LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Revoir le débat avec Pierre Carles et Philippe Lespinasse (Un bergé et deux perchés à l’Élysée)
Vendredi 4 janvier, Pierre Carles et Philippe Lespinasse venaient nous présenter leur film sur Jean Lassalle, « Un bergé et deux perchés à l’Élysée » que nous projetons jusqu’au 26 février. Merci à Jamila Jendari et Nicolas Beirnaert pour la captation de ce moment. UN BERGÉ ET DEUX PERCHÉS À L’É...

GRÊLE : HALTE AUX MESURETTES, LE CHAOS CLIMATIQUE C'EST L'AFFAIRE DE TOUTE LA SOCIETE
a Gironde a été durement touchée par la grêle le 26 mai. Plusieurs milliers d’ha de vignes mais aussi de cultures maraîchères et de grandes cultures ont été ravagés. L’entraide collective spontanée s’est organisée dès la fin de semaine. Face à cette situation, la réponse du Ministè...

Interdiction du glyphosate : qu’a voté votre député-e ?
En catimini, à 2h00 du matin mardi 29 mai, une poignée de députés a rejeté l’interdiction du glyphosate, herbicide pourtant reconnu comme toxique pour l’environnement et classé comme « cancérigène probable » par l’Organisation Mondiale de la Santé. Emmanuel Macron s’était engagé à interdure d’ic...

PROJECTION DES DESSINS RÉALISÉS PAR GIUSEPPE LIOTTI
SUR L’ÉCRAN DE LA SALLE 4, À PARTIR DU 4 JUILLETPROJECTION DES DESSINS RÉALISÉS PAR GIUSEPPE LIOTTIpour les storyboards des films de Matteo Garrone Né à Salerno le 23 juin 1978, Giuseppe Liotti est diplômé en Sciences de la communication. En 2001, il s’investit pendant un an dans une production ...

C'EST LA FÊTE DU CINÉMA
Du Dimanche 1er au Mercredi 4 JUILLET4 euros pour tout le monde à toutes les séances... Lire C'EST LA FÊTE DU CINÉMA...

Lundi 1er AVRIL 2019 à 19h

SOIRÉE « HISTOIRE, COLONIE ET MIGRATION »


Organisée par l'ALIFS et le RAHMI dans le cadre des actions de valorisation de l'histoire et de la mémoire de l'immigration.
19h : Présentation puis débat avec Pascal Blanchard, historien, co-réalisateur du film
20h15 : Projection du film
Achetez vos places à l'avance, à partir du Vendredi 22 Mars

SAUVAGES, AU COEUR DES ZOOS HUMAINS

Pascal BLANCHARD et Bruno VICTOR-PUJEBET - documentaire France 2018 1h30mn -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

SAUVAGES, AU COEUR DES ZOOS HUMAINSSix visages parmi des milliers d’autres pour raconter près d’un siècle d’humiliation. La sombre histoire des zoos humains, ces exhibitions de « sauvages » qui firent courir les foules dans le monde entier à l’heure des épopées coloniales, éclate ici en pleine lumière, restituée de manière sensible et magistrale à travers une poignée de destins.
Des histoires tragiques, comme celle de Petite Capeline, cette fillette de 2 ans amenée de Patagonie avec sa mère, qui meurt d’une broncho-pneumonie sur les pelouses humides du Jardin d’acclimatation où elle est présentée au public à moitié nue. Ou Tambo, Aborigène d’Australie à l’affiche du cirque Barnum, qui succombe à la tuberculose et dont le corps, empaillé, finit dans les vitrines d’un musée. Ou encore Ota Benga, Pygmée du Congo, exhibé à l’Exposition universelle de Saint-Louis, puis dans la cage aux singes du zoo du Bronx, qui se suicidera…

Autant de trajectoires patiemment reconstituées grâce à une formidable moisson d’archives mais aussi aux témoignages des descendants, ceux du Kanak Marius Kaloïe, du Wolof Jean Thiam ou de Moliko, l’Indienne kali’na… A travers eux, et avec l’appui de solides mises en perspective historiques, sociologiques et politiques, se dessine un pan méconnu de notre mémoire collective, dont on n’avait sans doute pas pris la mesure jusqu’ici. Les zoos humains, ce furent trente-cinq mille personnes « exposées » et plus d’un milliard de spectateurs, en France mais aussi aux États-Unis, en Allemagne, en Grande-Bretagne ou au Japon, entre 1870 et 1940. Des divertissements populaires qui donnèrent corps à une représentation stéréotypée du « sauvage ». Et contribuèrent à populariser la théorie des races et à légitimer la domination coloniale, au nom de la prétendue supériorité de l’homme blanc. Les racines d’un mal que nos sociétés n’ont pas fini de combattre.

(V. Félix, Télérama)