LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 8)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 6/05 au lundi 11/05/2020  Mercredi 6 mai, jour 51 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 6 mai de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages de chèv...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 7)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 29/04 au mardi 5/05/2020  Mercredi 29 avril, jour 44 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 29 avril de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages d...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 6)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 22/04 au mardi 28/04/2020  Mercredi 22 avril, jour 37 de l’après La séquence du confiné #34 La séquence précédente était extraite de L’as de pique, premier long métrage de Miloš Forman. Réalisé en 1964, le film suit les a...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 5)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 15/04 au mardi 21/04/2020  Mercredi 15 avril, jour 31 de l’après Comme la semaine dernière, nous vous soumettons ce mercredi quelques suggestions de films à voir (voir colonne de gauche). La semaine dernière c’était la ré...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 4)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 8/04 au mardi 14/04/2020  Mercredi 8 avril, jour 24 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 8 avril de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages de ...

Dimanche 17 Février 2019 à 16h

Projection-débat : À la rencontre d’Alain Guiraudie, cinéaste vagabond


Dans le cadre de LA CLASSE OUVRIÈRE C’EST PAS DU CINÉMA
Avec l’ALCA Nouvelle-Aquitaine
En présence d’ Alain Guiraudie, cinéaste invité
Autres intervenants : Laurent Lunetta, scénariste et réalisateur, qui a travaillé comme assistant d’Alain Guiraudie sur plusieurs de ses films, Marguerite Vappereau, enseignante et chercheuse en cinéma, Université Bordeaux-Montaigne, et Philippe Bouthier, artiste et enseignant à l’École supérieure des Beaux-Arts de Bordeaux (EBABX).

LE ROI DE L’ÉVASION

Écrit et réalisé par Alain GUIRAUDIE - France 2009 1h37mn - avec Ludovic Berthillot, Hafsia Herzi, Pierre Laur, Luc Palun, Pascal Aubert, François Clavier... Quinzaine des Réalisateurs, Festival de Cannes 2009.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LE ROI DE L’ÉVASIONOuh la la ! Quel bonheur ! Enfin un film qui ne respecte aucune règle, aucun genre (entre western gascon, comédie de village, polissonnade et conte philosophique), totalement imprévisible, qui nous surprend à chaque séquence, qui nous fait nous demander si l’on est dans un rêve ou dans le naturalisme le plus cru. Un film où le spectateur se sent totalement libre et joyeux, aussi bien dans la narration, qu’il peut interpréter à sa guise, que dans le bonheur simple qui émane de ce récit fantasmagorique et rural. Autant dire que son titre fait autant référence à la traque du personnage principal qu’à l’évasion onirique que le film nous procure.
Chez Alain Guiraudie, cinéaste définitivement sexuel (son cinéma parle tout le temps de sexualité mais sans revendication identitaire lourdingue malgré son homosexualité revendiquée) et occitan (tous ces films se déroulent dans des coins où l’on aime les cous de canard au casse-croûte et où l’accent est truculent et rocailleux), les paysans n’ont qu’une idée : se tripoter dans les buissons après l’apéro (le pourcentage d’homosexuels même septuagénaires de la campagne de Guiraudie est exceptionnellement élevé par rapport à la moyenne nationale). Mais ils n’en ont pas moins des états d’âme, que ce soit pour choisir la couleur d’un tracteur ou enfin trouver l’âme sœur.

Le héros de Guiraudie, le « roi de l’évasion », est Arnaud Lacourtade, vendeur de machines agricoles, quadragénaire au physique de panda, homosexuel évidemment, qui ne se satisfait plus de sa vie amoureuse, constituée avant tout d’ébats furtifs sur les lieux de drague. Les hasards de la vie rurale vont mettre sur sa route Curly, adolescente passionnée en pleine montée de libido, qui va jeter son dévolu sur ce gros nounours très sexué. Evidemment sur le papier ça vous parait improbable. Et pourtant Guiraudie filme ça avec une telle conviction qu’on y croit, et qu'on prend un plaisir fou à y croire. Et c’est ça la force de son cinéma, nous faire passer pour réelles les plus hallucinantes de ses fantasmagories. Même quand on voit la toujours plus belle Hafsia Herzi (la révélation de La Graine et le Mulet, bande d’amnésiques) faire des trucs inavouables (et oh la la ! Guiraudie n’a pas lésiné sur les scènes de galipettes en tous genres) à ce gros garçon bien embêté de tant de désir, eh bien ça ne nous vient pas à l'idée d'être choqué.
Mais cette relation ne va évidemment pas sans heurts, notamment de la part du papa de la belle, qui ne rêvait pas franchement d’un tel soupirant pour sa fille et qui va invoquer la maréchaussée. Et l’histoire d’amour va devenir une jolie fugue dans le paysage tarnais. Et là Guiraudie renverse les codes : la communauté se ligue contre Arnaud, parce qu’homosexuel il devient hétéro. Généralement ce serait plutôt l’inverse... Et la fuite des deux amants insensés devient l’objet de scènes champêtres superbes, prises en plans larges dignes de La Ballade Sauvage de Terrence Malick. D’autant que les amants courent comme des lapins grâce aux dourougnes, racines qui servent de Guronsan et de Viagra naturels, jolie et hilarante invention du réalisateur (une de plus !).

Mais au-delà de l’histoire amoureuse de Curly et Arnaud, Guiraudie filme, avec la jubilation de celui qui aime ses voisins de la campagne albigeoise, de nombreuses saynettes hilarantes sur le monde rural et ses petits côtés tendres et ridicules, le tout servi par des acteurs locaux qui pourraient donner bien des leçons de comédie à tous les lauréats du cours Florent. Nous en tout cas, on a choisi de plébisciter sans hésitation ce film 100% sexe et cassoulet.