LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Revoir le débat avec Pierre Carles et Philippe Lespinasse (Un bergé et deux perchés à l’Élysée)
Vendredi 4 janvier, Pierre Carles et Philippe Lespinasse venaient nous présenter leur film sur Jean Lassalle, « Un bergé et deux perchés à l’Élysée » que nous projetons jusqu’au 26 février. Merci à Jamila Jendari et Nicolas Beirnaert pour la captation de ce moment. UN BERGÉ ET DEUX PERCHÉS À L’É...

GRÊLE : HALTE AUX MESURETTES, LE CHAOS CLIMATIQUE C'EST L'AFFAIRE DE TOUTE LA SOCIETE
a Gironde a été durement touchée par la grêle le 26 mai. Plusieurs milliers d’ha de vignes mais aussi de cultures maraîchères et de grandes cultures ont été ravagés. L’entraide collective spontanée s’est organisée dès la fin de semaine. Face à cette situation, la réponse du Ministè...

Interdiction du glyphosate : qu’a voté votre député-e ?
En catimini, à 2h00 du matin mardi 29 mai, une poignée de députés a rejeté l’interdiction du glyphosate, herbicide pourtant reconnu comme toxique pour l’environnement et classé comme « cancérigène probable » par l’Organisation Mondiale de la Santé. Emmanuel Macron s’était engagé à interdure d’ic...

PROJECTION DES DESSINS RÉALISÉS PAR GIUSEPPE LIOTTI
SUR L’ÉCRAN DE LA SALLE 4, À PARTIR DU 4 JUILLETPROJECTION DES DESSINS RÉALISÉS PAR GIUSEPPE LIOTTIpour les storyboards des films de Matteo Garrone Né à Salerno le 23 juin 1978, Giuseppe Liotti est diplômé en Sciences de la communication. En 2001, il s’investit pendant un an dans une production ...

C'EST LA FÊTE DU CINÉMA
Du Dimanche 1er au Mercredi 4 JUILLET4 euros pour tout le monde à toutes les séances... Lire C'EST LA FÊTE DU CINÉMA...

Vendredi 6 DÉCEMBRE 2019 à 20h

PROJECTION-DISCUSSION avec DIVAN D'OUEST


L'association DIVAN D'OUEST* propose de découvrir ou redécouvrir des films d'exception, dont la projection sera suivie d'un moment de discussion : prenons le temps de réfléchir ensemble et tenter de dire pourquoi ces œuvres nous touchent, ce qu'elles nous disent de nous-mêmes, en quoi elles nous regardent…

CAPITAINE CONAN

Bertrand TAVERNIER - France 1996 2h10mn - avec Philippe Torreton, Samuel Le Bihan, Bernard Le Coq, Claude Rich, Catherine Rich...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

CAPITAINE CONANLa guerre telle que l’a vécue Conan n’a rien eu à voir avec les phrases ronflantes lues aux unités quand les combats ont cessé, le 11 Novembre 1918. Avec une cinquantaine d’hommes, des durs de durs, ce capitaine de corps franc, ce baroudeur des coups de main impossibles assurait la pire besogne, le nettoyage des tranchées d’en face, sans loi, sans pitié, au corps à corps, les yeux dans les yeux. La guerre, comme dit Conan avec fierté, il y a ceux qui l’ont faite et ceux qui l’ont gagnée. Il l’a gagnée, mais à quel prix ? Son héroïsme est plutôt du genre à faire tache dans le tableau de la victoire, et il a tout pour devenir un « soldat perdu »...

Bertrand Tavernier ne s’y est pas trompé en adaptant ce roman oublié de Roger Vercel : sept ans après La vie et rien d’autre, il y avait dans l’aventure guerrière de ce bonhomme de quoi exhumer quelques vérités occultées de la guerre de 14-18. [...] En prenant de la hauteur, Tavernier pouvait donner une vision panoramique de cette période oubliée et faire œuvre d’historien. Il fait mieux, beaucoup mieux : il prend la tangente pour suivre les hommes dans leurs pérégrinations et ne plus les lâcher. Vivre au milieu d’eux et capter ce qui peut l’être des événements qui les dépassent : c’est le parti-pris fort de ce Capitaine Conan, où l’ampleur de la fresque se dessine à coups de scènes quotidiennes, souvent dérisoires, pathétiques, grotesques. Et pourtant décisives. Parce qu’il est cinéaste et pas historien, Tavernier sait que c’est en collant aux basques des moins que rien que, parfois, on met à nu la grandeur d’âme...

A Bucarest, les hommes du groupe Conan, abandonnés à eux-mêmes, redeviennent eux-mêmes : ils pillent, ils tuent. Ils vont être jugés. Conan prend leur défense. Il les défendrait jusqu’en enfer, s’il le fallait. Car en regard de ce qu’ils ont subi, personne, selon lui, n’est en droit de les condamner. Ni l’institution militaire, ce collectif anonyme de gradés qu’il méprise, ni celui qui est appelé à dresser le réquisitoire : Norbert, l’intellectuel pondéré, compréhensif, si différent de Conan mais qui est devenu son ami au front. La tripe contre les principes. Superbe affrontement de deux caractères, de deux visions de la vie. Tavernier joue avec finesse de cette amitié qui vire à l’orage, menacée par le drame. C’est le principal ressort dramatique de l’intrigue, et les interprètes y jouent leur va-tout : Philippe Torreton, magistral Conan toujours au bord d’exploser, déborde de sincérité brute ; et Samuel Le Bihan, qui distilles les doutes de Norbert, ses cas de conscience avec une belle subtilité...

(J.C Loiseau, Télérama n° 2440)

* Divan d'Ouest est une association loi 1901 qui a pour objet la psychanalyse, son expérience, ses théories mais qui s'intéresse aussi à des domaines tels que l'art, la littérature, la politique… qui n'en sont jamais très loin.