LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 8)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 6/05 au lundi 11/05/2020  Mercredi 6 mai, jour 51 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 6 mai de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages de chèv...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 7)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 29/04 au mardi 5/05/2020  Mercredi 29 avril, jour 44 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 29 avril de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages d...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 6)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 22/04 au mardi 28/04/2020  Mercredi 22 avril, jour 37 de l’après La séquence du confiné #34 La séquence précédente était extraite de L’as de pique, premier long métrage de Miloš Forman. Réalisé en 1964, le film suit les a...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 5)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 15/04 au mardi 21/04/2020  Mercredi 15 avril, jour 31 de l’après Comme la semaine dernière, nous vous soumettons ce mercredi quelques suggestions de films à voir (voir colonne de gauche). La semaine dernière c’était la ré...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 4)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 8/04 au mardi 14/04/2020  Mercredi 8 avril, jour 24 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 8 avril de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages de ...

5 EST LE NUMÉRO PARFAIT

Écrit et réalisé par IGORT (Igor TUVERI) - Italie 2019 1h46mn VOSTF - avec Toni Servillo, Valeria Golino, Carlo Buccirosso... D'après le roman graphique du même titre, écrit et dessiné par Igort.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

5 EST LE NUMÉRO PARFAITLes connaisseurs auront reconnu ci-dessus le nom d'Igort, dessinateur et scénariste de BD qui délaisse ici ses crayons pour passer derrière la caméra en adaptant très fidèlement son fameux roman graphique 5 est le numéro parfait qui, dès sa sortie, a été un phénomène d’édition. Publié dans 20 pays, traduit dans 15 langues et récompensé par de nombreux prix internationaux, il est devenu un livre culte, hissant son créateur au rang des auteurs importants du genre.
Aucune des propositions pour porter l'album à l’écran n’ayant abouti, Igort a fini par se prendre au jeu et réaliser lui-même ce qui est donc son premier film, incontestable réussite plastique. On savoure pleinement l’ambiance si particulière qui s’en dégage, ainsi que l'invention et la grande précision dans le travail sur les couleurs. Chaque plan semble une composition picturale qui se décline dans des noirs d’encre, des bleus de nuit, des tons sépias… Et si la mise en scène emprunte à l’art et au découpage de la bande dessinée, elle rend aussi hommage aux films noirs des années 70, période à laquelle l’action se déroule.

Elle démarre par une nuit torrentielle, dans Naples qui semble à l’abandon, tout comme son héros qui marche sans but sur ces pavés mille fois arpentés. Car contrairement à ce que la diseuse de bonne aventure lui avait jadis prédit, jamais il ne voyagea plus loin que ces ruelles sombres, dans lesquelles la pluie s’acharne à faire rutiler le moindre rayon des lampadaires, créant d’incessants jeux d’ombre et de lumière.
Peppino Lo Cicero déambule, perdu dans ses pensées mi nostalgiques, mi terre-à-terre, faisant le bilan d’une vie qui semble être arrivée au bout du rouleau : « J’ai vécu comme on boit un alcool trop fort. On avale, on sent que ça décape, mais on n’est pas certain d’avoir compris le goût que ça avait »… Tout tueur à gages soit-il, il nous ficherait presque le bourdon. Ah oui, on ne l’a pas précisé, malgré son charme fatigué, son imper à la Bogart, celui dont le nez (cyranesque) précède l’arrivée est un affreux jojo. Peppi (pour les intimes) fait partie des « gregari » comme on les nomme en italien, un de ceux que la Camorra charge des basses besogne. Donner la mort aura été son pain quotidien durant quarante années. Remarquez, il ne s’en plaint pas, il est assez fier d’avoir toujours été un bon travailleur, méticuleux, efficace, évitant bien des souffrances aux victimes désignées. Cet amour du métier, il l’a même transmis à son fils, prunelles de ses yeux. Il ne lui reste plus qu’à prendre définitivement sa retraite… Mais évidemment, un événement imprévu en même temps que douloureux, très douloureux, va l’en empêcher…

Pour répliquer à l'événement en question – la douleur ayant très vite laissé place à la colère –, Peppi appelle à la rescousse son grand ami Totò, surnommé « le boucher » – tout un programme – et nos deux septuagénaires vont reprendre du service. Désormais il ne feront plus de quartier, il ne sera plus question que de vengeance, quoi qu’il puisse leur en coûter. Eux qui furent de dociles petits soldats vont se retourner contre leurs supérieurs qui ne respectent plus les règles. Le plus grand régal du film consistant à entrer dans le jeu de ces personnages très marqués, tout droit sortis de l'univers ultra-codé du polar mafieux. Toni Servillo, dans le rôle de Peppino, excelle, le rendant plus que crédible et étonnamment attachant, alors qu’il n’en mérite vraiment pas tant !
Bien que totalement fictionnelle, l’intrigue s’ancre en partie dans un réalisme très finement observé. Qui connaît Naples prendra plaisir à reconnaitre Rione Sanità, Forcella, Porta Nolana, zones toujours livrées à la criminalité.