LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Ma classe au cinéma
ENSEIGNANTS, ENSEIGNANTES, vous pouvez d’ores et déjà inscrire votre classe pour le parcours Ma classe au cinéma, proposé aux élèves de la maternelle à la terminale. Ce programme propose aux élèves de découvrir des œuvres cinématographiques en salle et de se constituer ainsi, grâce au...

123 soleil, des nouvelles !
Cette association est née il y a 5 ans autour d’une table du café d’Utopia avec l’idée de créer des rencontres entre des jeunes migrants nouvellement arrivés à Avignon et des autochtones, spectateurs d’Utopia essentiellement. La recette : un dimanche, de préférence ensoleillé, un...

DOUCES TERRES
Partout en Vaucluse des collectifs osent défier les décideurs, industriels, présidents d’interco, aménageurs et même l’État, contre la bétonisation des terres agricoles et naturelles. Ils remettent en cause l’aménagement du territoire qui contient trop de projets écocides.Ils se battent, avec leurs ...

SOLIDARITE UKRAINE : LE FRANÇAIS LANGUE DU CŒUR.
Aux images insoutenables qui nous parviennent d’Ukraine s’ajoutent l’exil et l’afflux d’une population traumatisée qui fuit les horreurs de la guerre. Des centaines de réfugiés sont attendus dans notre département et la qualité de l’accueil signifie aussi de leur apporter une bonne maîtrise des base...

BAD LUCK BANGING or loony porn

Écrit et réalisé par Radu JUDE - Roumanie 2020 1h46 VOSTF - avec Katia Pascariu, Claudia Ieremia, Olimpia Măla, Nicodim Ungureanu... OURS D’OR, FESTIVAL DE BERLIN 2021.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

BAD LUCK BANGING or loony pornNouvelle preuve de la vitalité du cinéma roumain et de sa capacité à interroger notre monde et la manière dont on peut en rendre compte, Bad luck banging commence par une séquence de plusieurs minutes de sextape porno amateur filmée avec un téléphone portable. Sans doute Radu Jude tient-il à nous montrer ces images sans fard et dans leur intégralité car elles sont précisément l’objet du nœud moral à venir. Le couple que l’on voit, c’est Emi, une enseignante en école primaire, et son mari Eugeu qui a laissé la vidéo se retrouver sur un site internet pour adultes. Malgré les efforts d’Emi pour en contenir la diffusion, sa réputation et son poste se retrouvent vite en jeu : les parents d’élèves réclament sa démission. Mais elle n’entend pas céder à la pression, estimant qu’elle n’a rien à se reprocher. Nous voilà donc plongés dans un dilemme détonnant autour de la vie privée à l’ère des images virales et des fausses valeurs morales en circulation.
Pour rendre compte de cette problématique, l’iconoclaste Radu Jude a conçu une structure parfaitement libre en trois parties. Par opposition à la prétendue vulgarité des images initiales, il confronte notre regard à celle de la société roumaine filmée en pleine pandémie, où l’espace public se partage entre consumérisme agressif et manque quasi systématique de considération pour autrui. Il évoque ensuite les casseroles les plus gênantes de l’histoire humaine à travers des images issues de multiples sources (archives, internet, publicité, arts, etc), avant de revenir au présent et aux mésaventures d’Emi, qui culminent dans une sorte de procès populaire d’une mesquinerie et d’une cruauté crasses, jusqu’à une fin particulièrement étonnante.
Radu Jude laisse pleinement le spectateur construire son regard sur les rouages de ce que notre époque peut fabriquer de plus sombre et prescrit l’ironie face à la médiocrité humaine, le discernement face au chaos généralisé et une bonne dose d’autodérision.