LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Quiz des "trente dernières secondes" du n°101 au n°117
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°101 au n°117   Samedi 17 avril Hier, fin N° 101. Juliette Binoche, 30 ans plus tard, et magnifique, dans un autre de ses plus beaux rôles. La musique, c’est le célébrissime Canon en ré majeur de Johann Pa...

Quiz des "trente dernières secondes" du n°51 au n°100
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°51 au N°100 //////////////////////////////////////// Vendredi 26 février  Hier, fin N° 51. Saisissante. Tout comme l’est la séquence d’ouverture du film, qui montre la jungle s’enflammer sous les bombes a...

Quiz des "trente dernière secondes" du n°1 au n°50
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°1 au n°50  Quiz cinéma : les 30 dernières secondesPour célébrer la fin de l’année écoulée et vous présenter nos meilleurs vœux pour 2021, l’équipe d’Utopia Bordeaux (sur un colossal travail d’archiviste d...

Le monde du silence
LE MONDE DU SILENCE Mardi 15, Mercredi 16, Samedi 19 et Dimanche 20 décembre, le cinéma Utopia de Bordeaux assurera symboliquement les séances initialement prévues dans son programme de réouverture. Les projecteurs seront allumés, les salles seront dans le noir et les images défileront sur nos écran...

Samedi 18 SEPTEMBRE 2021 à 20h30

HOMMAGE À OUSMANE SEMBÈNE « LE PÈRE DU CINÉMA AFRICAIN »


Organisé par l’Institut des Afriques et l’Union des Travailleurs Sénégalais en France (UTSF)
Présentations et débats par Thierno Ibrahim Dia, Enseignant en Cinéma, (Universités Bordeaux Montaigne et Niamey) et Rédacteur en Chef de Africiné.org. En partenariat avec la librairie Le Passeur, 9 Avenue Thiers 33100 Bordeaux.
Également SEMBÈNE ! à 17h
Achetez vos places à l’avance au cinéma, à partir du Mercredi 8 Septembre.
(un seul film : tarifs habituels – les deux films : tarif unique 9 euros).

LE MANDAT

(MANDA BI) Écrit et réalisé par Ousmane SEMBÈNE - Sénégal 1968 1h30mn VOSTF - avec Makhourédia Guèye, Ynousse N’Diaye, Serigne N’Diayes, Moustapha Toure... Prix de la critique internationale au Festival de Venise 1968.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LE MANDATÀ Dakar, Ibrahim Dieng, en bon musulman sénégalais, vit tranquillement avec ses deux femmes et leurs sept enfants. Tout bascule quand arrive une lettre d’Abdou, son neveu, balayeur de rues à Paris, accompagnée d’un mandat de vingt-cinq mille francs CFA. Une petite fortune pour une famille nombreuse sans revenus. Sur le pactole, 2000 francs sont réservés à Ibrahim, le reste devant être remis à sa sœur. Mais la nouvelle se répand dans le quartier, déclenche convoitises et jalousies... Généreux, Ibrahim aide famille et voisins. Mais sans carte d’identité, la poste refuse de lui remettre l’argent. C’est le début d’un long parcours du combattant dans les méandres de l’administration sénégalaise...

Conte cruel, Le Mandat révèle les hypocrisies d’une société sénégalaise prétendument solidaire où, en définitive, tout le monde vole tout le monde. Tandis que les uns essaient d’extorquer l’argent qu’Ibrahim n’a pas, d’autres profitent de son ignorance pour le voler et l’endetter. Un photographe profiteur prétend se faire payer plusieurs fois les mêmes photos d’identité, un financier véreux, le sachant endetté, s’offre pour racheter sa maison – et lui suggère de lui signer une procuration pour retirer l’argent à sa place… Le mandat, au lieu d’apporter richesse et reconnaissance à Ibrahim, devient le facteur de sa honte et de sa déchéance.

« Dans Le Mandat, Sembène, “le père du cinéma africain”, fait montre de toutes ses qualités de conteur, ne sacrifiant jamais sa faconde à la morale politique de son histoire. À travers les tribulations d’Ibrahim à la poursuite de son mandat, est dessinée une société où le parasitisme et la corruption font rage. L’humour marié à un profond réalisme social font toute la valeur de cette comédie indémodable. » (Edouard Waintrop, Libération)