Soutenez Utopia Palmer LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 8€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 5€
Moins de 18 ans : 5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

30237
Et voilà, Vidéo en Poche c’est fini, le compteur s’arrête à 30237 copies vendues sans DRM sur clés USB ! À bientôt dans le cyberespace indépendant et surtout IRL dans les salles de cinéma :)Le 30 novembre à minuit, Vidéo en Poche a tiré sa révérence et retourne dans sa bouteille de ...

Stop Bolloré ! L'appel du collectif
Le collectif Stop Bolloré a vu le jour en décembre 2021 et rassemble des membres et des organisations de la société civile qui s’inquiètent de la concentration des médias et de l’édition en France et des dangers que cela représente pour la démocratie. Le projet du collectif, qui est poli...

Quiz des "trente dernières secondes" du n°101 au n°117
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°101 au n°117   Samedi 17 avril Hier, fin N° 101. Juliette Binoche, 30 ans plus tard, et magnifique, dans un autre de ses plus beaux rôles. La musique, c’est le célébrissime Canon en ré majeur de Johann Pa...

Quiz des "trente dernières secondes" du n°51 au n°100
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°51 au N°100 //////////////////////////////////////// Vendredi 26 février  Hier, fin N° 51. Saisissante. Tout comme l’est la séquence d’ouverture du film, qui montre la jungle s’enflammer sous les bombes a...

LA BELLE ET LA BÊTE

Écrit et réalisé par Jean COCTEAU - France 1946 1h40mn - avec Jean Marais, Josette Day, Mila Parely, Marcel André, Michel Auclair... D’après le conte de Madame Leprince de Beaumont (1757). Pour les enfants à partir de 7 ans.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LA BELLE ET LA BÊTE« Le merveilleux doit arriver à être aussi simple que le serait pour un enfant, qui aurait vu fondre du sucre dans l’eau, la surprise de ne pas fondre dans son bain. » Jean Cocteau

Réalisé entre Septembre 1945 et Janvier 1946, en un noir et blanc somptueux, avec des décors, des maquilllages, des effets spéciaux qui feraient rigoler aujourd’hui le moinde apprenti réalisateur américain, ce film mythique n’a rien perdu de sa magie, bien au contraire. On sait que chaque jour, avant de tourner, Jean Marais mettait sept heures pour transformer son visage en celui de la Bête. On sait que Cocteau a refusé les trucages de laboratoire. On sait qu’il a fait monter Belle sur une planche à roulettes tirée par des machinistes, lorsqu’elle longe un couloir où les rideaux volent. On sait tout cela et on l’oublie pour se laisser aller au charme, à l’envoûtement du conte…
Pour une simple rose cueillie dans son jardin, un brave marchand ruiné est condamné à mort par la Bête, à moins qu’il lui sacrifie une de ses filles. C’est Belle, la plus jeune et la plus belle, qui va accepter et se livrer à la Bête. Et Belle va d’abord prendre la Bête en pitié. Et la pitié va se transformer en amour… Et là tout devient possible, même l’inimaginable…
L’univers des contes de fées nous renvoie de nous-mêmes une image encore plus forte que le réalisme. Pourquoi le Beau ? Pourquoi le Laid ? Le Juste ? L’Injuste ? Tout peut arriver et d’ailleurs tout arrive. Voilà qui ouvre l’esprit et apprend l’humilité. Grâce à la magie, le coeur reste disponible à toutes les découvertes.
Un film incomparable pour réveiller la petite part de poésie qui sommeille en nous sous la couche de matérialisme étriqué. Avec les enfants c’est encore plus facile, la couches est moins épaisse…