LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Revoir le débat avec Pierre Carles et Philippe Lespinasse (Un bergé et deux perchés à l’Élysée)
Vendredi 4 janvier, Pierre Carles et Philippe Lespinasse venaient nous présenter leur film sur Jean Lassalle, « Un bergé et deux perchés à l’Élysée » que nous projetons jusqu’au 26 février. Merci à Jamila Jendari et Nicolas Beirnaert pour la captation de ce moment. UN BERGÉ ET DEUX PERCHÉS À L’É...

GRÊLE : HALTE AUX MESURETTES, LE CHAOS CLIMATIQUE C'EST L'AFFAIRE DE TOUTE LA SOCIETE
a Gironde a été durement touchée par la grêle le 26 mai. Plusieurs milliers d’ha de vignes mais aussi de cultures maraîchères et de grandes cultures ont été ravagés. L’entraide collective spontanée s’est organisée dès la fin de semaine. Face à cette situation, la réponse du Ministè...

Interdiction du glyphosate : qu’a voté votre député-e ?
En catimini, à 2h00 du matin mardi 29 mai, une poignée de députés a rejeté l’interdiction du glyphosate, herbicide pourtant reconnu comme toxique pour l’environnement et classé comme « cancérigène probable » par l’Organisation Mondiale de la Santé. Emmanuel Macron s’était engagé à interdure d’ic...

PROJECTION DES DESSINS RÉALISÉS PAR GIUSEPPE LIOTTI
SUR L’ÉCRAN DE LA SALLE 4, À PARTIR DU 4 JUILLETPROJECTION DES DESSINS RÉALISÉS PAR GIUSEPPE LIOTTIpour les storyboards des films de Matteo Garrone Né à Salerno le 23 juin 1978, Giuseppe Liotti est diplômé en Sciences de la communication. En 2001, il s’investit pendant un an dans une production ...

C'EST LA FÊTE DU CINÉMA
Du Dimanche 1er au Mercredi 4 JUILLET4 euros pour tout le monde à toutes les séances... Lire C'EST LA FÊTE DU CINÉMA...

LE VOYAGE DU PRINCE

Jean-François LAGUIONIE et Xavier PICARD - film d'animation France 2019 1h17mn - Scénario de Jean-François Laguionie et Anik Le Ray. Pour les enfants à partir de 8 ans.

Du 04/12/19 au 19/01/20

LE VOYAGE DU PRINCEUne fois de plus, Jean-François Laguionie – secondé ici par Xavier Picard – nous offre un film splendide, d'une beauté visuelle renversante, d'une intelligence et d'une finesse enthousiasmantes. On ne s'étonne pas, puisque depuis 25 ans on doit à cet artiste du cinéma d'animation des réussites telles que Le Château des singes (1995), L'Île de Black mor (2003), Le Tableau (2011) ou encore Louise en hiver (le dernier en date, 2016). Mais on continue de s'émerveiller et on invite vraiment tous les parents et tous les enseignants à montrer Le Voyage du prince à tous les enfants à partir de 8 ans.

« Conçu comme un journal de voyage, lu par une voix off magnifique, ce tendre et piquant conte philosophique démarre sur un rivage inconnue où un vieux singe naufragé, le Prince, est sauvé par Tom, un jeune singe d'une douzaine d'années. Les deux personnages ne parlent pas la même langue mais le jeune Tom comprend rapidement le Prince alors que ses parents, deux chercheurs bannis par l'Académie des Sciences et retirés dans un vieux musée d'histoire naturelle, en sont encore à s'interroger avec méfiance sur cet “étranger”.
« Une fois requinqué, le Prince prend la main de l'enfant pour découvrir cette civilisation progressiste et fière de l'être, avec sa ville rutilante de lumière aux immeubles bien rangés, mais soumise à la peur et de plus en plus encerclée par la végétation…
« Le réalisateur use de son trait d'orfèvre pour dessiner les limites d'un modèle de société à l'urbanisme sclérosé, dirigé par une assemblée de politiciens obtus et endormis avec, pour seul exutoire, un parc d'attractions horrifique… D'un autre côté, Jean-François Laguionie fait preuve aussi d'une délicate insolence envers une existence baba cool un peu trop en retrait du monde. Une fable humaniste en lignes douces, où les verts profonds enlacent le vieux bronze et le brun fusain… » (G. Odicino, Télérama)