LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Rosmerta fête ses quatre ans le weekend du 17 décembre !
Vendredi 16 décembre en fin d’après-midi, le marché de Noël solidaire de Rosmerta ! Samedi 17 décembre en début d’après-midi, notre AG suivie d’une grosse fête !Et dimanche 18 décembre, on participe à la Journée Internationale des Migrants.... Lire Rosmerta fête ses quatre ans le weekend du ...

TOUT VA BIEN, TOUT VA MAL
Prix des places de cinéma : les salles abusent-elles sur les tarifs ?  Ainsi s’interrogent ces temps-ci la presse et les émissions spécialisées sur la culture, le cinéma, le panier des ménages… ce dernier serait lourdement touché par les politiques tarifaires extravagantes pratiquées ...

LEO (Liaison Est Ouest) : la lutte paie
Au cœur de l’été, l’état a fait paraître un arrêté retirant le projet de la LEO dans les conditions proposées, suite au recours contentieux déposé par ses opposants l’été précédent. Il reconnaît sans le dire les errements et aberrations d’un projet obsolète, vieux de 30 ans mais néanmoins bâclé, et ...

UN CINÉMA UTOPIA À TROYES DES NOUVELLES DU PETIT NOUVEAU
Citoyens inconnus ou reconnus, journalistes indépendants, petites mains de l’ombre… que serait-on sans vous ?Pour ceux qui auraient loupé quelques épisodes entre deux festivals, deux confinements ou une déclaration de Poutine, rembobinons l’histoire…L’action débute en l’an 2019 après JC, toute l...

FEU FOLLET

(Fogo-fatuo) João Pedro RODRIGUES - Portugal 2022 1h07 VOSTF - Scénario de João Pedro Rodrigues, João Rui Guerra da Mata et Paulo Lopes Graça.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

FEU FOLLETVoilà un film délicieusement fou, drôle, frais, impertinent, aussi court que revigorant, une invitation à la libération des zygomatiques et au déhanchement des corps engoncés, en même temps qu’un hommage – iconoclaste certes – aux « soldats du feu » qui font la une d’une actualité estivale dramatique pour la planète (on sait que le Portugal a payé un lourd tribu aux incendies qui ont ravagé – et ravagent encore à l’heure où ces lignes sont écrites – les forêts européennes).
Qui d’autre que le merveilleux et irréductible cinéaste portugais João Pedro Rodrigues aurait pu réunir dans le même film farce politique, anticipation (le film se déroule en 2069, nouvelle année érotique cent ans après celle chantée par Gainsbourg et Birkin), conte de fées, sexualité débridée, comédie musicale aux mélodies imprévisibles et hommage superbe au grands peintres de la Contre Réforme comme Le Caravage et Velázquez ?



Mais revenons au début d’une intrigue ébouriffante : nous sommes donc en 2069 et Alfredo, roi sans couronne (il est beaucoup question dans le film de royauté, laquelle marque la culture portugaise, mais elle n’existe plus depuis 1910), se meurt. Comme chaque mourant paraît-il, il se souvient des plus beaux moments de sa jeunesse, et tout particulièrement de celui où, jeune prince enfermé dans le faste et la rigueur de sa famille aristocratique bouffie de préjugés de classe post coloniaux, il décida de s’en échapper en devenant pompier dans une caserne où il rencontra l’amour sous les traits de son instructeur Afonso.
On ne saurait dire ce qui est le plus réussi dans cette fantaisie musicale (c’est ainsi que le réalisateur définit son film) : est-ce la beauté de la mise en scène et ses couleurs, aussi bien quand elle filme une scène d’un intérieur aristocratique, une pinède royale et ses arbres fiers et droits décrits comme des sexes en érection, des reconstitutions vivantes d’un tableau du Caravage (magnifique travail de Rui Poças, chef opérateur fidèle du réalisateur) ? Est-ce l’humour omniprésent, tant dans les conversations aristocratiques désuètes que dans l’incroyable personnage de cette commandante butch et rousse tout droit sortie d’un film de John Waters, cet humour qui permet à João Pedro Rodrigues de réaliser sa première authentique comédie ? Ou est-ce l’inventivité picturale et érotique, les deux allant de pair, hommage à la fois aux corps dans toute leur diversité et aux artistes géniaux qui les ont autrefois peints (on ne voit guère que le Caravaggio du regretté Derek Jarman pour rivaliser dans l’inspiration esthétique) ? Sans oublier l’univers sonore de cette comédie musicale à nulle autre pareille, qui commence par une comptine écologique toute mignonne pour dériver vers plus de sensualité.
Enfin on ne pourra nier, dans un pays où l’héritage colonial et le racisme sont encore très présents, la dimension politique, ô combien ironique, du film, qui clôt cette histoire d’aristocrate en rupture de ban par une invention électorale subversive qu’on ne vous révélera surtout pas.