LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LE PASSAGE DU VERGER URBAIN V : DE L’ABSURDE FAISONS TABLE RASE !
Jamais l’ambiance d’une assemblée générale du collectif n’a été aussi détendue. Détail important : les termes d’arbitraire, grotesque, ubuesque,….pour qualifier la décision de fermeture du passage ont cédé la place à des propos conciliants, bienveillants et un tantinet vigilants pour...

Le passage du Verger Urbain V : le dénouement ?
Rappel pour celles et ceux qui ont pris 9 mois de vacances.Le Verger Urbain V, passage principal pour accéder au quartier de la Manutention est, depuis juillet 2018,  géré par les services des jardins de la ville et se trouve fermé théoriquement à 20h00 (mais de fait plutôt vers 19h30) l’hiver ...

ZONE DE DISCUSSION, DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS.
FERMETURE DU VERGER D’URBAIN VN’hésitez pas à donner votre avis et à nous aider à trouver des solutions en vous exprimant sur ce billet.  Voir les textes ci-dessous : Urbain V, le pape de la discorde, et si ce n’était pas le sujet ?Utopia, mon amour ! Verger Urbain V, écrin ou ca...

Où en est-on avec le passage du Verger Urbain V ?
Pour vous tout à l’air identique et le jardin ferme toujours à des horaires pour le moins incertains : 19h00, 19h30… pas du tout ! Pourtant les choses bougent, Madame le Maire, par un mail envoyé à un membre du Collectif 23h59, confirme la volonté de trouver une solution qui satisfasse tou...

Communiqué du Collectif 23h59 Janvier 2019
Rappelons-le, le Collectif 23h59 a pour objet la défense de la liberté de circulation.  Il entend, au regard de ce principe,  faire rétablir la possibilité d’emprunter le passage du verger Urbain V en soirée pour rejoindre la Manutention et le quartier – comme cela était établi depuis plus...

JERZY SKOLIMOWSKI : rétrospective en cinq films

Du 11/04/19 au 14/05/19

Issu de l'alors célèbre école de cinéma de Lodz, Jerzy Skolimowski a été l'un des réalisateurs les plus novateurs du cinéma polonais des années 1960, avant de poursuivre une carrière internationale. Désarrois de l'adolescence et angoisse de l'entrée dans l'âge adulte, sentiment du tragique en même temps que de la dimension absurde et burlesque du monde contemporain, autant de signes particuliers d'une oeuvre qui n'a cessé d'inventer ses formes d'expression.


  • DEEP END

    (ATTENTION ! Cette page est une archive !)

    Deep end, c’est le condensé envoûtant de ce que furent les paradoxes des années 70. Parce qu’on y retrouve l'incroyable esthétique pop et psychédélique de l'époque, dans chaque plan, dans chaque trouvaille d'une mise en scène brillantissime, mais aussi parce que Deep end expose à merveille cette atmosphère troublante de fantasmes sexuels, d’une certaine amoralité assumée, de fin de l'innocence, à l’opposé des swinging sixties londoniennes, tout en insouciance bourgeoise et bonbon rose. Un film o... (lire la suite)


  • LE BATEAU PHARE

    (ATTENTION ! Cette page est une archive !)

    Le Capitaine Miller récupère son fils adolescent, Alex, des mains de la police. De retour sur le Hatteras, un bateau-phare ancré au large des côtes de Virginie, l’équipage recueille trois hommes dérivant dans leur canot endommagé… Unique film véritablement américain de Jerzy Skolimowski, Le Bateau phare entretient une relation ambiguë avec sa terre d’accueil. C’est un film qui reste au large du système hollywoodien comme de son territoire, puisque l’essentiel de l’action se déroule en mer. Skol... (lire la suite)


  • SIGNES PARTICULIERS : NÉANT

    (ATTENTION ! Cette page est une archive !)

    Les errances d’un jeune homme, entre obligations d’étudiant dilettante, tensions avec sa compagne et nécessité de gagner sa vie, durant les quelques heures qui précèdent son départ inopiné pour le service militaire. Jerzy Skolimowski conçoit Rysopis alors qu’il est encore étudiant à l’école de cinéma de Łódź. Il utilise la moindre chute de pellicule fournie lors des exercices pratiques pour tourner des scènes destinées à son futur film, réalisant ainsi des plans séquences audacieux. « J’étais t... (lire la suite)


  • TRAVAIL AU NOIR

    (ATTENTION ! Cette page est une archive !)

    Tourné à Londres, comme Deep end, Travail au noir est un chef-d’oeuvre en mineur, en douce, par la bande, un chef-d’oeuvre au noir. Comédie grinçante et sarcastique, tragédie humaine en même temps que fable politique, le film captive par l'intelligence acérée de son scénario, par la maîtrise de sa mise en scène, incisive, épurée, sans une once de gras. Décembre 1981, quatre ouvriers polonais débarquent à Londres pour le compte d'un riche compatriote qui fait rénover à bon compte sa demeure brit... (lire la suite)


  • WALKOVER

    (ATTENTION ! Cette page est une archive !)

    Andrzej, ancien boxeur, retrouve par hasard une femme qui l’a jadis trahi. Elle l’invite à l’accompagner dans sa journée et il en tombe de nouveau amoureux. Mais une vieille connaissance le convainc de remonter sur le ring. Dans le prolongement de son premier film Rysopis, Jerzy Skolimowski écrit et réalise Walkover en 1965, en République populaire de Pologne, encore sous contrôle soviétique. Influencé par une Nouvelle Vague naissante, en France comme dans les pays de l'Est, dont il sera l’un d... (lire la suite)