LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Revoir le débat avec Pierre Carles et Philippe Lespinasse (Un bergé et deux perchés à l’Élysée)
Vendredi 4 janvier, Pierre Carles et Philippe Lespinasse venaient nous présenter leur film sur Jean Lassalle, « Un bergé et deux perchés à l’Élysée » que nous projetons jusqu’au 26 février. Merci à Jamila Jendari et Nicolas Beirnaert pour la captation de ce moment. UN BERGÉ ET DEUX PERCHÉS À L’É...

GRÊLE : HALTE AUX MESURETTES, LE CHAOS CLIMATIQUE C'EST L'AFFAIRE DE TOUTE LA SOCIETE
a Gironde a été durement touchée par la grêle le 26 mai. Plusieurs milliers d’ha de vignes mais aussi de cultures maraîchères et de grandes cultures ont été ravagés. L’entraide collective spontanée s’est organisée dès la fin de semaine. Face à cette situation, la réponse du Ministè...

Interdiction du glyphosate : qu’a voté votre député-e ?
En catimini, à 2h00 du matin mardi 29 mai, une poignée de députés a rejeté l’interdiction du glyphosate, herbicide pourtant reconnu comme toxique pour l’environnement et classé comme « cancérigène probable » par l’Organisation Mondiale de la Santé. Emmanuel Macron s’était engagé à interdure d’ic...

PROJECTION DES DESSINS RÉALISÉS PAR GIUSEPPE LIOTTI
SUR L’ÉCRAN DE LA SALLE 4, À PARTIR DU 4 JUILLETPROJECTION DES DESSINS RÉALISÉS PAR GIUSEPPE LIOTTIpour les storyboards des films de Matteo Garrone Né à Salerno le 23 juin 1978, Giuseppe Liotti est diplômé en Sciences de la communication. En 2001, il s’investit pendant un an dans une production ...

C'EST LA FÊTE DU CINÉMA
Du Dimanche 1er au Mercredi 4 JUILLET4 euros pour tout le monde à toutes les séances... Lire C'EST LA FÊTE DU CINÉMA...

Dimanche 30 Juin 2019 à 17h15

Présentation par la comédienne Vimala Pons


Dans la cadre du festival LES TROPICALES

WRONG

Écrit et réalisé par Quentin DUPIEUX - USA/France 2012 1h34mn VOSTF - avec Jack Plotnick, William Fichtner, Eric Judor, Alexis Dziena, Steve Little...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

WRONGIl y a des matins, quand le réveil affiche 7h60, où l'on ferait mieux de rester couché. Mais Dolph Springer, banlieusard marron à moustache de tweed, décide néanmoins de se lever : choix malheureux et erreur initiale qui précipitera le destin de cet homme diaphane jusqu'à l'insignifiance dans le maelström mou des avanies et des framboises qui sont, comme chacun sait, les mamelles du destin (justement).
D'abord il y a Paul, son chien unique et préféré, qui a mystérieusement disparu ; et puis il y a Mike, son voisin, qui préfère quitter le quartier et rouler droit devant lui jusqu'au bout du monde plutôt que d'admettre sa passion honteuse pour le jogging ; enfin il y a cette fille de la pizzeria, Emma, qui tombe éperdument amoureuse de lui quand, au lieu de simplement commander une Quatre-saisons, il a l'idée stupide de se lancer dans une analyse baconienne du logo de la pizzeria en question, à savoir un lapin vert sur une mobylette ; mais surtout, surtout, il y a Victor, son jardinier, mortifié que le palmier dont il était si fier se soit transformé inexplicablement en sapin. Signes, signes, signes… le monde est devenu bizarrement indéchiffrable pour ce pauvre Dolph, qui traine son désespoir dans les rues de Los Angeles jusqu'à ce qu'il reçoive un coup de téléphone lui apprenant l'horrible vérité : Paul, son toutou, son bébé, sa raison de vivre, a été kidnapé…

Hum… à la lumière (?) de ce qui précède, j'espère que vous aurez compris que nous avons atterri en royaume d'Absurdie, terrain de prédilection de Quentin Dupieux, dont nous avions déjà défendu dans ces pages le précédent opus Rubber qui, je le rappelle aux égarés, narrait les aventures criminelles et amoureuses d'un pneu psycho-télépathe. De télépathie il sera à nouveau question ici, mais sous un angle davantage « human friendly », puisqu'il s'agira de suivre le graduel apprentissage de Dolph dans la maîtrise du lien d'amour qui le lie à son chien, sous la férule de l'impénétrable Maître Chang, improbable gourou défenseur de la cause animale.
Au delà de l'apparente gratuité de son récit, Dupieux développe une cohérence interne à son histoire, et ce à deux niveaux : la comédie des apparences, et celle du libre arbitre. Comédie des apparences en ce que les protagonistes ne sont pas ou ne font pas ce qu'ils sont censés faire dans un récit traditionnel : Dolph fait semblant d'aller travailler à son bureau chaque matin, Victor se fait passer pour Dolph auprès d'Emma, Emma tombe amoureuse d'une illusion (ça c'est classique mais c'est une autre histoire), le détective (oui il y a un détective mais je ne vais pas tout vous raconter non plus) ne détecte rien, Maître Chang agit de telle manière qu'il arrive à l'inverse des résultats qu'il cherche à obtenir, bref tout le monde agit en dépit du bon sens et s'obstine à se pourrir la vie… Oui ? Qui a dit comme dans la vraie vie ? Bravo, vous marquez un point !

Ce qui nous amène au deuxième point, qui donne le titre au film : la comédie du libre arbitre. C'est le leitmotiv seriné par Maître Chang tout au long du film : tout le monde a le choix de ses actes, et pourtant tout le monde fait toujours le mauvais choix, ce qui coûtera cher à Emma, Victor, Dolph, Maître Chang, Paul…et Mike ? Mike continue à rouler, merci.
C'est peu de dire que Dupieux s'amuse, et pour peu qu'on soit disposé à ne pas prendre son film au sérieux, on passe un aussi bon moment que lui à déchiffrer une histoire sans queue ni tête, certes, mais non sans talents ; le cadrage et la photo sont splendides, on navigue à vue entre les univers de David Lynch, Spike Jonze et Harold Ramis, voire le Tati de Playtime, et les acteurs s'amusent comme des fous à créer des personnages et des situations loufoques : Jack Plotnick prête ses traits de Donald Sutherland middle age sous tranxène à Dolph, William Fichtner, habitué des seconds rôles de bureaucrates et de nerds, compose un faux maître chinois hilarant, sans oublier Eric Judor dans le rôle de Victor, jardinier usurpateur et veule, qui préfère la mort au piège mortifère d'une vie de famille (qui l'en blâmerait ?). So… Wrong ? No way ! Et pendant ce temps-là Mike roule toujours…