LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

UN CINÉMA UTOPIA À TROYES DES NOUVELLES DU PETIT NOUVEAU
Citoyens inconnus ou reconnus, journalistes indépendants, petites mains de l’ombre… que serait-on sans vous ?Pour ceux qui auraient loupé quelques épisodes entre deux festivals, deux confinements ou une déclaration de Poutine, rembobinons l’histoire…L’action débute en l’an 2019 après JC, toute l...

LA MÉNARDIÈRE Un habitat partagé à Bérat, entre Toulouse et l’Ariège
C’est un rêve, modeste et fou… Parvenus à l’âge où les clairons sonnent la retraite, une poignée de filles et de garçons se sont mis en tête d’inventer une alternative à ce que la société propose à ses vieux : ne pas vivre seuls, ne pas finir dans une de ces horribles institutions où il ne rest...

Cannes, c’est plus ce que c’était !
C’est tous les ans ou presque la même rengaine. Cannes, ma bonne dame, c’est plus ce que c’était : la sélection n’est vraiment pas terrible, le palmarès est complètement naze, tout ça c’est copinage et compagnie, bref le festival part à vau-l’eau… Sauf ces deux dernières années, pour des raison...

ROSMERTA, une belle aventure humaine à Avignon, qui continue contre vents et marées.
Suite à une réquisition citoyenne en 2018, le lieu Rosmerta est né et depuis, il donne un toit à près d’une quarantaine de jeunes mineurs isolés et des familles avec enfants en bas âge. L’association qui le gère, composée exclusivement de bénévoles, aide près de 50 personnes sans aucun soutien des p...

CINÉ-CONCERT
Séances le vendredi 15, samedi 16, dimanche 17 et lundi 18 juillet à 18h00
.

Leur musique est hors des chapelles musicales, elle libère l’imaginaire des auditeurs. Plus d’une fois la remarque leur a été faite : leur musique serait parfaite comme musique de film… C’est donc tout naturellement qu’ils se sont frottés à l’exercice du ciné-concert.
Nous les avons souvent reçus et avec un plaisir constant, que ce soit avec Nanouk l’esquimau ou Les Rapaces, Le Cabinet du docteur Caligari ou L’Homme à la caméra ou encore Maciste.
Lambert Angeli (guitare, basse, sampler), Guigou Chenevier (batterie, marimba, objets sonores) et Guillaume Saurel (violoncelle, ukulélé, basse, sampler) nous reviennent en compagnie du lunaire Buster Keaton. Tarif : 12€, moins de 14 ans 9€. Vente des places à partir du 5 juillet.

LA CROISIÈRE DU NAVIGATOR

(The Navigator) Buster Keaton et Donald Crisp - film muet USA 1924 1h06mn - avec Buster Keaton, Kathryn McGuire, Frederick Vroom, Noble Johnson... Scénario de Jean C.Havez, Clyde Bruckman et Joseph A. Mitchell. Pour les enfants à partir de 8 ans.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LA CROISIÈRE DU NAVIGATORRollo Treadway, riche héritier d’une grande famille (mais un brin demeuré), décide un beau matin de se marier. Il traverse la rue en voiture et va demander la main de Patsy, sa voisine, autre riche héritière. La réponse est claire : non. Comme il avait pris par avance deux billets pour une croisière, il se résout à partir seul et embarque par erreur dans un paquebot vide… enfin presque !

On trouve dans La croisière du Navigator comme la quintessence de l’art de Keaton, et de son personnage. Au départ, une situation doublement désespérée : l’échec de sa demande en mariage et ce bateau parti vers le grand large sans maître à bord. Et pour venir à bout de cette situation inextricable, un total incompétent : le personnage imaginé par Keaton, riche oisif, maladroit congénital. C’est cette confrontation qui fait exploser le film.

Voilà donc notre héritier de pacotille transformé en véritable homme-orchestre, en super-technicien génie de l’efficacité. Tout cela avec le sérieux du monomaniaque dont toutes les forces sont tendues vers un seul but.
D’où cette fameuse impassibilité keatonienne, ce masque de flegme, de gravité, dont il ne se départ jamais : c’est l’univers autour de lui qui est déchaîné et nous qui rions et trépignons, lui a autre chose à faire. Keaton, c’est le mariage de la plus implacable logique et de la poésie la plus fantastique, du gag et de la métaphysique.
On n’a pas le temps de dire ouf, de respirer, on est emporté par l’inexorable machinerie de son comique, transporté dans un univers parallèle où les éléments obéissent à la volonté d’un être sur qui rien n’a de prise. Keaton, c’est la perfection en 24 images par seconde.
Et la musique composée par les trois musiciens n’est pas en reste ; délicate, elle accompagne avec un grand bonheur Keaton dans ses gags les plus farfelus ou émouvants.