LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Revoir le débat avec Pierre Carles et Philippe Lespinasse (Un bergé et deux perchés à l’Élysée)
Vendredi 4 janvier, Pierre Carles et Philippe Lespinasse venaient nous présenter leur film sur Jean Lassalle, « Un bergé et deux perchés à l’Élysée » que nous projetons jusqu’au 26 février. Merci à Jamila Jendari et Nicolas Beirnaert pour la captation de ce moment. UN BERGÉ ET DEUX PERCHÉS À L’É...

GRÊLE : HALTE AUX MESURETTES, LE CHAOS CLIMATIQUE C'EST L'AFFAIRE DE TOUTE LA SOCIETE
a Gironde a été durement touchée par la grêle le 26 mai. Plusieurs milliers d’ha de vignes mais aussi de cultures maraîchères et de grandes cultures ont été ravagés. L’entraide collective spontanée s’est organisée dès la fin de semaine. Face à cette situation, la réponse du Ministè...

Interdiction du glyphosate : qu’a voté votre député-e ?
En catimini, à 2h00 du matin mardi 29 mai, une poignée de députés a rejeté l’interdiction du glyphosate, herbicide pourtant reconnu comme toxique pour l’environnement et classé comme « cancérigène probable » par l’Organisation Mondiale de la Santé. Emmanuel Macron s’était engagé à interdure d’ic...

PROJECTION DES DESSINS RÉALISÉS PAR GIUSEPPE LIOTTI
SUR L’ÉCRAN DE LA SALLE 4, À PARTIR DU 4 JUILLETPROJECTION DES DESSINS RÉALISÉS PAR GIUSEPPE LIOTTIpour les storyboards des films de Matteo Garrone Né à Salerno le 23 juin 1978, Giuseppe Liotti est diplômé en Sciences de la communication. En 2001, il s’investit pendant un an dans une production ...

C'EST LA FÊTE DU CINÉMA
Du Dimanche 1er au Mercredi 4 JUILLET4 euros pour tout le monde à toutes les séances... Lire C'EST LA FÊTE DU CINÉMA...

HAPPY HAPPY

Anne SEWITSKY - Norvège 2011 1h28mn VOSTF - avec Agnes Kittelsen, Joachim Rafaelsen, Maibritt Saerens, Henrik Rafaelsen... Scénario de Ragnhild Tronvoll. Prix du Jury au Festival de Sundance. Mention spéciale du Jury au Festival de Cabourg. Cette comédie venue du froid collectionne les récompenses….

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

HAPPY HAPPYKaïa vient de ce coin du Sud de la Norvège ou vivent les Happy Christians : les « follement heureux ». Elle dégaine à tout bout de champ un formidable sourire qu'elle a vraiment craquant, contente de tout, heureuse de la neige comme de la pluie, émerveillée de tout ce qui se passe et chaque instant qui passe la convainc toujours plus qu'il n'y a pas plus chanceuse qu'elle… Même qu'on se dit qu'Éric, son mec, doit venir du méridien opposé tant il semble moins rigolo, voire même grognon, sinon sinistre, avec tendance à l'isolement. Mais Kaïa n'en démord pas, elle irradie une joie obstinée qu'elle ne garde jamais pour elle, débordante, sensible, câline… Leur couple pourrait avoir l'air tout à fait ordinaire, avec enfant charmant et petits secrets tenus bien au chaud entre eux deux.

Pis un jour… il y a toujours un jour où quelque chose arrive qui vient tout bouleversifier, un couple dans les mêmes âges déboule pour habiter la maison à côté. Incapable de taire son enthousiasme, Kaïa s'esbaudit d'emblée sur la beauté de sa nouvelle voisine, le gabarit de son nouveau voisin, la jolie couleur de leur enfant adopté en Ethiopie… Et les deux petites familles prennent vite l'habitude de se voir, jouant à ces jeux de société qui vous obligent malgré vous à laisser filtrer un peu de ces petites choses que vous n'avez jamais confié à personne, à laisser entrevoir ces petites failles sensibles qui font si mal quand on les titille un peu… Les gamins prennent le pli : l'un est noir, l'autre blanc et le jeu coule de source, le fils de Kaïa impose d'emblée un rapport de maître à esclave au nouveau venu ! Un jeu légèrement sado-maso qui ne semble pas émouvoir les parents, tant ils sont préoccupés, perturbés même dirons nous, par leur mutuelle découverte.
De rencontre en rencontre, de jeu en jeu, de sorties en sorties, Kaïa va finir par réaliser qu'elle n'est pas vraiment obligée de faire toujours semblant, qu'elle peut bien après tout laisser parler sa nature profonde et que si ça fait mal, ça fait aussi du bien… Les vérités des uns et des autres en affleurant à la surface vont les obliger à ne plus se cacher d'eux-mêmes. Les désirs ne seront plus refoulés longtemps et les cœurs vont vibrer comme navire dans la tempête… la comédie humaine, quoi ! Mais on ne s'en lasse pas et celle-là a le charme et la vitalité qui conviennent pour donner envie d'en redemander encore…

Toute leur histoire est ponctuée par l'intervention d'un superbe quatuor vocal de mâles chantant a capella dont on se demande au début ce qu'ils viennent ficher là, puis ils s'intègrent si bien au récit qu'on s'esbaudit à chacune de leurs apparitions : accord parfait en contrepoint de ces accords qui se délitent. Joli moment musical aussi que la prestation de la chorale à laquelle nos héros participent, microcosme révélateur des petites comédies humaines, et qui, en libérant les énergies et les chakras, ouvrent la porte à des relations nouvelles et à des complications multiples… On ne se méfie jamais assez des chorales, on ne se méfie jamais assez de tous ces divertissements qui ont l'air léger et agréables et vous qui perturbent un bonhomme ou une bonne femme comme qui rigole en deux coups de cuiller à pot…