LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 8)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 6/05 au lundi 11/05/2020  Mercredi 6 mai, jour 51 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 6 mai de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages de chèv...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 7)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 29/04 au mardi 5/05/2020  Mercredi 29 avril, jour 44 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 29 avril de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages d...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 6)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 22/04 au mardi 28/04/2020  Mercredi 22 avril, jour 37 de l’après La séquence du confiné #34 La séquence précédente était extraite de L’as de pique, premier long métrage de Miloš Forman. Réalisé en 1964, le film suit les a...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 5)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 15/04 au mardi 21/04/2020  Mercredi 15 avril, jour 31 de l’après Comme la semaine dernière, nous vous soumettons ce mercredi quelques suggestions de films à voir (voir colonne de gauche). La semaine dernière c’était la ré...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 4)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 8/04 au mardi 14/04/2020  Mercredi 8 avril, jour 24 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 8 avril de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages de ...

LITTLE JOE

Jessica HAUSNER - Autriche/GB 2019 1h45mn VOSTF - avec Emily Beecham, Ben Whishaw, Kerry Fox, Kit Connor, Lindsay Duncan... Festival de Cannes 2019 : Prix d'interprétation féminine pour Emily Beecham.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LITTLE JOEC’est d’abord une musique lancinante, parfois tribale et inquiétante qui vous envahit les neurones. Puis ce sera le tour d’un certain pollen, celui d’une jolie fleur (au sens propre), dans une peau de vache (au sens figuré). À moins que cela ne fasse partie d’un délire hallucinatoire dans la tête de sa créatrice, inquiète que sa créature ne lui échappe. Jessica Hausner revisite à sa manière un des mythes fondateurs des contes à dormir debout et des récits de science fiction.

Dans son pays des merveilles, Alice est phytogénéticienne, sorte d’apprentie sorcière des temps modernes, dans un monde aseptisé, ou aucun grain de fantaisie n’a sa place. Chez Planthouse, la firme pour laquelle elle effectue ses recherches, tout est sous le contrôle de savants algorithmes, sécurisants, sécurisés. Principe de précaution oblige, certainement, mais on se protège par dessus tout de l’espionnage industriel. Quand on pénètre dans les serres stérilisées de l’entreprise, il y a quelque chose d’immédiatement hypnotique dans ces décors à la perfection mortifère, ces rangées de plantes à perte de vue, aux motifs géométriques, aux bleus électriques improbables. Dans un premier temps, la plante que conçoit Alice paraît la plus discrète, la moins attirante entre toutes. On découvrira bientôt que son ambition première n’est pas la beauté, mais plutôt la poursuite de la félicité. Car la fleurette est censée apporter le bonheur à ses futurs acquéreurs. Une sorte d’antidépresseur naturel, qu’on n'aurait pas besoin de fumer, qu’il suffirait de bien arroser, pour que l’attention que lui porte son arroseur lui soit rendue au centuple.
En scientifique passionnée, Alice ne décroche plus de ses recherches, faisant passer un peu trop souvent sa vie professionnelle en premier au détriment de sa vie privée, refusant les tentatives d’approches d’un gentil collègue, flirtant dangereusement avec un sentiment de culpabilité que sa psy a du mal à endiguer. Car il ne lui suffit pas d’être une chercheuse modèle, il lui faudrait aussi être une mère célibataire parfaite, comme si les deux pouvaient réellement cohabiter. Et c’est sans doute pour se dédouaner qu’Alice, aveuglée par sa soif de succès, oubliant la plus élémentaire prudence, va subtiliser l’un de ses fameux spécimens top secret et l’offrir à son fiston qu’elle laisse trop souvent seul à la maison. Il s’appelle Joe, c’est en son honneur que la fameuse plante se nommera Little Joe, comme si elle était une sorte de prolongement de l’adolescent, ou de petit frère génétiquement modifié, tous deux partageant en définitive l’amour de la même génitrice. Évidemment, rien ne se passera exactement comme prévu… De retour au labo, un sentiment étrange plane dans l’air, les relations entre collègues commencent à se dégrader. À moins que l’imagination ne joue des tours aux unes comme aux autres.

Le joli minois enfantin d’Emily Beecham, qui interprète Alice, dégage un charme tout aussi innocent que vénéneux, à l’image de Little Joe. L’actrice comme la réalisatrice nous trimballent dans les coulisses d’un monde un peu trop parfait pour être vivable. L’injonction au bonheur, qui semblait séduisante, devient progressivement anxiogène, aussi envahissante qu’un envoûtement malsain dont on ne pourrait se défaire.