LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 8)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 6/05 au lundi 11/05/2020  Mercredi 6 mai, jour 51 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 6 mai de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages de chèv...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 7)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 29/04 au mardi 5/05/2020  Mercredi 29 avril, jour 44 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 29 avril de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages d...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 6)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 22/04 au mardi 28/04/2020  Mercredi 22 avril, jour 37 de l’après La séquence du confiné #34 La séquence précédente était extraite de L’as de pique, premier long métrage de Miloš Forman. Réalisé en 1964, le film suit les a...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 5)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 15/04 au mardi 21/04/2020  Mercredi 15 avril, jour 31 de l’après Comme la semaine dernière, nous vous soumettons ce mercredi quelques suggestions de films à voir (voir colonne de gauche). La semaine dernière c’était la ré...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 4)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 8/04 au mardi 14/04/2020  Mercredi 8 avril, jour 24 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 8 avril de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages de ...

L’AFFAIRE CICÉRON

(FIVE FINGERS) Joseph L. MANKIEWICZ - USA 1951 1h48mn VOSTF - avec James Mason, Danielle Darrieux, Michael Rennie, Walter Hampden... Scénario de Michael Wilson (mais surtout de Mankiewicz lui-même, bien qu'il ne soit pas crédité au générique), d'après le roman de L.C. Moyzisch.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

L’AFFAIRE CICÉRONLe génial Joseph L. Mankiewicz nous offre un film d'espionnage à la Graham Greene, ou à la John Le Carré, supérieurement intelligent et subtil, ironique jusqu'au vertige. L'ironie est même le sujet profond de L'Affaire Cicéron : ironie du destin, de l'histoire, de la condition humaine, des désirs et des ambitions. La vision du monde proposée par le film est pour le moins désenchantée, comme souvent chez Mankiewicz, mais elle est exprimée avec un brio et une saveur qui assurent un plaisir fou au spectateur, même s'il est parfaitement conscient de la noirceur fondamentale de l'œuvre.

Évocation libre mais documentée de la destinée d'un des plus célèbres espions de la seconde guerre mondiale, sur laquelle plane bien des mystères non résolus, L'Affaire Cicéron commence en Mars 1944 à Ankara, ville neutre où tous les pays belligérants sont représentés.
Diello, valet de chambre à l'ambassade d'Angleterre, prend contact avec Moyzisch, qui travaille à l'ambassade d'Allemagne, et propose de lui fournir, moyennant finance, les photographies de documents ultra-secrets. D'abord dubitatifs, les Allemands sont surpris par la qualité de la première « livraison » de Diello et décident de l'utiliser régulièrement. Son nom de code sera « Cicéron ».
Parallèlement, Diello s'associe pour ce travail de l'ombre avec son ancienne patronne, la comtesse Staviska. C'est ensemble qu'ils projettent de s'enfuir lorsque des agents de l'Intelligence Service arrivent à l'ambassade d'Angleterre pour enquêter sur les fuites d'information qui s'y produisent. Mais au jeu de la trahison et du faux-semblant, la partie n'est jamais gagnée…

James Mason est prodigieux : élégant, hautain, amoureux de lui-même, savourant ses propres machinations à la fois comme spectacle, comme jeu intellectuel et comme moyen de dominer les autres…