LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance avant 13h : 5€
Moins de 18 ans : 5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

La Paix, éternelle Utopie ?
Pas facile de décrypter le chaos du monde pour les spectateurs, plus ou moins lointains, que nous sommes, face aux faits tragiques qui nous submergent en avalanche via la presse, les réseaux sociaux, vraies ou fausses nouvelles… Et c’est dans ces moments-là que nous avons encore plus envie de croire...

LES SALLES UTOPIA SE METTENT AU VERT
Vous y croyez, vous, au bon sens qui voudrait que partir se bronzer les fesses à l’autre bout du monde  avec des avions Macron volant avec du bio kérozène made in France serait bon pour votre corps et la planète ? Cela ne ressemblerait-il pas étrangement au discours tenu il y a quelqu...

Rosmerta continue ! Vous connaissez l’histoire ? 
Depuis les débuts, et même avant, Utopia Avignon suit l’histoire de près ! Ça fait presque cinq ans qu’on vous en parle dans nos gazettes, à chaque rebondissement. Ce qu’il s’est passé depuis 2018 : réquisition citoyenne d’une école vétuste appartenant au diocèse, procès et appel...

La LDH, attaquée, appelle au combat pour les libertés et la démocratie
Le ministre de l’intérieur menace de lui supprimer ses subventions, la première ministre lui reproche ses « ambiguïtés », d’autres polémistes de droites extrêmes leur faisant écho.Si on peut reprocher quelque chose à la LDH, c’est la constance de ses positions et de ses combats. Créée en 1...

Soutenez Utopia Palmer

HORS DU TEMPS

Écrit et réalisé par Olivier ASSAYAS - France 2024 1h45 - avec Vincent Macaigne, Micha Lescot, Nine d’Urso, Nora Hamzawi, Maud Wyler, Dominique Reymond...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

HORS DU TEMPSJe n’ai pas cherché le scénario de Hors du temps, il m’est arrivé plutôt que je ne l’ai provoqué.
Je l’ai écrit à une période particulière : c’est la toute fin du confinement, et je viens d’achever le pilote et la bible de la série Irma Vep (une des meilleures séries de ces dernières années – NDLR) pour le producteur Américain A24.
Par chance, je n’ai pas attrapé le Covid, mais je me suis néanmoins retrouvé pendant toute une semaine avec une fièvre dont on ignorait l’origine. Heureusement c’était bénin. Mais je n’avais rien à faire, sinon faire passer le temps, assis dans mon jardin. J’ai alors commencé à écrire dans cet état flottant, comme une sorte de rêverie. C’est comme si j’avais dérivé vers une écriture nouvelle pour moi, qui prendrait en compte, ou intégrerait, ou représenterait ce que nous venions de vivre, et qui me semblait extraordinaire (dans le sens de hors de l’ordinaire, de libéré de l’ordinaire) mais à la fois abandonné à la question de savoir quoi en faire au juste.
J’ai commencé par écrire une scène, sur un registre autobiographique très littéral, puis une autre sur un registre de comédie et puis tout le scénario, dans l’ordre chronologique, sans savoir où j’allais, sans savoir où allaient ces personnages. Sans savoir ce qui allait advenir d’eux, et sans savoir non plus ce que moi-même j’allais faire de cette succession de scènes, dont je n’étais pas tout à fait certain qu’elles constituaient un film. J’avais plutôt le sentiment de croquis pris sur le vif pour conserver une trace de ce que j’avais vécu. Et peut-être aussi donner un sens à ce moment d’immobilité. Cette circulation entre le passé et le présent s’est donc aussitôt imposée. C’était le véritable objet des notes que je prenais. Je me trouvais dans la maison de mon enfance, mes souvenirs revenaient vers moi sans que j’aie besoin de les susciter, je ne vois pas comment j’aurais pu y échapper. Et en même temps ce retour du passé me renvoyait à une interrogation sur le devenir. C’est l’été, il n’y a pas encore de vaccin, on déconfine sans trop savoir quel est l’épisode suivant… (Olivier Assayas)



Assayas (devenu Étienne dans le film et interprété par Vincent Macaigne) revisite la période de son confinement dans sa maison familiale, en Normandie, au printemps 2020, en présence de son frère, le critique musical Michka Assayas (dénommé Paul et incarné avec un certain brio par Micha Lescot, derrière ses lunettes de soleil). Étienne et Paul sont venus avec leurs nouvelles compagnes, respectivement Morgane (Nine d’Urso) et Carole (Nora Hamzawi). La pandémie leur donne l’occasion de se retrouver dans ce lieu enchanteur de leur enfance, une maison remplie de livres, d’œuvres d’art, un jardin se prolongeant dans le parc des voisins. Lesquels aujourd’hui sont morts, tout comme les parents de Paul et Étienne – un père écrivain, une mère styliste ayant fui la Hongrie. Dès les premières images, une grande mélancolie enveloppe le film, tandis que la voix off d’Olivier Assayas, un peu précieuse et châtiée, remonte le fil du temps.
Réunis par la pandémie, les deux frères ont du mal à cohabiter. En panne de films, Étienne est d’humeur sombre et se révèle un maniaque des gestes barrières, ce qui permet à Macaigne d’exceller dans le rôle de l’emmerdeur de première classe. Paul ne supporte pas ce zèle sanitaire, d’autant plus qu’il vient de se séparer et rêve d’un peu de sérénité.
Étienne et Paul partagent tout de même un bien précieux, leurs jeunes années bercées par la pop et le rock, les soirées avec Jacno et Elli Medeiros, etc. Ces évocations d’instants délirants offrent les moments les plus lumineux du film, les deux acteurs s’amusant comme des fous à égrener les anecdotes… (C. Fabre, Le Monde)