LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Quiz des "trente dernières secondes" du n°101 au n°117
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°101 au n°117   Samedi 17 avril Hier, fin N° 101. Juliette Binoche, 30 ans plus tard, et magnifique, dans un autre de ses plus beaux rôles. La musique, c’est le célébrissime Canon en ré majeur de Johann Pa...

Quiz des "trente dernières secondes" du n°51 au n°100
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°51 au N°100 //////////////////////////////////////// Vendredi 26 février  Hier, fin N° 51. Saisissante. Tout comme l’est la séquence d’ouverture du film, qui montre la jungle s’enflammer sous les bombes a...

Quiz des "trente dernière secondes" du n°1 au n°50
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°1 au n°50  Quiz cinéma : les 30 dernières secondesPour célébrer la fin de l’année écoulée et vous présenter nos meilleurs vœux pour 2021, l’équipe d’Utopia Bordeaux (sur un colossal travail d’archiviste d...

Le monde du silence
LE MONDE DU SILENCE Mardi 15, Mercredi 16, Samedi 19 et Dimanche 20 décembre, le cinéma Utopia de Bordeaux assurera symboliquement les séances initialement prévues dans son programme de réouverture. Les projecteurs seront allumés, les salles seront dans le noir et les images défileront sur nos écran...

PETITES DANSEUSES

Anne-Claire DOLIVET - documentaire France 2019 1h30mn - Écrit par Anne-Claire Dolivet et Mathias Théry (La Sociologue et l’ourson, La Cravate).

Du 08/09/21 au 09/10/21

PETITES DANSEUSESÀ quoi rêvent les petites filles en tutu, perchées bien haut sur leurs pointes ? Au public ? À Giselle ? Au Lac des cygnes ? Aux concours ? Aux étoiles de l’Opéra ? Ou bien prennent-elles à leur compte les rêves inassouvis de leurs mamans chéries qu’elles ne veulent surtout pas décevoir ?
La danse classique et l’enfance sont-elles compatibles ? Quand l’une exige discipline de fer, rigueur, endurance et volonté à toute épreuve alors que l’autre appelle à la flânerie, à la gourmandise et aux jeux dont on réinvente à chaque instant les règles ?

Autant de questions qu’aborde ce documentaire plein de vitalité, sans nécessairement apporter des réponses toutes mâchées. Plongés dans le fonctionnement d’une école de danse, on va suivre au plus près des justaucorps ces gamines qui se lèvent « danse », qui déjeunent « danse », qui se couchent « danse », qui rient, qui espèrent et qui pleurent « danse ».
Comme toute pratique artistique et/ou sportive quand elle se vit de manière intensive, la danse classique impose un entraînement douloureux, contraire à la nature de ces corps encore fragiles, même pas sortis de la chrysalide. Les concours, les épreuves, la compétition, les examens mais surtout les cours parfois quotidiens qui volent tout le temps de jeu, voire d’ennui, dont l’enfance a aussi besoin pour se construire sont autant d’épreuves auxquelles les petites danseuses sont confrontées.
Comment grandir harmonieusement dans un monde de travail permanent et d’exigence sans pitié ? Un monde où l’on est parfois confronté à des choix d’adulte, où il faut souvent se lever aux aurores au gré des compétitions et bien faire attention à son poids pour demeurer de plume. C’est dans cet élan de questionnements et avec une grande envie de filmer le mouvement et l’enfance – l’enfance en mouvement – que ce film est né.

Nous suivons le cursus de quatre filles, âgées de 6 à 10 ans, dans le cours de Muriel, au cœur de Paris. Et c’est comme si on y était : Muriel nous fait échauffer nos muscles, étirer nos jambes, ouvrir nos hanches…1,2,3, dansez ! Grâce à son énergie, son enthousiasme, son authenticité, l’enseignement de la danse à sa barre relève bien de la transmission d’un art. Un art qu’elle cultive avec humour, fermeté, et sévérité parfois. Muriel est habitée, entière et elle nous entraîne, nos jambes en frétilleraient presque tant Anne-Claire Dolivet a su saisir cette vitalité, ce souffle, ce mouvement perpétuel qui débordent de générosité et d’humanité. Les élèves de leur côté sont studieuses, motivées, rieuses et la caméra, posée à leur hauteur, nous permet de partager leurs émotions, leur tendre fragilité. Empathie et admiration sont au rendez-vous de ce beau documentaire qui a l’intelligence de ne pas passer sous silence la dureté de cet apprentissage, ni sa violence qui peut pointer, au détour d’un entrechat, le bout de son nez…

Du 8 au 19/09 puis chaque samedi après-midi