LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Quiz des "trente dernières secondes" du n°101 au n°117
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°101 au n°117   Samedi 17 avril Hier, fin N° 101. Juliette Binoche, 30 ans plus tard, et magnifique, dans un autre de ses plus beaux rôles. La musique, c’est le célébrissime Canon en ré majeur de Johann Pa...

Quiz des "trente dernières secondes" du n°51 au n°100
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°51 au N°100 //////////////////////////////////////// Vendredi 26 février  Hier, fin N° 51. Saisissante. Tout comme l’est la séquence d’ouverture du film, qui montre la jungle s’enflammer sous les bombes a...

Quiz des "trente dernière secondes" du n°1 au n°50
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°1 au n°50  Quiz cinéma : les 30 dernières secondesPour célébrer la fin de l’année écoulée et vous présenter nos meilleurs vœux pour 2021, l’équipe d’Utopia Bordeaux (sur un colossal travail d’archiviste d...

Le monde du silence
LE MONDE DU SILENCE Mardi 15, Mercredi 16, Samedi 19 et Dimanche 20 décembre, le cinéma Utopia de Bordeaux assurera symboliquement les séances initialement prévues dans son programme de réouverture. Les projecteurs seront allumés, les salles seront dans le noir et les images défileront sur nos écran...

143 RUE DU DÉSERT

Écrit et réalisé par Hassen FERHANI - documentaire Algérie 2019 1h40mn VOSTF -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

143 RUE DU DÉSERTÇa pourrait être le décor d’un western, ou d’un grand film d’aventure. Le désert à perte de vue, une route interminable et, au milieu de rien, à défaut d’un saloon, une petite masure qui aurait pu être dessinée par un enfant tant elle est simple, juste un cube avec une fenêtre, comme déposé là au milieu du sable. Bien loin de Monument Valley, nous sommes au cœur du Sahara algérien, le long de la route nationale 1, inaugurée il y a des décennies par Houari Boumédiène, cette route « de l’unité » qui relie Alger à Tamanrasset près de 2000 km plus loin. La petite masure est la minuscule buvette que tient Malika, 74 ans, point d’ancrage pour les routiers et les chauffeurs de bus, pour les migrants subsahariens qui ont choisi l’exil par la route terrestre, pour les rares routards et quelques pèlerins. Malika, avec sa force de caractère, avec son franc parler inimitable, pourrait évoquer le personnage de Joan Crawford dans Johnny Guitar de Nicholas Ray, tenancière de saloon, indépendante et farouche dans un monde d’hommes.

Hassen Ferhani a découvert ce personnage extraordinaire grâce à l’écrivain Chawki Amari – auteur d’un livre intitulé Nationale 1 – qui fut son guide. Il a décidé de se poser plusieurs semaines aux côtés de Malika dans ses 20 m2, où trônent quelques chaises en plastique, et où les clients s’arrêtent le temps de boire un café ou d’avaler rapidement une omelette. Evitant les interviews trop faciles, le réalisateur dévoile peu à peu l’histoire mystérieuse de cette femme et les traits de son caractère bien trempé, à travers les brèves conversations qu’elle a avec ses clients. On apprend ainsi qu’elle a choisi de quitter la ville pour vivre seule dans le désert avec son chien et son chat, à 60 km du premier village, et qu’elle a connu il y a quelques années l’opprobre et la violence des hommes médisant sur son indépendance suspecte. Selon Hassen Ferhani, « Malika est pour les routiers comme une balise dans la mer, un repère mental, elle apaise les solitudes […] Malika est une une sainte « profane » dans son mausolée ». Une femme libre comme l’air qui montre son esprit critique quand elle démasque l’hypocrisie sexiste de pèlerins bigots, ou quand elle a la dent dure sur la trop grande masculinité à son goût d’une motarde polonaise.

Au-delà du portrait formidablement attachant qu’il fait de Malika, Hassen Ferhani décrit bien, à travers les voyageurs de passage, à travers tout ce que laisse deviner la minuscule fenêtre, ouverture sur l’immensité, toutes les problématiques de l’Algérie contemporaine : celle du défi des migrations, de la place de la femme, de la mondialisation qui appauvrit les citoyens d’un pays au socialisme affaibli. Comme le dit Hassen Ferhani, « 143, rue du Désert est un huis-clos ouvert sur l’Algérie et le monde ». Par son travail d’orfèvre d’observation, par la grâce de sa mise en scène d’une acuité et d’une sensibilité rares, ce cinéaste bourré de talent parvient avec son documentaire à nous captiver, à nous faire sourire, à nous émouvoir comme finalement peu de fictions savent le faire.