LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 8)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 6/05 au lundi 11/05/2020  Mercredi 6 mai, jour 51 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 6 mai de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages de chèv...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 7)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 29/04 au mardi 5/05/2020  Mercredi 29 avril, jour 44 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 29 avril de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages d...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 6)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 22/04 au mardi 28/04/2020  Mercredi 22 avril, jour 37 de l’après La séquence du confiné #34 La séquence précédente était extraite de L’as de pique, premier long métrage de Miloš Forman. Réalisé en 1964, le film suit les a...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 5)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 15/04 au mardi 21/04/2020  Mercredi 15 avril, jour 31 de l’après Comme la semaine dernière, nous vous soumettons ce mercredi quelques suggestions de films à voir (voir colonne de gauche). La semaine dernière c’était la ré...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 4)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 8/04 au mardi 14/04/2020  Mercredi 8 avril, jour 24 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 8 avril de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages de ...

ADORATION

Fabrice du WELZ - France/Belgique 2019 1h40mn - avec Thomas Gioria, Fantine Harduin, Benoît Poelvoorde, Laurent Lucas, Gwendoline Gourvenec... Scénario de Fabrice du Welz, Vincent Tavier et Romain Protat.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

ADORATIONPaul, un jeune adolescent solitaire, vit avec sa mère à côté de l'hôpital psychiatrique où elle travaille. Un jour, il fait la connaissance de Gloria, une jeune fille de son âge, trouble et solaire, qui vient d'être hospitalisée. Il en tombe amoureux fou et décide de fuir avec elle, loin du monde des adultes…
« L'Amour. Ou rien » proclame l'affiche du film. Et c'est donc bien d'amour dont il est question dans Adoration. Il y en a tellement qu'il en devient presque une matière palpitante et invisible, qui entoure les deux protagonistes principaux (les jeunes Thomas Gioria et Fantine Harduin, tous deux excellents). Un amour débordant, maladroit, passionné. Un amour qui élève, tout en plongeant au plus profond dans l'abîme du chaos et de la déraison. Là où, dans les ténèbres, on pense pour l'autre et on respire pour deux. Ne craignez surtout pas une dissertation pompeuse pendant une heure et quarante minutes. Dans le cinéma de Fabrice du Welz, les thèmes abordés font corps avec la matière même, dans une mise en scène sensorielle, charnelle.

Pour ceux qui ont vu quelques uns des films précédents de Fabrice du Welz (Calvaire, Alleluia…), on précisera qu'Adoration est son film le plus tendre et le plus sensible. Le plus lumineux aussi. Une lumière noire dans tout ce qu'elle révèle de contradictoire. Selon votre humeur au moment de la vision du film, selon votre propre vécu, vous devriez réagir fort différemment devant Adoration. Et il vaut mieux le regarder avec les yeux d'un enfant qui croit potentiellement à tout plutôt qu'avec ceux d'un adulte cynique se pensant (à tort) trop vieux pour ces conneries. Bien entendu, c'est plus complexe, le film étant un savant mélange d'échappées oniriques et de visions dérangeantes. Soit un vrai conte.
Le voyage physique et psychique qu'entament les deux jeunes fugitifs est bien trop grand pour leurs épaules encore frêles, mais la foi du garçon en sa bien-aimée et l'« adoration » qu'il lui porte les font avancer ou du moins progresser. De forêts en tunnels, au fil des rencontres (dont une mystique avec le génial Benoît Poelevorde : un de ses rôles les plus courts mais un des plus beaux), toute l'histoire nous sera racontée à travers les yeux de l'amour fou et par une mise en scène épousant complètement ce sentiment qui vous bouleverse tant quand il vous tombe dessus sans prévenir…

Nous voilà réellement devant un des films les plus singuliers de ce début d'année 2020 et il serait vraiment dommage de ne pas vous laisser emporter avec les deux jeunes tourtereaux dans cette cavale sentimentale. Qu'importe si on adhère moins à quelques moments du film, c'est la trajectoire qui compte, c'est le récit dans sa totalité qui emporte le morceau et Adoration laisse dans nos esprits – et dans nos cœurs, ou notre âme, appelez-ça comme vous voulez – une impression très particulière, insaisissable, très difficile à exprimer. Alors oui, l'expérience est particulière et risque de piquer un peu mais allez-y, foncez !

(d'après G. Cammarata, chaosreign.fr)