LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Quiz des "trente dernières secondes" du n°101 au n°117
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°101 au n°117   Samedi 17 avril Hier, fin N° 101. Juliette Binoche, 30 ans plus tard, et magnifique, dans un autre de ses plus beaux rôles. La musique, c’est le célébrissime Canon en ré majeur de Johann Pa...

Quiz des "trente dernières secondes" du n°51 au n°100
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°51 au N°100 //////////////////////////////////////// Vendredi 26 février  Hier, fin N° 51. Saisissante. Tout comme l’est la séquence d’ouverture du film, qui montre la jungle s’enflammer sous les bombes a...

Quiz des "trente dernière secondes" du n°1 au n°50
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°1 au n°50  Quiz cinéma : les 30 dernières secondesPour célébrer la fin de l’année écoulée et vous présenter nos meilleurs vœux pour 2021, l’équipe d’Utopia Bordeaux (sur un colossal travail d’archiviste d...

Le monde du silence
LE MONDE DU SILENCE Mardi 15, Mercredi 16, Samedi 19 et Dimanche 20 décembre, le cinéma Utopia de Bordeaux assurera symboliquement les séances initialement prévues dans son programme de réouverture. Les projecteurs seront allumés, les salles seront dans le noir et les images défileront sur nos écran...

LE PROCÈS DE L’HERBORISTE

(Charlatan) Agnieszka Holland - Pologne / République Tchèque 2021 1h58mn VOSTF - Avec Ivan Trojan, Josef Trojan, Juraj Loj, Jaroslava Pokorná...

Du 30/06/21 au 27/07/21

LE PROCÈS DE L’HERBORISTED’une part, et ce n’est certes pas le Professeur Raoult qui nous contredira, du Père Antoine à Raspoutine, de Nostradamus à Jésus, il n’y a jamais très loin des nues au pilori, ni du Messie au charlatan. Question de point de vue. D’autre part, un bienfaiteur, un individu qui est capable d’utiliser ses dons au profit de l’humanité toute entière, sans distinction de peau, de sexe, de rang social ou de morale, tout généreux et sincère qu’il soit, n’est pas nécessairement quelqu’un de sympathique, ni de foncièrement bon, ni de recommandable. Enfin, la question du catalogage entre Messie et charlatan est évidemment à géographie variable. Selon l’époque, selon que vous êtes puissant ou misérable, ce n’est évidemment pas la même chanson. Selon l’autorité que ses protections politiques confèrent à un individu, ou la direction dans laquelle souffle le vent de l’Histoire ; selon que ses mœurs troublent ou non ses contemporains… étonnante personnalité, stupéfiant personnage, que l’herboriste Jan Mikolášek, qu’éclaire sans parvenir à totalement le cerner (sans même y prétendre d’ailleurs) le film de Agneszka Holland.

Hiératique, insaisissable, Jan Mikolášek traverse la première moitié du XXe siècle et l’Histoire de la toute jeune Tchécoslovaquie, avec ses mélanges de plantes, les infusions qu’il prescrit, et les yeux rivés sur une théorie d’échantillons d’urines, à la seule observation desquelles il a appris à diagnostiquer les maux de la cohorte de patients qui se présentent quotidiennement à lui, en consultation comme en pellerinage, toujours plus nombreux. Jeune garçon, il a instinctivement sauvé, avec un cataplasme improbable d’herbes, la jambe de sa sœur qu’on allait amputer. Plus tard, avec abnégation, convaincu d’avoir hérité d’un don, il a appris auprès d’une guérisseuse les rudiments de l’herboristerie, la lecture des flacons d’urines troublés, diversement teintés ou maculés de dépots par diverses affections… et son talent s’est affirmé. Après l’anéantissement de la République tchèque, sous l’occupation allemande, il perfectionne sa technique. Et inlassablement, toujours insaissable, soigne indifféremment les dignitaires nazis et les résistants. Sa renommée grandit, des files de patients toujours plus longues se pressent devant son cabinet – qui est devenu une propriété luxueuse. Aux nazis, défaits, ont succédé les dignitaires communistes. Mais la médecine non-conventionnelle prodiguée par cet homme incernable se marie mal avec le matérialisme absolu érigé en système politique. Lui semble traverser l’époque sans la voir, muré en lui-même, inaccessible aux tourments du monde qui l’entoure – si ce n’est aux maux des ses contemporains qu’il peut seuls soulager. Dit-il. L’humanité lui vient de son assistant, František. Énigmatique, d’une absolue fidélité, il est aussi l’amour de sa vie, dans lequel, enfin, le charlatan, l’herboriste, parvient à s’oublier. Il est sa rédemption, sans aucun doute, et d’une certaine façon l’artisan de sa chute.

Malgré tout, violent, manipulateur, bigot jusqu’au dolorisme (il a les genoux en sang à force de pénitence aux pieds de la croix), d’un narcissisme démesuré, Agneszka Holland brosse le portrait d’un homme torturé, rongé par des désirs, des passions inavouables qui butent contre sa foi mégalomane – foi religieuse, mais surtout, avant tout, foi en lui-même. Dans un film d’une construction sèche, rigoureuse, tout en lumières grisées, en lignes claires et acérées qui dessinent un carcan mental à l’équerre, à mi-chemin entre le kaléidoscope et la toile d’araignée, elle raconte la monstrueuse humanité de l’individu qui se croit devenu un dieu confronté à la violence rageuse du système politique qui va, puisque procès il doit y avoir (c’est dans le titre), s’ingénier à le broyer. Quelques mois à peine après L’ombre de Staline, Agneszka Holland signe un film fort et intimiste, qui est à nouveau le portrait d’un homme, à l’héroïsme cette fois moins manifeste, en lutte contre un système oppressif.