansMAMAN PLEUT DES CORDESPRINCESSE DRAGON Pour les 8-10 ansLE PEUPLE LOUPLA CRO...

Montpellier. Strasbourg. Gonesse. Avignon. Quel point commun entre ces villes et tant d’autres ?
Le béton. Des projets inutiles. La soif des promoteurs et constructeurs, au nom de la croissance, pour notre confort et notre sécurité bien sûr… surtout ceux de leurs actionnaires !La Ceinture verte d’Avignon, véritable poumon pour les quartiers Sud, est menacée depuis 25 ans par un projet de r...

SAS Coopérative Qui vivra Bérat
La Ménardière, sise au cœur de la commune de Bérat – à une quarantaine de kilomètres au sud de Toulouse –, est un habitat partagé initié par les vétérans d’Utopia et un groupe de femmes et d’hommes qui ont mis en commun leurs moyens inégaux et un prêt consenti par le Crédit Coopératif qui les accomp...

Kelly REICHARDT

Également au programme - FIRST COW - OLD JOY - RIVER OF GRASS

LA DERNIÈRE PISTE

(MEEK'S CUTOFF) Kelly REICHARDT - USA 2010 1h45 VOSTF - avec Michelle Williams, Bruce Greenwood, Will Patton, Zoe Kazan, Paul Dano, Shirley Henderson, Rod Rondeaux... Scénario de Jon Raymond.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LA DERNIÈRE PISTEAutant vous le dire tout de suite, La Dernière piste n'est pas un western, même s'il nous plonge à l'époque et dans les paysages de la conquête de l'Ouest. Ici, nous sommes au bout du bout, sur les terres désertiques et inexplorées des Cascades, dans ce qui s'appelle aujourd'hui l'Oregon. Après les forêts de Old Joy (2006) et les bourgades paumées de Wendy & Lucy (2008), c'est le troisième film que Kelly Reichardt tourne dans cette région. La Dernière piste prend pour décor les étendues vastes et arides des hauts plateaux. Comme dans les films précédents de la réalisatrice, l'environnement résonne au plus profond et les rapports humains prennent une tonalité inédite sous l'emprise de cette nature immense, au moment précis où les personnages s'égarent et doivent affronter l'inconnu et l'errance.

1845 : Trois familles de colons ont quitté la caravane principale et ont engagé un certain Stephen Meek qui prétend connaître un raccourci (d'où le titre original : le raccourci de Meek) pour gagner les riches terres de l'Ouest américain. Meek, c'est un viril, une grande gueule hirsute qui sonne sûr de lui et dont on ne doute pas une seconde qu'il ait su prendre l'ascendant sur trois modestes familles en quête de meilleure fortune. Mais les jours passent et certains commencent à penser qu'ils sont perdus. Le doute s'installe sérieusement sur les capacités de Meek à les guider, d'autant que dans ce no man's land, l'eau et la nourriture viennent vite à manquer. La capture d'un Indien de la tribu des Cayuses va radicaliser les positions au cœur du clan : faut-il abattre cet inconnu dont on ne connaît ni le dialecte ni les intentions ? Ou faut-il se servir de sa connaissance des lieux pour les guider à travers cette épreuve ?

Le récit ténu et la mise en scène presque minimaliste par lesquels Kelly Reichardt se ré-approprie le mythe du Far West s'appuient sur une attention particulière au quotidien de la vie des pionniers, tant dans sa culture que dans les tâches qui l'accompagnent. Le film enserre peu à peu les personnages dans un étau. La répétition des motifs quotidiens (prière, entretien du campement, réparations, etc.) finit par accentuer la pression du temps qui passe sans solution. L'image, renforcée par le choix d'un format presque carré (opposé au très large cinémascope habituellement associé au western), peint un désert étroit et d'une profondeur démesurée. Dans ces conditions extrêmes, les situations en disent long car elles sont amplifiées. Ce qui est fantastique, c'est que ce ne sont pas les événements extérieurs qui font avancer l'histoire mais uniquement les rapports de force au sein du groupe. Reichardt maîtrise à merveille cet art de l'épure qui sait que montrer moins peu parfois exprimer bien plus. Comme toujours, elle s'intéresse au destin des oubliés, particulièrement à celui de la femme, à travers le trio féminin mené avec brio par Michelle Williams, dont la voix monte progressivement au cours du film. Car La Dernière piste a aussi ceci de singulier que c'est un film réalisé par une femme qui apporte sa lecture personnelle du mythe américain et, par conséquent, sa vision d'une société toute entière dans son attitude face au Monde, à l'autre et à l'inconnu.