LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Quiz des "trente dernières secondes" du n°101 au n°117
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°101 au n°117   Samedi 17 avril Hier, fin N° 101. Juliette Binoche, 30 ans plus tard, et magnifique, dans un autre de ses plus beaux rôles. La musique, c’est le célébrissime Canon en ré majeur de Johann Pa...

Quiz des "trente dernières secondes" du n°51 au n°100
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°51 au N°100 //////////////////////////////////////// Vendredi 26 février  Hier, fin N° 51. Saisissante. Tout comme l’est la séquence d’ouverture du film, qui montre la jungle s’enflammer sous les bombes a...

Quiz des "trente dernière secondes" du n°1 au n°50
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°1 au n°50  Quiz cinéma : les 30 dernières secondesPour célébrer la fin de l’année écoulée et vous présenter nos meilleurs vœux pour 2021, l’équipe d’Utopia Bordeaux (sur un colossal travail d’archiviste d...

Le monde du silence
LE MONDE DU SILENCE Mardi 15, Mercredi 16, Samedi 19 et Dimanche 20 décembre, le cinéma Utopia de Bordeaux assurera symboliquement les séances initialement prévues dans son programme de réouverture. Les projecteurs seront allumés, les salles seront dans le noir et les images défileront sur nos écran...

Dimanche 5 DÉCEMBRE 2021 à 20h45

LUNE NOIRE


Cinéma de genre, Exploitation, OFNI, auteurs borderline... Séance mensuelle du troisième type proposée par l’association Monoquini.
LUNE NOIRE

PIÈGE POUR CENDRILLON

André CAYATTE - France / Italie 1965 1h55mn - avec Dany Carrel, Madeleine Robinson, Hubert Noël, René Dary... Scénario de Jean Anouilh et Jean-Baptiste Rossi d’après le roman de Sébastien Japrisot.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

PIÈGE POUR CENDRILLONUne jeune fille se réveille à l’hôpital, victime de graves brûlures et totalement amnésique. On lui dit qu’elle s’appelle Michèle, riche héritière d’un empire de maroquinerie, et que sa cousine Dominique dont elle était très proche a quant à elle péri dans l’incendie dont elle a réchappé. Mais est-elle vraiment celle qu’on lui dit qu’elle est ? Ne serait-elle pas plutôt « l’autre » ?

Dans les années soixante, après des années de dénigrement par les jeunes-turcs de la Nouvelle Vague, la réputation d’André Cayatte, symbole de cette « Qualité Française » honnie, a largement perdu de sa superbe. Surnommé sarcastiquement « l’avocat du cinéma Français » par François Truffaut, en référence à sa profession initiale, il est vrai que Cayatte, à l’exception d’un début de carrière porté sur l’adaptation de classiques de la littérature (Zola, Maupassant…), a principalement œuvré dans les films « dossiers », s’intéressant à des affaires judiciaires, matériau jugé alors peu noble car intrinsèquement moral. Pour autant, ce serait oublier que moral ne veut pas forcément dire moralisateur, et que ce qui intéressait Cayatte dans les affaires qu’il adaptait a souvent été de questionner le « bon droit » que les individus, les groupes ou les institutions opposaient à ceux dont ils voulaient faire payer les crimes, en réalité des actes transgressant justement la morale de leur temps. Si Cayatte a bien été un avocat dans la cinématographie française, c’était celui de la défense de l’individu broyé par la calomnie, la pression populaire, l’Histoire, voire-même la vengeance d’état à travers la peine de mort à une époque où se dresser contre était un acte de courage véritable.
En 1965, dans le creux de la vague, il décide alors d’abandonner ces films « dossiers » pour tenter une incursion du côté d’Hitchcock et Clouzot, de leurs thrillers modernes où le trouble identitaire se fait matrice d’un suspense diaboliquement métaphysique. A travers un récit où la linéarité s’effiloche peu à peu à mesure que les témoignages contradictoires s’accumulent sur l’identité du personnage principal, c’est à un gouffre que Cayatte nous convie, celui d’une femme dont l’existence ne tient qu’à ce que les autres disent d’elle. Et cet abyme est d’autant plus attractif qu’il prend la forme d’un thriller constamment retors où nos certitudes et nos préjugés se voient implacablement balayés d’une séquence à l’autre : entre la bourgeoise et la prolétaire, qui a dominé l’autre jusqu’à la tuer ? Film manipulateur sur la manipulation, Piège pour Cendrillon nous perd dans une spirale étourdissante jusqu’à un final sans concession expliquant sans doute en grande partie l’échec du film à sa sortie.

Aujourd’hui, le film reste étonnant à plus d’un titre. Moderne dans ses thèmes comme dans certains pans de sa mise-en-scène (après un générique quasi Polanskien, il s’ouvre comme une sorte de version française de Seconds / L’Opération diabolique de John Frankenheimer), porté par la performance bluffante de Dany Carrel dans un triple rôle, secondée par une Madeleine Robinson grandiose de vilénie, Piège pour Cendrillon mérite largement, après plus de 50 ans d’oubli, d’être redécouvert.