LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

UN CINÉMA UTOPIA À TROYES DES NOUVELLES DU PETIT NOUVEAU
Citoyens inconnus ou reconnus, journalistes indépendants, petites mains de l’ombre… que serait-on sans vous ?Pour ceux qui auraient loupé quelques épisodes entre deux festivals, deux confinements ou une déclaration de Poutine, rembobinons l’histoire…L’action débute en l’an 2019 après JC, toute l...

LA MÉNARDIÈRE Un habitat partagé à Bérat, entre Toulouse et l’Ariège
C’est un rêve, modeste et fou… Parvenus à l’âge où les clairons sonnent la retraite, une poignée de filles et de garçons se sont mis en tête d’inventer une alternative à ce que la société propose à ses vieux : ne pas vivre seuls, ne pas finir dans une de ces horribles institutions où il ne rest...

Cannes, c’est plus ce que c’était !
C’est tous les ans ou presque la même rengaine. Cannes, ma bonne dame, c’est plus ce que c’était : la sélection n’est vraiment pas terrible, le palmarès est complètement naze, tout ça c’est copinage et compagnie, bref le festival part à vau-l’eau… Sauf ces deux dernières années, pour des raison...

ROSMERTA, une belle aventure humaine à Avignon, qui continue contre vents et marées.
Suite à une réquisition citoyenne en 2018, le lieu Rosmerta est né et depuis, il donne un toit à près d’une quarantaine de jeunes mineurs isolés et des familles avec enfants en bas âge. L’association qui le gère, composée exclusivement de bénévoles, aide près de 50 personnes sans aucun soutien des p...

NOS ANNÉES SAUVAGES

WONG Kar-wai - Hong Kong 1990 1h34 VOSTF - avec Leslie Cheung, Maggie Cheung, Andy Lau, Carina Lau... Scénario de Wong Kar-wai et Jeffey Lau.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

NOS ANNÉES SAUVAGESNous sommes dans les années 60 et Hong Kong semble presque irréel. Il y a si peu de monde dans les rues, pas plus que dans les bars. Cette petite, qui range les bouteilles dans la buvette blafarde et déserte d’un stade d’après match de foot, n’a l’air ni gai ni en forme. Ce jeune garçon qui s’approche a une façon de la regarder et de lui dire « ce soir tu rêveras de moi » qu’on sait, aussi sûrement qu’elle-même, qu’elle ne pourra plus s’en détacher, et qu’avec ces quatre mots d’une banalité confondante, il a pris possession d’elle, Su Lizhen, comme des autres femmes qu’il rencontre, multipliant les conquêtes avec des airs d’indifférence désabusée. Énigmatique Yuddy, qui balade son indolence un peu triste, et qui ne pense qu’à retrouver sa mère qui l’a abandonné à la naissance. Pour ça il ira jusqu’aux Philippines, vers des aventures douteuses…
Su Lizhen est inconsolable. À force de camper sous les fenêtres de Yuddy, elle finit pas croiser un drôle de flic qui ne rêve que de devenir marin. Il y a aussi Mimi, la pulpeuse danseuse sexy, il y a la mère adoptive de Yuddy…
Wong Kar-wai se joue ici de toutes les conventions narratives. Il délaisse sans hésiter Yuddy, sa figure centrale, pour s’attarder sur les autres personnages, il joue avec le rythme, il insère des plans de forêts luxuriantes, ose une fin elliptique, un personnage inexpliqué… Cela pourrait égarer le spectateur, et pourtant l’envoûtement est total.
Wong Kar-wai n’a pas reconstitué les années 60, il a filmé ses souvenirs fantasmés d’une époque. Dans ce Hong Kong imaginaire, il entremêle les histoires et les destins de quelques humains qui se cherchent, se croisent, se manquent et qui sont infiniment seuls. Entre présent et passé, Nos années sauvages est un pur et merveilleux film de sensations.