LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

GRÊLE : HALTE AUX MESURETTES, LE CHAOS CLIMATIQUE C'EST L'AFFAIRE DE TOUTE LA SOCIETE
a Gironde a été durement touchée par la grêle le 26 mai. Plusieurs milliers d’ha de vignes mais aussi de cultures maraîchères et de grandes cultures ont été ravagés. L’entraide collective spontanée s’est organisée dès la fin de semaine. Face à cette situation, la réponse du Ministè...

Interdiction du glyphosate : qu’a voté votre député-e ?
En catimini, à 2h00 du matin mardi 29 mai, une poignée de députés a rejeté l’interdiction du glyphosate, herbicide pourtant reconnu comme toxique pour l’environnement et classé comme « cancérigène probable » par l’Organisation Mondiale de la Santé. Emmanuel Macron s’était engagé à interdure d’ic...

PROJECTION DES DESSINS RÉALISÉS PAR GIUSEPPE LIOTTI
SUR L’ÉCRAN DE LA SALLE 4, À PARTIR DU 4 JUILLETPROJECTION DES DESSINS RÉALISÉS PAR GIUSEPPE LIOTTIpour les storyboards des films de Matteo Garrone Né à Salerno le 23 juin 1978, Giuseppe Liotti est diplômé en Sciences de la communication. En 2001, il s’investit pendant un an dans une production ...

C'EST LA FÊTE DU CINÉMA
Du Dimanche 1er au Mercredi 4 JUILLET4 euros pour tout le monde à toutes les séances... Lire C'EST LA FÊTE DU CINÉMA...

Savez-vous quel est le point commun entre le Linky et le RGPD ? L’exploitation des données personnelles.
Le règlement général pour la protection des données (RGPD) applicable en Europe depuis le 25 mai 2018 concerne le traitement et la circulation des données à caractère personnel, sur lesquelles les entreprises s’appuient pour proposer des services et des produits. Les données personnelles sont mainte...

LES ÂMES MORTES

WANG BING - documentaire Chine 2018 8h26mn VOSTF - En trois parties - Première partie : 2h46 – Deuxième partie : 2h44 – Troisième partie : 2h56. Les trois parties doivent être vues dans l'ordre..

Du 08/11/18 au 24/11/18

LES ÂMES MORTESUne nouvelle œuvre magistrale de Wang Bing, l'un des plus grands documentaristes du monde, auteur de A l'ouest des rails et Les Trois sœurs du Yunnan, entre autres.

« Des ossements épars sur une terre craquelée, qui fut celle d’un camp de rééducation du désert de Gobi où le régime maoïste envoyait les ennemis supposés du Grand Bond en avant. Voilà tout ce qu’il reste des milliers de “droitiers” qui, de la fin des années 1950 au début des années 1960, périrent d’inanition plus que de maladie dans cet “enfer sur terre”, comme le qualifient ceux qui en ont réchappé. Des ossements anonymes et le souvenir sans tombeaux de ces victimes auxquelles Les Âmes mortes est dédié.
« Il faut voir les efforts que déploient les rescapés de ce goulag chinois pour se remémorer, devant la caméra de Wang Bing, le nom de tel ou tel qu’ils ont dû enterrer de leurs mains, parfois sous du sable qu’une bourrasque suffisait à disperser. Il faut entendre ces vieillards honorer la mémoire de leurs compagnons défunts, livrer leur témoignage avant qu’une mort naturelle les emporte à leur tour, comme nous en informent les cartons clôturant les séquences de ce documentaire dont l’envergure et la durée n’ont d’égale que l’humilité.
« De 2005 à 2017, le cinéaste, qui avait abordé par deux fois la question des camps (dans Fengming, chronique d'une femme chinoise, documentaire de 2007, et Le Fossé, sa seule fiction en 2010), a recueilli la parole d’anciens “droitiers” déportés dans le complexe de Jiabiangou (province du Gansu) pour un mot de travers, une critique assumée du régime, l’inimitié d’un supérieur ou un malentendu. Six cents heures de récits de lutte contre le froid, la faim, ou de survie par l’obtention d’un poste de cuisinier, sinon en recourant à l’anthropophagie. Au gré de longues séquences dont le montage respecte la durée, leur parole se déploie sans que Wang Bing intervienne (presque) jamais ; faisant preuve d’une écoute attentive qui favorise la nôtre, Les Âmes mortes construit une représentation intime de cette histoire par ceux qui l’ont vécue.
« Nullement prisonnier de son dispositif, le cinéaste s’échappe parfois de la situation de tête-à-tête pour suivre des obsèques ahurissantes au début du film, ou cheminer dans le désert jonché d’os lors d’un finale que l’on n’oubliera pas. S’arrêtant longuement sur chaque vestige humain avant de se remettre en route. Se recueillant sur la victime sans nom dont il est la seule trace, l’attestation têtue d’un passé longtemps tu, tandis que le vent crache dans le micro. L’acte de filmer révèle alors toute sa puissance invocatoire. Après quelques minutes, Wang Bing reprend sa marche vers un autre vestige. La quête des “âmes mortes” ne fait que commencer. » (F. Ekchajzer, Télérama)