LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Stop Bolloré ! L'appel du collectif
Le collectif Stop Bolloré a vu le jour en décembre 2021 et rassemble des membres et des organisations de la société civile qui s’inquiètent de la concentration des médias et de l’édition en France et des dangers que cela représente pour la démocratie. Le projet du collectif, qui est poli...

Quiz des "trente dernières secondes" du n°101 au n°117
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°101 au n°117   Samedi 17 avril Hier, fin N° 101. Juliette Binoche, 30 ans plus tard, et magnifique, dans un autre de ses plus beaux rôles. La musique, c’est le célébrissime Canon en ré majeur de Johann Pa...

Quiz des "trente dernières secondes" du n°51 au n°100
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°51 au N°100 //////////////////////////////////////// Vendredi 26 février  Hier, fin N° 51. Saisissante. Tout comme l’est la séquence d’ouverture du film, qui montre la jungle s’enflammer sous les bombes a...

Quiz des "trente dernière secondes" du n°1 au n°50
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°1 au n°50  Quiz cinéma : les 30 dernières secondesPour célébrer la fin de l’année écoulée et vous présenter nos meilleurs vœux pour 2021, l’équipe d’Utopia Bordeaux (sur un colossal travail d’archiviste d...

Mercredi 19 JANVIER 2022 à 20h15

AVANT-PREMIÈRE en présence du réalisateur Farbien Gorgeart et du comédien Félix Moati


Ne ratez pas l’occasion d’être là et de faire démarrer le bouche-à-oreille pour ce film absolument épatant.
Prévente des places au cinéma à partir du Dimanche 9 Janvier.

LA VRAIE FAMILLE

Écrit et réalisé par Fabien GORGEART - France 2021 1h41mn - avec Mélanie Thierry, Lyes Salem, Félix Moati, Gabriel Pavie...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LA VRAIE FAMILLESi Diane a les épaules, le premier film de Fabien Gorgeart nous mettait déjà la puce à l’oreille, son second confirme l’avènement d’un grand réalisateur qui excelle dans l’art subtil de n’enfermer aucun de ses protagonistes dans des cases étroites et stéréotypées. Ici point de coupable tout désigné, ni de victimisation. C’est un regard aussi lucide que modeste qui questionne, résolument bienveillant sans tomber dans une béatitude benoîte. Et s’il faut sortir rassasiés de chaleur humaine et le cœur en capilotade, autant que cela soit entre les bras de Mélanie Thierry qui interprète ici l’un de ses rôles les plus puissants, joyeusement bouleversant. Tous les personnages, du plus présent au plus discret, ont de l’étoffe, une ampleur généreuse. C’est beau, saisissant, solaire et ce n’est même pas la peine de préciser que le gros du récit est tiré d’une histoire vraie, celle du réalisateur, cela se vit, cela se sent.

Plongée dans une famille heureuse, dans le quotidien équilibré de gens qui s’aiment et aiment la vie. Les rares chamailleries entre frangins sont vite oubliées… Driss, le père (Lyes Salem, juste parfait), tantôt avec une bonhommie non feinte, tantôt sous des dehors d’observateur taiseux, remet alors un peu d’ordre dans tout cela. Il est l’exemple même de l’homme pondéré, de la force tranquille. Quant à Anna (Mélanie Thierry, sublime donc), elle est une mère si joviale, au sourire si craquant qu’il est difficile de bouder longtemps. Entre leurs trois enfants, malgré les différences d’âge, règne la connivence solidaire de ceux qui grandissent dans un sentiment d’équité. Tous sont câlinés à la même enseigne, tous sont écoutés avec la même vigilance.
Pourtant on va vite percevoir une légère et assez incompréhensible différence de traitement vis-à-vis du petit dernier, Simon (Gabriel Pavie, impressionnant de spontanéité). Pourquoi par exemple, dans cet entourage parfaitement agnostique, Anna se sent-elle obligée d’astreindre l’enfant à des temps de prière pendant que les autres font un parcours d’accrobranche ? Patiemment, doucement, elle lui explique à demi-mots : « Tu sais bien que pour toi ce n’est pas tout à fait pareil… ». Pourquoi ? Le décor est planté, ce qu’il dissimule, on peinera à le deviner, jusqu’à ce que les choses se dévoilent par touches délicates…
On pourrait en dire plus, mais ce serait dommage… Anna, tout comme l’héroïne du précédent film de Fabien Gorgeart, a des épaules suffisamment solides pour porter à bout de bras toute sa petite tribu, la protéger comme une louve jalouse. Un peu trop peut-être diront certains ? La critique est si facile… Toujours est-il que bientôt elle se retrouvera face à une réalité cornélienne dont elle se serait volontiers passée et qui n’épargnera personne.

On a beau avoir la sagesse, savoir qu’on n’élève jamais un enfant pour soi-même mais pour lui permettre de s’envoler un jour loin du foyer, les sentiments l’emportent sur la raison. Il est alors terriblement douloureux de se rappeler qu’aimer l’autre, c’est parfois accepter de le laisser partir…