LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Stop Bolloré ! L'appel du collectif
Le collectif Stop Bolloré a vu le jour en décembre 2021 et rassemble des membres et des organisations de la société civile qui s’inquiètent de la concentration des médias et de l’édition en France et des dangers que cela représente pour la démocratie. Le projet du collectif, qui est poli...

Quiz des "trente dernières secondes" du n°101 au n°117
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°101 au n°117   Samedi 17 avril Hier, fin N° 101. Juliette Binoche, 30 ans plus tard, et magnifique, dans un autre de ses plus beaux rôles. La musique, c’est le célébrissime Canon en ré majeur de Johann Pa...

Quiz des "trente dernières secondes" du n°51 au n°100
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°51 au N°100 //////////////////////////////////////// Vendredi 26 février  Hier, fin N° 51. Saisissante. Tout comme l’est la séquence d’ouverture du film, qui montre la jungle s’enflammer sous les bombes a...

Quiz des "trente dernière secondes" du n°1 au n°50
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°1 au n°50  Quiz cinéma : les 30 dernières secondesPour célébrer la fin de l’année écoulée et vous présenter nos meilleurs vœux pour 2021, l’équipe d’Utopia Bordeaux (sur un colossal travail d’archiviste d...

MURINA

Antoneta ALAMAT KUSIJANOVIC - Croatie 2022 1h32mn VOSTF - avec Gracija Filipovic, Danica Curcic, Leon Lucev, Cliff Curtis... Scénario de Christina Lazaridi, Frank Graziano et Antoneta Alamat Kusijanovic. CAMÉRA D’OR (meilleur premier film), Festival de Cannes 2021.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

MURINAUne île en Croatie. Dans l’air marin flottent comme des effluves d’Italie et de Grèce mêlées. Après tout les trois pays partagent les mêmes eaux méditerranéennes, au bleu profond et organiques, dans lesquelles Julija adore plonger toujours plus longtemps, toujours plus profondément. Merveilleux moments de répit où elle échappe enfin au verbiage des aînés, à leur pesante gouvernance. Ils ne sont pas nombreux, ceux capables de rivaliser avec notre naïade des temps modernes, aux épaules athlétiques, à la beauté hellénique. Un harpon à la main, près des abysses elle côtoie le calme, les impressionnantes murènes (« murina » en croate), qui n’hésitent pas à s’arracher un bout de chair s’il leur faut se libérer des griffes des hommes, leurs plus terribles prédateurs. Quelle meilleure leçon de vie, quand on a dix-sept ans, que d’apprendre qu’il vaut toujours mieux préférer la liberté à la sécurité, savoir sacrifier parfois une partie de soi-même pour survivre ? Une fois six pieds sous mer, Julija se sent toujours plus vivante, comme chez elle dans cet élément aqueux pourtant un brin inquiétant.

Mais moins inquiétant sans doute que les sautes d’humeur tempétueuses de son père, Ante, qui semble vouloir la dresser comme le fils qu’il n’a pas eu, pour l’instant d’après lui reprocher de ne pas être assez fille. Qui pourrait faire front face à la déferlante de remarques grinçantes qui se déversent alors dans un flot de violence verbale ? Même la complicité de sa mère, Nela, fond plus vite que neige au soleil quand il faudrait défendre son unique progéniture. C’est un patriarcat aussi omniprésent et abrupt que les falaises qui est à la barre, qui règne de façon si outrée qu’il appelle forcément la résistance, à condition d’avoir un caractère bien trempé : c’est de toute évidence le cas de Julija.
Tandis que les sémillants touristes se pavanent sur les yachts et sur la plage, l’adolescente n’a d’autre loisir que de les observer en cachette depuis les quatre murs de sa chambrette spartiate qui surplombe le port. Quand on a dix-sept ans, il est étrange de se sentir confinée dans une île de rêve, alors que tant d’autres jeunes du même âge ont déjà pris un envol qui lui semble inaccessible… Étrange et insupportable de n’avoir pour horizon qu’une aveugle obéissance à celui qui régente le moindre souffle de la maisonnée pour qu’aucun rêve, ni désir ne dépassent…
La venue d’un vieil ami de la famille va changer la donne… Élégant, bronzé, drôle, riche, Javier, qui a l’âge de son père, observe Julija comme ce dernier ne l’a jamais observée. Attentif, charmeur, intrigué. Un regard tel une bouée de sauvetage où puiser la force, une nouvelle confiance, un encouragement à se rebeller. Malicieuse, notre jeune héroïne aura même tôt fait de dévider les étranges liens qui ramènent sa mère à sa propre jeunesse perdue et qui pourraient l’amener elle aussi à enfin s’émanciper…

La mise en scène resserrée capture toute la rudesse de ce huis-clos familial intense, minéral. La jeune actrice qui interprète le rôle principal déploie un charme sensuel aussi hypnotique et perturbant que celui d’une sirène. Ce lieu hors du temps, que seuls les rochers ne semblent pas vouloir déserter, semble soudain s’ouvrir à tous les possibles.