BORDEAUX

LES HORAIRES (format PDF)

LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Quiz des trente dernière secondes
Vous trouverez ici les archives du quiz des “trente dernières secondes”  Quiz cinéma : les 30 dernières secondesPour célébrer la fin de l’année écoulée et vous présenter nos meilleurs vœux pour 2021, l’équipe d’Utopia Bordeaux (sur un colossal travail d’archiviste d’Aurore) vous propo...

Le monde du silence
LE MONDE DU SILENCE Mardi 15, Mercredi 16, Samedi 19 et Dimanche 20 décembre, le cinéma Utopia de Bordeaux assurera symboliquement les séances initialement prévues dans son programme de réouverture. Les projecteurs seront allumés, les salles seront dans le noir et les images défileront sur nos écran...

Journal du 2ème confinement
Ici sont archivés les publications mises en ligne lors du 2ème confinement, du 30 octobre au 14 décembre 2020     En attendant de nous retrouver, on signe et on relaie cet appel de David Dufresne, réalisateur du film UN PAYS QUI SE TIENT SAGE. Chers ami(e)s, Samedi prochain, à 14h, se tiendront d...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 8)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 6/05 au lundi 11/05/2020  Mercredi 6 mai, jour 51 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 6 mai de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages de chèv...

LE JARDIN DES FINZI CONTINI

(IL JIARDINO DEI FINZI CONTINI) Vittorio DE SICA - Italie 1970 1h34mn VOSTF - avec Dominique Sanda, Helmut Berger, Lino Capolicchio, Camillo Cesari, Alessandra d’Altari, Fabio Testi, Romolo Valli... Scénario de Vittorio Bonicelli, d’après le roman de Giorgio Bassani. Ours d’or, Festival de Berlin 1971 – Oscar 1972 du Meilleur film étranger. EN COPIE NEUVE RESTAURÉE.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LE JARDIN DES FINZI CONTINIItalie, 1938. Alors que l’idéologie fasciste imprègne insidieusement les mœurs du pays tout entier, les mesures anti-juives se multiplient, les clubs sportifs sont interdits aux membres non aryens.
La famille Finzi Contini, pilier de l’aristocratie de Ferrare, accueille des jeunes gens de la petite bourgeoisie sur ses courts de tennis, dans l’immense parc qui entoure le palazzo familial. C’est ainsi que Giorgio a l’occasion de revoir son amie d’enfance et fille de la maison, Micol, son premier et éternel amour…

Fidèle au roman de Giorgio Bassani, Le Jardin des Finzi Contini peint la société provinciale italienne du début de l’époque fasciste. Autour d’une énigmatique figure de jeune femme, le film en donne un tableau minutieux et concret, en même temps que voilé d’une sorte de brume. Beaucoup d’événements sont montrés, beaucoup de sujets abordés, et pourtant de multiples questions restent sans réponse, et l’on garde au final la curieuse impression d’avoir fait une visite au royaume des morts : la mélancolie vient assombrir le décor d’un passé irrémédiablement perdu.

Singulièrement envoûtant, le film tisse des relations humaines très complexes : celles qui lient Giorgio à l’insaisissable Micol, et celle-ci à son frère Alberto ; l’amitié trouble d’Alberto pour le milanais Malnate, ou celle difficile de Giorgio pour ces deux jeunes gens…
Et tout autour d’eux, il y a, extraordinairement vivant, le microcosme de Ferrare, dont se détache, aristocratique et solitaire, la famille Finzi Contini, séparée du monde par les murs de son immense jardin planté d’essences rares.
L’assaut des discriminations raciales et des persécutions, dont on sent lentement se resserrer l’étau, semble un instant devoir combler le fossé qui s’ouvre entre la riche famille juive et ses compagnons de malheur, mais il ne fait en réalité que le creuser davantage. Comme si, depuis toujours, les Finzi Contini avaient attendu ce tragique signe d’élection, comme si tout leur orgueil n’avait été que celui de s’acheminer, les yeux grands ouverts, la tête haute, vers le brasier qui réduit en cendres une époque. Et finalement, vue à travers la poésie de Bassani et de De Sica, la communauté israelite de Ferrare devient le symbole de la société humaine.

« Nous avons supporté le monstre du fascisme durant vingt ans, connu une guerre non voulue et assisté au massacre de 7 millions de Juifs, et voilà qu’en Italie, certains jeunes arrivent avec des attitudes fascistes, des chants fascistes… Un parti fasciste obtient des voix.
« Aussi il m’a semblé nécessaire de rappeler aux uns ou d’apprendre aux jeunes ce que furent les années 40 en Italie. J’aurais pu faire le film avant, mais c’est Valerio Zurlini qui avait d’abord été sollicité. Après qu’il ait abandonné le projet, j’ai eu la chance de pouvoir le mener à terme. Je crois avoir été très explicite. Lorsque je montre l’espoir de ces gens de revenir en Italie, lorsque je les montre peu soucieux des menaces qui pèsent sur eux, lorsque le père dit “Mussolini, c’est mieux qu’Hitler”, lorsque le fils reproche à la famille de ne pas avoir levé le petit doigt quand certaines personnaes étaient persécutées… je pense avoir bien reflété la situation de l’époque. »

Vittorio de Sica