LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 8)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 6/05 au lundi 11/05/2020  Mercredi 6 mai, jour 51 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 6 mai de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages de chèv...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 7)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 29/04 au mardi 5/05/2020  Mercredi 29 avril, jour 44 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 29 avril de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages d...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 6)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 22/04 au mardi 28/04/2020  Mercredi 22 avril, jour 37 de l’après La séquence du confiné #34 La séquence précédente était extraite de L’as de pique, premier long métrage de Miloš Forman. Réalisé en 1964, le film suit les a...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 5)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 15/04 au mardi 21/04/2020  Mercredi 15 avril, jour 31 de l’après Comme la semaine dernière, nous vous soumettons ce mercredi quelques suggestions de films à voir (voir colonne de gauche). La semaine dernière c’était la ré...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 4)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 8/04 au mardi 14/04/2020  Mercredi 8 avril, jour 24 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 8 avril de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages de ...

CUBAN NETWORK

Écrit et réalisé par Olivier ASSAYAS - France / Espagne 2019 2h07mn VOSTF - avec Pénélope Cruz, Edgar Ramírez, Gael Garcia Bernal, Ana de Armas, Wagner Moura... D’après le livre de Fernando Morais, Les Derniers soldats de la guerre froide.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

CUBAN NETWORKAvec un charme et une discrétion presque timides, Olivier Assayas creuse son sillon tenace, construisant une œuvre puissante et polymorphe. Jamais il ne se complait dans la facilité de la redite, toujours il outrepasse ses zones de confort, explore de nouveaux genres, passant de l’intime au collectif, du contemplatif à l’action qui ébouriffe. De Demon lover à Sils Maria, de L’Heure d’été à Clean, d’Après mai à Carlos… le réalisateur éclectique semble vouloir embrasser toutes les langues, tous les styles en les modernisant de façon subtile, érudite sans ostentation.
Avec Cuban Network, Assayas met en lumière une période historique dans laquelle ni une chatte, ni un gros matou (ne soyons pas sexiste) ne retrouverait ses petits. Bien malin – ou bien féru d’histoire – qui en devinera la chute. Dans la catégorie des récits d’espionnages, l’affaire dite des « Cuban five » (des 5 espions cubains) vaut son pesant de missiles, qu’il soient russes ou américains. Elle n’est par ailleurs, on s’en doute, que l’infime partie émergée d’un iceberg noyé dans les abysses ténébreux des secrets d’état. Vous voilà avertis, ce film d’action parfaitement mené, qui part d’un point de vue intime et faussement anecdotique, va vous catapulter dans une autre dimension spatio-temporelle.

Tout débute dans les années 90… René Gonzalez est un père attentionné, un mari aimant, un militant communiste de la première heure, un patriote cubain modèle donc ! Brave parmi les braves, il fut volontaire pour participer à la guerre civile en Angola, en 1977, afin de soutenir le parti marxiste au pouvoir. De là à dire qu’il fut un héros… En tous cas, Olga, sa lumineuse épouse (Pénélope Cruz) qui le connait sur le bout des doigts, n’a aucun doute sur sa droiture, sa probité, son engagement. Alors, ce jour-là, quand les émissaires du gouvernement de Castro viennent lui annoncer que son époux a détourné un avion pour s’enfuir à Miami, tel un vil paria, son univers s’effondre : « Il doit y avoir erreur ! ». Les heures passant, force est de constater que René ne reviendra pas. Les interrogatoires officiels qui s’en suivent ne sont rien face aux interrogations qui vrillent le cerveau d’Olga. Qui est réellement l’homme qui vivait à ses côtés ? Comment a-t-il pu les abandonner, elle et leur fillette Irma, sans un soupir, sans un regret, sans mot d’adieu ? Pire que le discrédit jeté sur la famille est ce sentiment de trahison non seulement de ce qu’elle croyait être leur amour mais aussi de leurs idéaux communs. Quand il l’appellera plus tard, il sera difficile de rétablir un semblant de confiance. Entre la loyauté à son pays ou à son couple, le choix d’Olga sera tranchant.
En attendant, sitôt arrivé en Floride, René se voit proposer de nouveaux postes de pilote. Tant son expérience en la matière que son statut de dissident en font une pièce maîtresse que les groupuscules d’exilés cubains comme les services d’espionnages américains vont se disputer. Entre le FBI, les organisations anti-castristes, castristes, humanitaires, mafieuses, notre dissident aura largement le choix pour monnayer ses services. Il ne sera pas le seul dans ce cas. Ses pas croiseront ceux, par exemple, de Juan Pablo Roque, un lieutenant-colonel de l’armée de l’air cubaine ayant déserté en rejoignant à la nage la base américaine de Guantanamo. Trop belle gueule pour être honnête, ce dernier ne se privera pas de jouer double, voire triple jeu. Sans doute ne sera-t-il pas le seul… Ce sont de véritables traquenards qui se tendent de toutes parts, dont les citoyens lambda ne peuvent être que d’insignifiantes victimes, cyniquement sacrifiées au profit d’intérêts plus grands qu’elles.

Tous les ingrédients sont là pour être tenus en haleine. Extraordinaire façon de se replonger dans les relations complexes entre l’autoritaire régime cubain et le malveillant Oncle Sam. Olivier Assayas contourne adroitement les écueils idéologiques qui pourraient conduire à un débat rebattu et stérile. Sans prendre partie pour un pays plus que pour l’autre, il n’occulte pas l’implication de chacun, ce qui rend le propos très contemporain. En définitive la manipulation, la désinformation, la propagande résistent merveilleusement bien au temps qui passe… Un excellent thriller historique et géo-politique, réalisé avec une maestria impressionnante, autant dire une rareté dans le cinéma français.