AVIGNON

LES HORAIRES (format PDF)

LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance avant 13h : 5€
Moins de 18 ans : 5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

La Paix, éternelle Utopie ?
Pas facile de décrypter le chaos du monde pour les spectateurs, plus ou moins lointains, que nous sommes, face aux faits tragiques qui nous submergent en avalanche via la presse, les réseaux sociaux, vraies ou fausses nouvelles… Et c’est dans ces moments-là que nous avons encore plus envie de croire...

LES SALLES UTOPIA SE METTENT AU VERT
Vous y croyez, vous, au bon sens qui voudrait que partir se bronzer les fesses à l’autre bout du monde  avec des avions Macron volant avec du bio kérozène made in France serait bon pour votre corps et la planète ? Cela ne ressemblerait-il pas étrangement au discours tenu il y a quelqu...

Justine Triet parle d’or
Il aura donc suffi de quelques mots, à peine, pour que la Ministre de la Culture, celui de l’Industrie, quelques maires et députés de la majorité, volent dans les plumes et la palme de Justine Triet, réalisatrice couronnée d’Anatomie d’une chute, sermonnant en substance : « ce n’est pas bi...

Rosmerta continue ! Vous connaissez l’histoire ? 
Depuis les débuts, et même avant, Utopia Avignon suit l’histoire de près ! Ça fait presque cinq ans qu’on vous en parle dans nos gazettes, à chaque rebondissement. Ce qu’il s’est passé depuis 2018 : réquisition citoyenne d’une école vétuste appartenant au diocèse, procès et appel...

Soutenez Utopia Palmer

Séances à 11h00 les 6 et 13 juillet

MONOS

Alejandro LANDES - Colombie 2019 1h42mn VOSTF - avec Julianne Nicholson, Moises Arias, Sofia Buenaventura, Julian Giraldo, Karen Quintero... Scénario d'Alejandro Landes et Alexid Dos Santos. Musique de Mica Levi.

Du 06/07/24 au 13/07/24

MONOSC'est d'abord le paysage qui subjugue. Sur un plateau d'altitude qui semble surplomber une mer de nuages et de brume, à proximité d'un énorme bâtiment austère dont on ne sait s'il appartient à une civilisation millénaire ou futuriste, un groupe d'adolescents armés semblent livrés à eux mêmes. On comprend peu à peu que cette dizaine de jeunes gens, filles et garçons, font partie d'une guérilla indéterminée luttant contre une lointaine armée invisible dont seuls des missiles perçant la canopée rappellent l'existence. Le groupe détient une otage américaine, la Doctora, sur laquelle chaque guérillero / guérillera doit veiller comme à la prunelle de ses yeux. On voit bien que les adolescents seraient totalement en roue libre s'ils n'avaient été rejoints par le Messager, leur responsable de groupe venu à cheval à travers la jungle les rappeler à leurs devoirs, notamment celui de prendre en charge une vache qui leur sera précieuse pour avoir du lait frais.
Et de fait la situation va totalement déraper à peine le Messager reparti, quand un des membres du groupe, lors d'une soirée de fête fortement alcoolisée, va accidentellement tuer le précieux bovidé. Les tensions montent au sein du groupe entre ceux qui veulent dénoncer le coupable et ceux qui veulent le couvrir, tandis que l'armée se rapproche, obligeant le groupe et son otage à quitter leur paradis perdu d'altitude pour rejoindre la vallée et la jungle équatoriale inhospitalière.

Le réalisateur étant colombien, on a spontanément le réflexe de penser au conflit qui déchire son pays jusqu'à l'absurde depuis 60 ans, et à l'otage la plus célèbre des FARC, la franco-colombienne Ingrid Betancourt, détenue de 2002 à 2008. Mais si l'on y regarde de plus près, Monos – le titre renvoie directement à la mythologie – est beaucoup plus profond et universel. Il montre comment des jeunes gens, tout juste sortis de l'enfance pour certains d'entre eux, regroupés et poussés vers la violence, peuvent aller tout droit vers l'autodestruction. Et c'est le sort de bien des enfants soldats à travers le monde, qu'ils soient au cœur du chaos irakien, d'une jungle africaine ou en Amérique du Sud. Des enfants qui gardent néanmoins leur sens de l'amitié, leurs envies de découvrir l'amour, et une profonde naïveté malgré les conditions extrêmes. Le film est construit de manière métaphorique avec cette chute du jardin d'Eden qui suit la mort de la vache qu'on pourrait assimiler au péché originel, événement à partir duquel tout le groupe va peu à peu exploser. Le film, bien plus qu'une réalité historique contemporaine, évoque puissamment Sa Majesté des mouches, fabuleux roman de William Golding adapté au cinéma par Peter Brook dans lequel de jeunes Anglais se retrouvaient abandonnés sur une ile déserte du Pacifique : la soumission à la loi du plus fort et la violence émergeaient peu à peu de manière terrible dans ce groupe d'enfants.
Au-delà de la remarquable interprétation des jeunes comédiens, saisissants de réalisme (il faut dire que Wilson Salazar qui joue le Messager fut réellement un enfant soldat des FARC) c'est surtout l'incroyable mise en scène, digne d'Apocalypse Now et de son immersion dans une jungle aussi envoûtante qu'oppressante, qui marque le spectateur et qui nous fait penser que l'on devrait revoir Alejandro Landes dans les plus grands festivals internationaux au cours des prochaines années.